Les fiches récentes les plus visitées

Ce classement ne reprend que les critiques publiées dans les trente derniers jours.

Début Précédente Page 5 de 5

121.
94 visites
sans couverture

Valéry Giscard d'Estaing de Éric Roussel

critiqué par Veneziano - (Paris - 40 ans)
9 etoiles
Le biographie d'un politique atypique
Brillant, archi-bourgeois, sur-diplômé, Valéry Giscard d'Estaing détenait tout pour accéder à l'élite, mais pas à la Présidence de la République, du fait de son positionnement politique. Il s'en est ensuivi une bizarrerie politique dans son élection qui a suscité l'intrigue, en partie jusqu'à aujourd'hui. Atlantiste et libéral, descendant d'une famille sensiblement plus vichyste que résistante, ce qu'il a en grande...

122.
92 visites
sans couverture

A l'endroit où elles naissent de Diane Peylin

critiqué par Krys - (Haute-Savoie - 35 ans)
9 etoiles
Petite perle
Roman sur l'inégalité de la naissance mais sur l'égalité de la souffrance de vivre, ce récit est une petite perle. On est bercé à chaque chapitre entre le rythme français et malgache, toujours en liens. 2 femmes, Eva et Miangaly, nées chacune sous une étoile différente, avec leurs lots de chances et de malchances. L'écriture est poétique, pleine de jeux de...

123.
91 visites
sans couverture

Une lame de lumière de Andrea Camilleri

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 70 ans)
10 etoiles
Montalbano amoureux
Tout commence par un cercueil de bois grossier retrouvé par un paysan dans son champ, enfin, si on peut appeler ça un champ car rien n’y pousse à part les lapins. La suite est inracontable, tellement les péripéties abondent, contées dans cette langue truculente, propre à Camilleri, que Serge Quadruppani a réussi à transposer dans un français de vache espagnole...

124.
91 visites
sans couverture

Celui qui va vers elle ne revient pas de Shulem Deen

critiqué par Monocle - (tournai - 58 ans)
9 etoiles
Le loup est aussi dans nos poches
Le narrateur est né juif. Autant le boubou ne fait pas le marabout, autant le rabbin fait le Judaïsme. L'Hassidisme est une aile orthodoxe et rigoureuse de la croyance. Les Skvers sont ceux qui lavent encore plus blanc que blanc. Ils vivent en vase clos et c'est là que Shulem Deen naît, étudie la torah et le...

125.
91 visites
sans couverture

L'invention du père de Arnaud Cathrine

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 70 ans)
10 etoiles
mi padre
Il faut s'attendre à tout lorsque l'on part à la recherche d'un père que l'on n'a pas connu, mort seul et oublié de tous dans un petit village espagnol, non loin de la frontière française. Qui était ce père, haï par les habitants, qui se taisent et s'éloignent délibérément lorsqu'on les approche ? Petit à petit, le mystère qui entoure...

126.
90 visites
sans couverture

Le troisième cerveau. Petite phénoménologie du smartphone de Pierre-Marc de Biasi

critiqué par Colen8 - (77 ans)
9 etoiles
Le « pharmakon » du jour
Parler des bénéfices et des menaces simultanés du smartphone est devenu banal ! Mais qui aurait pensé à rapprocher cet artefact champion de la miniaturisation technologique du silex taillé des premiers humains… grâce auquel ils seraient devenus Sapiens et la suite par le biais d’une encéphalisation croissante ? L’objectif premier des empereurs du numérique est d’accaparer encore plus de richesse...

127.
90 visites
sans couverture

Les nouvelles de la rivière Noire: Saison 1 de Sophie Bérubé, Isha Bottin, Marie-Ève Bourassa, Claudine Monfette, Michel Mpambara

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 76 ans)
4 etoiles
Valcourt, P. Q.
Valcourt est un village du Québec situé dans les Cantons-de-l’Est. Il doit sa renommée à Armand Bombardier, l’inventeur de la célèbre motoneige. Son entreprise s’est répandue à travers le monde comme experte en construction de trains et d’avions. Le collectif de nouvelles a planté son décor dans cette municipalité traversée par la rivière Noire, d’où le titre. Les auteurs exploitent...

