Les fiches récentes les plus visitées

Ce classement ne reprend que les critiques publiées dans les trente derniers jours.


31.
216 visites
sans couverture

La cour des miracles de Michel Onfray

critiqué par Colen8 - (76 ans)
7 etoiles
Président du Système
Récréatif et mordant dans un style pamphlétaire, à un an de distance de la campagne présidentielle, ce journal au fil des jours entre juillet 2016 et mai 2017 est de nature à alimenter sans modération caricaturistes et humoristes politiques. Michel Onfray ne se prive pas de tailler des costards à la parade des candidats, ceux qui l’ont été, ceux qui...

32.
206 visites
sans couverture

La jeunesse de Thorgal Tome 3 : Runa de Yann (Scénario), Roman Surzhenko (Dessin)

critiqué par Vince92 - (Zürich - 40 ans)
7 etoiles
L'amour donne des ailes!
C'est la fête au village de Gandalf le Fou, celui-ci s'apprête à donner sa fille Aaricia en mariage à celui des prétendants qui parviendra à remporter l'épreuve qu'il a imaginée... ce fourbe va défier son futur gendre... aux échecs! Mais voilà, un intrus va perturber les réjouissances, Runa, la "Skaldjmö" (vierge guerrière)... celle-ci agit comme un cheval de Troie et...

33.
203 visites
sans couverture

La Solitude des Etoiles de Martine Rouhart

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 50 ans)
9 etoiles
Retour aux sources
Martine Rouhart, de son phrasé poétique, nous conte l'histoire de Camille, assistante vétérinaire, qui n'a que pour amis les animaux dont elle s'occupe, et ceux du zoo que son logement côtoie... Sans amis Camille ? Oui, par choix. Aucune intrusion dans sa vie, jamais plus, surtout depuis le départ de son mari, prématuré, mort subitement. Elle erre comme une âme en...

34.
203 visites
sans couverture

Tenebra Roma de Donato Carrisi

critiqué par Darkvador - (Falck - 50 ans)
9 etoiles
dans l'obscurité,l'ame humaine montre sont vrai visage
Troisiéme tome qui a débuté avec "le tribunal des ames" et "Maléfico" On retrouve donc nos deux anti hèros Marcus et Sandra Marcus pour ce qui ne connaissent pas et un pénitencier sorte de prétre flic profiler qui bosse pour le tribunal des ames, une cellule du vatican dirigés par des hautes instances pontificales. Sandra elle a quitté sont roles de...

35.
200 visites
sans couverture

Mes chats écrivent des haïkus de Brigitte Allioux, Shinbô Minami

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)
8 etoiles
Chats écrivains
Le 6 octobre dernier, j’écrivais à propos de ma lecture du livre de Takashi Hiraide, « Le chat qui venait du ciel » : « Les écrivains nippons semblent beaucoup aimer les chats, ils en parlent souvent dans leurs textes, et certains comme Hiraide et Nosaka leur ont carrément consacré un livre… ». Juste après la publication de ce propos,...

36.
199 visites
sans couverture

La nuit de Géronimo de Dominique Sylvain

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)
10 etoiles
louise attaque
Louise Morvan est une jeune et jolie détective (une "privée"), d'habitude au service des conjoints trompés ou croyant être trompés. Cette fois-ci elle va tomber sur une affaire bien plus compliquée, qui va l'amener à côtoyer à son corps défendant des milieux aussi variés que la recherche scientifique de pointe et les mafias russes. Mandatée pour faire la lumière sur...

37.
198 visites
sans couverture

Les Chevaliers d'Héliopolis - Tome 01 : Nigredo, l'oeuvre au noir de Alejandro Jodorowsky (Scénario), Jérémy (Dessin)

critiqué par Hervé28 - (Chartres - 48 ans)
6 etoiles
Une uchronie originale
Ce qui fait la force de cette bande dessinée c'est le dessin de Jeremy, que j'avais découvert avec la série "Barracuda". Il est aussi à l'aise dans les palais royaux que dans le monde de la piraterie. Quant au scénario de Jodorowsky, il est d'une insolence sans pareille. En imaginant cette uchronie, il ose vraiment tout: Un Louis XVI (méconnaissable au demeurant)...

