Mishima, ou La vision du vide de Marguerite Yourcenar

Mishima, ou La vision du vide de Marguerite Yourcenar

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Critiques et histoire littéraire , Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Tistou, le 7 décembre 2007 (Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (38 677ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 3 569 

Quand un grand écrivain s’interroge …

Je ne conseillerais pas la lecture de « Mishima » sans avoir préalablement lu le-dit Mishima.
Mishima est un grand auteur, romancier et poète, japonais, qui passa non loin du prix Nobel de littérature et qui, et c’est ce qui interpelle Yourcenar, mourut jeune, à 45 ans, en 1970. Mourut ? La belle affaire !
Oui, mais mourut selon une tradition japonaise ; le « seppuku ». Autrement dit, à 45 ans, il s’éventra avec un sabre avant de se faire décapiter par un bras ami ! Seppuku que ça s’appelle !
Marguerite Yourcenar se livre dans cet ouvrage à une analyse, mettant en perspective l’oeuvre, ce qu’on sait de la vie de Mishima, et ce qu’elle pressent de ce qui a pu motiver l’acte final, inouï et insensé.

« … rappelons-nous toujours que la réalité centrale est à chercher dans l’oeuvre : c’est ce que l’auteur a choisi d’écrire, ou a été forcé d’écrire, qui finalement importe. Et, à coup sûr, la mort si préméditée de Mishima est l’une de ses oeuvres. Néanmoins, un film comme « Patriotisme », un récit comme la description du suicide d’Isao dans « Chevaux échappés », jettent des lueurs sur la fin de l’écrivain et en partie l’expliquent, tandis que la mort de l’auteur tout au plus les authentifie sans les expliquer. »

C’est un ouvrage plus savant que littéraire et qui, pour quelqu’un (c’est mon cas) n’ayant jamais lu Mishima reste passablement abscons. Elle s’appuie en effet sur des oeuvres bien précises : « Confession d’un masque », « La mer de la fertilité », …
Cette « Vision du vide » nous démontre que Marguerite Yourcenar n’est pas qu’une écrivaine. Elle a une capacité d’analyses littéraire et psychologique brillante.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

à preuve

8 étoiles

Critique de Mr_Natural (, Inscrit le 8 mai 2016, 69 ans) - 8 mai 2016

Je crois que Marguerite Yourcenar (Mishima, ou La vision du vide) comme André Durand (http://comptoirlitteraire.com/docs/…) ou même Christopher Ross (Mishima's Sword: Travels in Search of a Samurai Legend) sont habilités à parler des oeuvres de Mishima et surtout de sa vie.

Yourcenar compare Yukio Mishima (Kimitake Hitaoka) à d'Annunzio et à Cocteau, grands poètes qui ont su organiser leur publicité, à Cocteau dont l'art tient du sorcier, celui de Michima du visionnaire.
Même ces solitaires-nés qu'étaient Hardy et Conrad. à peu près dénués d'affinités avec la subculture de leur temps, ont consenti à dénaturer certains ouvrages dans le sens du goût populaire : tels grands romans, comme Lord Jim, ont été de toute évidence composés en hâte et compulsivement jusqu'au bout, tout ensemble pour traduire l'image la plus profonde qu'un homme se fait de la vie et pour payer à temps les factures d'un ménage bourgeois.


[ ... ]

Il semble impossible que le médiocre, le factice, le préfabriqué de la littérature produite à l'usage des masse lisantes, mais non pensantes qui s'attendent à ce que l'écrivain lui renvoie l'image qu'elles se se font du monde, contrairement à ce à quoi son propre génie l'oblige, n'envahissent pas souvent les oeuvres véritables, et c'est un problème que nous aurons à résoudre à proposde « La Mer de la fertilité».

Yourcenar et Mishima

5 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 52 ans) - 7 décembre 2007

J'ai lu cet essai il y a longtemps, lorsque j'ai découvert Mishima et alors que j'étais fasciné par cet auteur. Mais pour moi aussi, alors que j'avais lu quasi tout les livres de Mishima, cet essai était resté abscons. Yourcenar est difficile à lire, d'ailleurs je ne suis jamais parvenu au bout d'un de ses livres.

C'est très décevant qu'une femme aussi intelligente écrive un essai sur un auteur par lequel elle se dit fascinée, et qu'elle ne parvienne pas à apprendre la moindre chose au fan que j'étais à l'époque.

Tistou déconseille de lire cet essai à ceux qui n'ont pas lu Mishima, c'est une évidence. Et moi je le déconseille aux autres aussi. Bref l'intelligence ne suffit pas; il faut aussi écrire pour être compris des lecteurs, et je trouve que Yourcenar n'y parvient pas. C'est comme Lacan qui fait exprès d'être incompréhensible !

Forums: Mishima, ou La vision du vide

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Bien dur, Saule, avec M.Y. 2 Tistou 8 décembre 2007 @ 20:33

Autres discussion autour de Mishima, ou La vision du vide »