128.
89 visites
sans couverture

L'encre des savants de Souleymane Bachir Diagne

critiqué par Colen8 - (77 ans)
8 etoiles
La philosophie d’avant l’écriture
L’encre symbolise l’écriture dans un espace de culture orale transmise par les griots, les fameux conteurs de villages. Sans les mots ni les déclinaisons de verbes au futur pour se projeter dans l’avenir les peuples africains éprouvaient une temporalité différente, leur force de vie étant celle du moment présent. Un missionnaire belge dans les années 1930 publiant comme ethnographe...

129.
88 visites
sans couverture

Dad - tome 5 - Amour, gloire et corvées de Nob

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 51 ans)
7 etoiles
DAD EST… AMOUREUX!
Nous retrouvons donc Dad, notre «célibattant» préféré, pour la cinquième aventure de ses histoires, toujours sous la plume de NOB. Dad ne sait plus vraiment où donner de la tête! S'occuper à plein temps de ses quatre filles aux caractères aussi forts que disparates, c'est un vrai travail! Entre le désir d'indépendance de l’aînée Pandora (dite «Panda »), les aventures...

130.
88 visites
sans couverture

Avec toutes mes sympathies de Olivia de Lamberterie

critiqué par Papyrus - (Montperreux - 58 ans)
10 etoiles
Essai transformé
Dans ce récit particulier, Olivia de Lamberterie nous montre l'invisible, met des mots sur l'indicible, nous fait toucher et ressentir l'insondable. Avec sincérité et intensité, elle explore chaque recoin de son enfance pour mieux reconstituer la nature profonde de la relation très forte qui l'unit à son frère Alex. Ce frère si cher, parti vivre à Montréal vient de mettre fin...

131.
87 visites
sans couverture

Mozart est un joueur de blues de Ernest J. Gaines

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 70 ans)
10 etoiles
petite chronique de la négritude
Cinq nouvelles, sur le thème du quotidien des nègres (le mot est de l’auteur, sans aucune connotation péjorative, comme il devrait toujours être compris) de la Louisiane. En admirateur de Faulkner, Gaines tente de retranscrire le langage imparfait mais fortement imagé de ses personnages, tous issus du petit peuple travaillant sous le soleil dans les champs de canne à sucre....

132.
86 visites
sans couverture

La noyade pour les débutants de Ruth Hogan

critiqué par Pascale Ew. - (51 ans)
5 etoiles
Mélancolique, british et monotone
Masha se promène parmi les tombes avec son chien et s’entraîne à rester le plus longtemps sans respirer dans le fond de la piscine publique. Cela fait douze ans que son fils de deux ans est mort et elle ne s’en remet pas. Tous les jours, elle invente la vie des personnes enterrées dans le cimetière et s'en fait des...

133.
84 visites
sans couverture

Applaudis lorsque les morts s'animent de Zacan Kovacs

critiqué par CC.RIDER - (60 ans)
4 etoiles
Une réalité bien glauque
Quelque part dans les bas-fonds, l’homme aux semelles qui couinent deale pour le compte du Fourbe, parrain du quartier, toutes sortes de « broches » permettant à de nombreux paumés de fuir une réalité plutôt glauque… Deuil retrouve son petit ami qui n’est plus que l’ombre de lui-même. Junkie en phase terminale, à trop abuser des substances, il ne lui reste plus...

134.
83 visites
sans couverture

Les pièges de l'exil de Philip Kerr

critiqué par Pacmann - (Tamise - 53 ans)
6 etoiles
Bernie Gunther encore bon pour le service
On retrouve notre héros Bernie Gunther en 1956, concierge du Grand Hôtel sur la côte d’azur où il est connu sous le faux nom de Walter Wolf. Vieillissant, largué par sa femme, il fait même une tentative de suicide au début du roman. Malgré lui, même si on sent que l’appétit de l’aventure et que les vieux réflexes lui reviennent...

135.
82 visites
sans couverture

Les enfants du brouillard de Cheryl Kaye Tardif

critiqué par Ayor - (46 ans)
5 etoiles
Sans relief
Thriller sans grand relief et qui souffre d’un manque d’originalité certain. Sujet maintes fois traité, sans véritables surprises, avec des rebondissements attendus et un final prévisible, le tout parsemé de personnages stéréotypés. Malgré ces éléments décevants, la deuxième partie du roman se révèle nettement plus attrayante, réveille notre intérêt sans toutefois soulever un enthousiasme inconsidéré, surtout quand de grosses ficelles sont...