38.
198 visites
sans couverture

L'exil intérieur - Schizoïdie et civilisation de Roland Jaccard

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)
8 etoiles
Dénonciation de la civilisation occidentale, intéressante mais un peu superficielle
Avec ses digressions sur la sexualité et ses nombreuses références à Ivan Illitch, à Herbert Marcuse, ses éloges de Kostas Axelos et de l’anti-psychiatrie, cet essai de Roland Jaccard fleure bon les années 70… Néanmoins, les deux figures tutélaires qui dominent cet essai sont indéniablement Nietzche et, surtout, Freud. A tel point d’ailleurs que les paragraphes s’apparentent souvent à une...

39.
196 visites
sans couverture

Le Travailleur de la nuit de Matz (Scénario), Léonard Chemineau (Dessin)

critiqué par Hervé28 - (Chartres - 48 ans)
10 etoiles
un seul mot : Passionnant !
Lorsque j'ai commencé la lecture de cette bande dessinée , je ne savais pas où je m'embarquais. Et bien, je n'ai pas lâché ce livre jusqu'à la dernière page. Véritablement passionnant de bout en bout. La vie d'Alexandre Jacob, scénarisée par le talentueux Matz, m'a enthousiasmé. "Gentleman cambrioleur" avant l'heure, Alexandre Jacob a traversé le XXième siècle avec plus ou moins...

40.
196 visites
sans couverture

Le génie du faux - La passion Vermeer de Patrick Pesnot

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)
7 etoiles
DEVENIR VERMEER, OUI, VERMEER!
«Le Génie du faux», est la biographie romancée du peintre néerlandais Han Van MEEGEREN (de son vrai nom Henricus Antonius Van MEEGEREN 1889-1947), qui est considéré par certains comme le plus grand faussaire de tous les temps… Né dans une famille très catholique le jeune Hans développa très tôt des dons inouïs pour la peinture, et voulut très vite en faire...

41.
194 visites
sans couverture

Le vin des rues de Robert Giraud

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)
8 etoiles
Le carburant de la cloche
« La nuit a toujours le goût de vin rouge… Les vrais buveurs de vin rouge se retrouvent toujours la nuit, personne n’a jamais pu en expliquer la raison. » Robert, Bob, Giraud a fait partie de cette corporation de malheur - « Le gars de la nuit est un enfant de malheur » - qui convergeait le soir...

42.
193 visites
sans couverture

Enchanter les "peut être" - Essai poétique sur le principe d'incertitude de Maurice Couquiaud

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)
7 etoiles
Un plaidoyer pour concilier la science, la spiritualité et la poésie dans l'étonnement et l'émerveillement
Maurice Couquiaud a rassemblé, dans ce petit livre d’une centaine de pages qui se lisent aisément, quelques courts essais et manifestes jusqu’alors éparpillés dans des revues poétiques (Phréatique, Peut-être, etc.), où il manifeste une enthousiasmante volonté de révéler et d'accentuer les convergences entre la poésie, la spiritualité et la science. La juxtaposition des textes suscite quelques redites mais elle...

43.
192 visites
sans couverture

Alexandrin ou L’art de faire des vers à pied de Pascal Rabaté (Scénario), Alain Kokor (Dessin)

critiqué par Hervé28 - (Chartres - 48 ans)
8 etoiles
Touchant !
Cela fait des années que je n'avais pas lu une bande dessinée signée Kokor,depuis "balade, balade", en 2003. Bien que le scénario soit de Pascal Rabaté, je trouve que l'on reste dans son univers, c'est d'ailleurs ce qui fait le charme de ce one-shot. J'avais peur que la lecture des dialogues , la plupart en alexandrins, soit fastidieuse au final, et...

44.
191 visites
sans couverture

Le chef-d'oeuvre sans queue ni tête de Yannis Ritsos

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)
9 etoiles
Une fresque engagée, épique et onirique, de la Grèce sous la dictature des colonels qui dépasse l'horizon des évènements historiques
Ce très long poème de Yannis Ritsos, qui constitue la totalité du recueil, porte mal son titre. Il n’est pas sans queue ni tête ! Et c’est - seulement - presque un chef d’œuvre… Presque parce qu’il est si engagé dans son époque (la dictature des colonels) et si riche de références qu’il serait incompréhensible, et presque illisible, sans les...

45.
189 visites
sans couverture

L'Orient ancien et nous de Jean Bottéro, Clarisse Herrenschmidt, Jean-Pierre Vernant

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)
8 etoiles
La Mésopotamie, la Perse et nous
La Mésopotamie a inventé l'écriture, ce qui n'est pas la moindre des avancées de l'humanité. Cette donnée cruciale a influencé les modes de communication de Perse et des Hébreux, mais aussi des Grecs. L'alphabet et la mythologie hellénique s'avèrent ainsi influencés par ces prolégomènes culturels. Jean Bottéro, spécialiste éminent de ces peuples archaïques de l'Antiquité, avance et démontre que nos...

46.
189 visites
sans couverture

Mes pensées sont des papillons de Jacqueline Remy, Eveleen Valadon

critiqué par Colen8 - (76 ans)
9 etoiles
Entre réel et irréel
Angoisse, épuisement, honte, désorientation, flottement, telles sont les expressions de la malade à la journaliste venue l’interroger pour ce témoignage qu’elle a bien voulu voir publier. S’y ajoute un courage hors du commun pour subir ce qui lui apparait d’abord comme une lourde épreuve avant de lui apporter la joie de se sentir encore exister malgré tout. Il y a...

47.
189 visites
sans couverture

Poèmes sur le désastre de Lisbonne, et sur la loi naturelle , avec des préfaces, des notes, etc. de Voltaire

critiqué par Numanuma - (Tours - 44 ans)
10 etoiles
Irreductible Voltaire
Comment Voltaire peut-il être encore présenté ? Né François-Marié Arouet en 1694, il décède à Paris le 30 mai 1778. Contes, poèmes, pièces de théâtres, pamphlets, articles, romans, graphomane protéiforme, il n’est guère de genre qu’il ne visite. La renommée de Voltaire, sa force de travail, la variété de ses œuvres, ses dons de polémistes en font quasi un contre-pouvoir...

48.
187 visites
sans couverture

Le pays qu'habitait Albert Einstein de Étienne Klein

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)
10 etoiles
Une biographie, pétrie de passion et d'admiration, sur les traces d'Albert Einstein
Enfourchant son vélo, Etienne Klein est parti à la recherche d’Einstein sur les routes de Suisse puis a poursuivi en train son périple, qui l’a mené à Prague et en Belgique. Cet essai, écrit par un physicien et philosophe des sciences, n’est donc pas seulement une biographie savante sur Einstein ou une tentative d’explication de la genèse de la théorie de...

49.
183 visites
sans couverture

Nuova prova d'orchestra de Michaël Glück, Pascaline Boura (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)
7 etoiles
Aphorismes en musique
Je ne sais si le célèbre Chevalier von Gluck, auteur de nombreux opéras comme Orphée et Eurydice, figure dans l’arbre généalogique de Michaël Glück (la question a dû lui être posée de nombreuses fois mais j’avais besoin de cette interrogation pour introduire ma chronique), le cas échéant cela pourrait peut-être expliquer le penchant de l’auteur de ce recueil pour la...

50.
181 visites
sans couverture

Les chemins creux de Saint-Fiacre de Daniel Cario

critiqué par Odile93 - (Epinay sur Seine - 63 ans)
10 etoiles
Un beau roman dans un cadre champêtre
Triste vie que celle d'Auguste ? De ce pauvre gamin élevé sans amour ni de sa grand-mère et encore moins de sa mère? De ce bâtard à qui sa mère reproche sa naissance ? Que nenni ! Ce roman regorge de vie, de la vie à la campagne, du plaisir d'un petit garçon qui ne possède aucun jouet mais dont...

51.
179 visites
sans couverture

La comtesse Greffulhe : L'ombre des Guermantes de Laure Hillerin

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)
10 etoiles
La mécène qui inspira la duchesse de Guermantes
Elisabeth de Caraman-Chimay, descendante d'une grande famille aristocrate, est réputée pour sa beauté et son élégance aérienne, avoisinant l'impression de divinité. Aussi épouse-t-elle le comte Greffulhe, jeune parti fort en vue dans le gratin qui s'avère fort vite très infidèle. Elle profite de sa notoriété pour se faire mécène musicale, promouvant ses contemporains, comme Wagner et Berlioz, et donne des...

52.
177 visites
sans couverture

Les Paysans de Honoré de Balzac

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)
10 etoiles
un roman très noir
Décidément, pour les auteurs réalistes du XIXe siècle, de Balzac à Maupassant et Zola, le paysans sont dépeints d’une manière le plus souvent négative. Mais le summum, c’est ce roman de Balzac, "Les paysans", considéré cependant comme un des plus importants de la "Comédie humaine". Il y a longuement travaillé (dans sa dédicace, l'auteur affirme avoir « pendant huit ans, cent...