136.
81 visites
sans couverture

La scribe de Antonio Garrido

critiqué par Ddh - (Mouscron - 77 ans)
9 etoiles
Une scribe au VIIIè siècle ?
Au seuil de l'an 800, Theresa est hors du commun : elle lit et écrit le grec, le latin... Ingénieur industriel de formation, Antonio Garrido est professeur d'université en Espagne. La Scribe est son premier roman. La jeune Thérésa a déjà une vie bien remplie ! Elle est une réfugiée de la ville de Constantinople tout comme son père Gorgias. Elle se retrouve à...

137.
81 visites
sans couverture

Célébrer vivre de Marcel Migozzi, René Welter, Lawand (Dessin)

critiqué par Eric Eliès - (44 ans)
9 etoiles
Une poésie épurée à l'extrême, comme un mot d'amour murmuré pour célébrer le monde et la vie
Cette mince plaquette d’une trentaine de pages, accompagnée des peintures d’un peintre syrien établi en France, est un recueil écrit à quatre mains, sans distinction entre les contributions des deux poètes, Marcel Migozzi (né en 1936) et René Walter (né en 1952). Les vers des poèmes sont très courts, presque lapidaires, donnant le sentiment d’une écriture verticale sur la page...

138.
80 visites
sans couverture

Bienvenue au conseil d'administration : mort complice : de Peter Handke

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)
7 etoiles
Regard sur la mort
Sous le titre du premier texte de ce recueil, l’éditeur a regroupé une vingtaine de nouvelles qui évoquent toutes la mort qui survient brutalement ou qui pourrait advenir rapidement. Le traducteur et préfacier, Georges-Arthur Goldschmidt, précise « Dans ce recueil de nouvelles, on a affaire à une figure centrale et à une seule : la mort, mais la mort qu'on...

139.
79 visites
sans couverture

Dark Matter de Blake Crouch

critiqué par Badzu - (versailles - 43 ans)
8 etoiles
Par l'auteur de Wayward Pines
4ème de couverture : "Un soir, en rentrant chez lui, Jason Dessen, professeur de physique, est agressé et kidnappé par un inconnu masqué. Quand il reprend connaissance, tout a changé : Daniela n'est plus sa femme, leur fils Charlie n'est jamais né, et Jason lui-même est un physicien de premier plan à l'aube d'une découverte fondamentale. Que lui est-il arrivé?...

140.
79 visites
sans couverture

Long cours de Georges Simenon

critiqué par Pierrot - (Villeurbanne - 66 ans)
7 etoiles
Aimez-vous Simenon ?
Un jour sur une onde, j’ai ouï cette affirmation ? -« Il n’aime pas la musique, il aime que Schubert ». Si il est vrai que je me retrouve un peu dans cette formule, puisque c’est à travers l’œuvre de ce compositeur que je m’identifie le plus, avec une bonne cinquantaine d’œuvres que j’adore. (Et pas uniquement des lieder)… Alors,...

141.
78 visites
sans couverture

Le Manuscrit inachevé de Franck Thilliez

critiqué par Lettres it be - (24 ans)
8 etoiles
"Le manuscrit inachevé" de Franck Thilliez : une bien sombre mise en abyme
C’est à chaque fois un événement : la sortie d’un nouveau livre de Franck Thilliez, all-star parmi les all-stars du roman noir à la française. Cette fois, l’auteur né en 1973 revient avec Le manuscrit inachevé aux éditions Fleuve noir. Un one-shot qui nous éloigne un temps de Franck Sharko et Lucie Henebelle. Dans quel but ? Lettres it be...

142.
78 visites
sans couverture

Alexandre, Tome 1 : Le feu du ciel de Mary Renault

critiqué par Lilule - (baalon - 45 ans)
4 etoiles
enfin fini
À la cour du roi Philippe de Macédoine, le petit Alexandre grandit, idolâtré par son père et sa mère, la reine Olympias, parmi les soldats et les serviteurs. Beau, sensible, attentif, l'enfant révèle bien vite une intelligence exceptionnelle et un indomptable désir de dominer. À douze ans, il tue un homme ; à treize, il dompte le fameux cheval Bucéphale...