53.
176 visites
sans couverture

Zero K de Don DeLillo

critiqué par Killing79 - (Chamalieres - 38 ans)
8 etoiles
Dompter la mort
Présentation de l'éditeur Choisir de mourir pour prendre la mort de vitesse, décider de se transformer en créature-éprouvette dans l'attente de jours meilleurs afin de revenir au monde en être humain augmenté, telle est l'offre d'un centre de recherches secret auquel son principal actionnaire, le milliardaire Ross Lockhart, décide de faire appel dès lors que s'avère incurable la maladie qui affecte...

54.
174 visites
sans couverture

Alma de J.M.G. Le Clézio

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)
8 etoiles
Vivre, souffrir et mourir à l'île Maurice
Alma est une ville de l'île Maurice où la riche famille des Felsen s'est implantée, à l'époque de l'arrivée des Européens, qui a correspondu avec la disparition du Dodo, volatile spécifique de ce territoire. Dodo sert également de dénomination à Dominique, lépreux errant qui vogue dans l'île et en décrit tout ce qu'il connaît. Parallèlement, Jérémie, descendant des Felsen, vient...

55.
171 visites
sans couverture

Un silence d'environ une demi-heure de Boris Schreiber

critiqué par Henri Cachia - (LILLE - 55 ans)
10 etoiles
Tout simplement passionnant
Boris Schreiber et ses parents : Ces trois-là sont indissociables les uns des autres. Cet épais journal romancé nous fait voyager, tant par la géographie depuis la révolution russe à l'occupation allemande en France et un peu partout en Europe, que par l'adolescence mouvementée de Boris, déjà obsédé par son talent d'écrivain, convaincu d'être celui que la Littérature attendait. Encouragé par Gide, pas seulement...

56.
171 visites
sans couverture

La reine des Spagnes de Armel Job

critiqué par Catinus - (Liège - 66 ans)
9 etoiles
Tout simplement délicieux !
L’histoire se déroule dans un village de l’Ardenne belge, Les Spagnes, à la fin des années ‘50. C’est un gamin, Octavien, qui raconte la vie quotidienne de là-bas, de ce temps-là, avec ses petites joies mais également les soucis, les petits drames. Tout simplement délicieux ! Et il y a des perles, comme ce qui suit … Extraits : - Ca relève...

57.
171 visites
sans couverture

O & M de Charles Estienne, Charles Lapicque (Dessin)

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)
10 etoiles
Une version moderne du conte ténébreux, à la fois mystérieux, envoûtant et vénéneux
Charles Estienne est plus connu comme critique d’art et auteur de monographies que comme romancier. Son unique roman, publié en 1966 avec un titre sibyllin, dégage un charme mystérieux et envoûtant, qui peut dérouter et ne pas plaire. Mais il s'agit, pour moi, d'un chef d'œuvre méconnu qui s’inscrit dans la lignée des récits (je pense notamment à Charles Duits,...

58.
169 visites
sans couverture

Phobos - Tome 1 de Victor Dixen

critiqué par Alapage - (44 ans)
9 etoiles
Un vrai coup de coeur!
Extrait : C'est parce que leur amour naîtra dans l'espace qu'il pourra durer sur leur nouveau monde! C'est parce qu'ils n'ont rien à regretter sur Terre qu'ils ont tout à espérer sur Mars! Ils sont douze jeunes adultes pour qui la vie n'a pas été facile jusqu'à maintenant et qui rêvent de repartir à zéro, de se bâtir une nouvelle vie...

59.
169 visites
sans couverture

Le corps des ruines de Juan Gabriel Vásquez

critiqué par Tanneguy - (Paris - 78 ans)
9 etoiles
Colombie, assassinats politiques, complotisme
Juan Gabriel Vasquez a choisi d'articuler son roman historique autour de deux assassinats qui ont fait grand bruit en Colombie, celui de deux leaders appréciés, le sénateur Uribe Uribe en 1914 et celui de Jorge Gaitan en 1948. Les explications données ne sont-elles pas un peu simples, voire simplistes, comme certains le pensent à propos de l'assassinat de Kennedy...

60.
169 visites
sans couverture

Dans l'épaisseur de la chair de Jean-Marie Blas de Roblès

critiqué par Tanneguy - (Paris - 78 ans)
8 etoiles
Relation père-fils, campagne d'Italie, Algérie
Le narrateur (l'auteur ?) entretient une relation parfois difficile avec son père, qui a plus de 90 ans : ils continuent à pratiquer ensemble la pêche en mer depuis plus de 50 ans. Mais ils continuent à se confronter sur la guerre d'Algérie, un pays qu'ils ont quitté ensemble comme tous les pieds noirs après une saga familiale de plusieurs...