143.
76 visites
sans couverture

Les chemins de Kergrist de Charles Le Quintrec

critiqué par Bernard2 - (ARAMITS - 69 ans)
7 etoiles
Souvenirs et nostalgie
Guillerme se souvient... Ses parents, paysans en Bretagne, avaient recueilli une orpheline (nous sommes entre les deux guerres). L'hostilité du début se changera en complicité. Un pur roman de terroir qui fleure bon la nature, qui nous fait vivre avec ses habitants, leurs croyances, leurs traditions. C'est bien écrit, nostalgique à souhait. On revit une époque aujourd'hui révolue, que l'on se...

144.
75 visites
sans couverture

Totems et tributs de Ben Parva

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)
8 etoiles
Articologie littéraire
Avant de découvrir ce recueil, je ne connaissais rien de cet auteur, heureusement l’éditeur a eu l’excellente idée de placer au début de cet ouvrage une biographie fort instructive de l’intéressé. On y apprend beaucoup de chose notamment que l’auteur a connu la consécration en 2016 « quand son nom est cité au mariage d’un ami de sa sœur »....

145.
74 visites
sans couverture

Keleana- Tome 3: L'héritière du feu de Sarah J. Maas

critiqué par Goupilpm - (La Baronnie - 61 ans)
7 etoiles
Un avis mitigé
A la fin du tome précédent on avait quitté l'héroïne alors qu'elle embarquait sur un navire en direction du royaume de Wendlyn où, à la demande du roi Ardalan elle devait tuer les membres de la famille royale. Comme à son habitude l'autrice prend un raccourci puisqu'on retrouve l'héroïne perchée sur un toit de la capitale dudit royaume. On avait avec...

146.
74 visites
sans couverture

Retombées de sombrero de Richard Brautigan

critiqué par Ludmilla - (Chaville - 63 ans)
9 etoiles
Un livre de Brautigan, sans aucun doute !
J’ai découvert Brautigan avec Mémoires sauvés du vent » que j’ai trouvé excellent. « Retombées de sombrero », c’est un livre que je cherchais depuis longtemps et que les éditions Christian Bourgois (qu’elles en soient remerciées) ont republié cette année, avec « Un privé à Babylone ». Des chapitres très courts, certains sur cette histoire de sombrero qui atterrit entre le...

147.
73 visites
sans couverture

Camille, mon envolée de Sophie Daull

critiqué par Badzu - (versailles - 43 ans)
8 etoiles
Raconter la perte d'un enfant
Sophie Daull a perdu sa fille de 16 ans en 4 jours, d'une infection foudroyante prise au début pour une banale grippe. Malgré les appels aux Samu, médecins et la venue aux urgences, personne ne décèlera l'ampleur du mal et La famille Daull repartira avec son ordonnance de Doliprane avant la terrible fin. Sophie Daull n'a aucune aigreur, aucune rancune. Elle...

148.
71 visites
sans couverture

La vie. Mode d'emploi critique de Didier Fassin

critiqué par Colen8 - (77 ans)
8 etoiles
La vie, quelle valeur ?
L’expérience anthropologique de terrain se confronte ici aux commentaires tirés de philosophes et de sociologues pour tenter de définir le spectre de cette notion polysémique, la vie. Le fossé est immense entre la définition biologique du vivant, le ressenti psychologique du vécu, la mission des humanitaires et médecins pour lesquelles la vie n’a pas de prix, l’idéal de ceux qui...

149.
69 visites
sans couverture

Raylan de Elmore Leonard

critiqué par Tistou - (62 ans)
7 etoiles
Trafic d’organes
Elmore Leonard a cette capacité à s’emparer de faits de société, ou de faits d’évolution de société, pour les traiter à sa sauce, comprendre dans le cadre d’un polar soft, un polar où l’humour sourd de partout, dédramatisant des faits objectivement dramatiques. Ils sont quelques-uns aux USA de ce calibre, Carl Hiaasen en est un autre, de même que le...

150.
69 visites
sans couverture

Le chemisier de Bastien Vivès

critiqué par Hervé28 - (Chartres - 49 ans)
5 etoiles
Grahiquement superbe mais scénario mince
Bastien Vivès a fini par se forger une solide réputation dans le monde de la bande dessinée. Il publie beaucoup en ce moment, de "last Man" au très controversé et jubilatoire "Petit Paul", en passant par "Le chemisier", il n’arrête pas. J’avais beaucoup apprécié son précédent album "Une sœur" qui combinait tendresse et premiers émois sexuels. Ici, c’est tout à...

Début Précédente Page 5 de 5