Koudoux

avatar 23/04/2018 @ 20:18:08
Terminé la 1ère partiie


J'ai retrouvé le style "Houellebecq", cru mais montrant du doigt des vérités qui méritent d'être expliquées.
Pauvre Bruno, enfance difficile qui le pertubera tout au long de sa vie...

Tistou 23/04/2018 @ 23:13:30
Commencé un peu après vous mais je rattrape, je rattrape (j'ai même dû en dépasser un certain nombre). Faut dire qu'entre Grenoble et Pont-Audemer ça fait des heures de voiture ... et donc de roman lu ! Oui car finalement, moi, je l'écoute. Et comme Marvic je n'ai aucun souvenir de cet ouvrage que j'avais lu en 2001. Aucun.
J'ai entamé déjà la seconde partie. Ca s'écoute très bien. M. Houellebec s'entend à capter l'attention avec des chapitres d'un grand décousu, sautant volontiers d'un personnage à un autre pour y revenir - ou pas ?- plus tard.
C'est étrange ce mélange de considérations savantes, sur la physique quantique, et de considérations philosophico-sociétales, pour lesquelles il est très fort. Il est indéniablement intéressant dans ses réflexions et sait vraiment prendre de la hauteur pour considérer les problèmes dans leur globalité et au plus près de la racine.
Bon, par contre il va falloir lui expliquer que la masturbation masculine n'est pas l'alpha et l'oméga.Ca me rappelle Catherine Millet et "Jour de souffrance" pour la version féminine de l'onanisme.
M'est avis cher Michel qu'il y a moyen d'élever un peu le débat ...
En tout cas mes préjugés vis à vis de Houellebec tombent. Ce gars a des choses à dire et il sait les dire. Mon proche voyage Normandie - Nord puis Meuse va me permettre d'avancer à march... roues forcées !

Marvic

avatar 24/04/2018 @ 10:21:29



Plus j'avance dans l'histoire plus cela me rappelle "Une vie française" de Jean-Paul DUBOIS (ici sur CL http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/6387), curieux de savoir si d'autres qui on lu ce livre pensent comme moi?...


Lu en 2005 et autant de souvenirs de lecture qu'avec "les particules élémentaires" :(


Même impression que tout le monde, c'est très bien écrit avec beaucoup de distaciation, dans un style parfois très cru, mais très facile à lire. J'ai trouvé que l'histoire est très linéaire et assez prévisible, on arrive a comprendre longtemps à l'avance ce qu'il va se passer...

Je suis arrivée au chapitre 9 de la deuxième partie, et c'est vrai que la suite me semble hautement prévisible.Je vérifierai ce soir

Marvic

avatar 24/04/2018 @ 10:30:07
Commencé un peu après vous mais je rattrape, je rattrape (j'ai même dû en dépasser un certain nombre). Faut dire qu'entre Grenoble et Pont-Audemer ça fait des heures de voiture ...

Comment ça ? A Pont-Audemer et même pas le temps de prendre un petit café !

Et comme Marvic je n'ai aucun souvenir de cet ouvrage que j'avais lu en 2001. Aucun.

Je me sens moins seule !



Bon, par contre il va falloir lui expliquer que la masturbation masculine n'est pas l'alpha et l'oméga.Ca me rappelle Catherine Millet et "Jour de souffrance" pour la version féminine de l'onanisme.
M'est avis cher Michel qu'il y a moyen d'élever un peu le débat ...

Les relations humaines entre adultes sont vouées à l'échec. Celle entre Michel et Annabelle, qui était pourtant magnifique n'a pas dépassé l'adolescence. Elles semblent donc limitées à la sexualité, voyeurisme et masturbation principalement.
On pourrait penser que Bruno éprouve un peu de tendresse envers Christiane mais je doute qu'elle soit suffisante pour que cette relation dépasse le temps des vacances.
Une grande solitude désabusée.

Pieronnelle

avatar 24/04/2018 @ 12:17:44
Toujours l'impression de lire une chronique mais avec des passages beaucoup plus personalisés. Ceux sur les deux grand-mères sont touchants mais lus dans bien d'autres livres. De la tendresse mais à bouts de bras...Ces petites appartés scientifiques, interessantes et heureusement souvent en rapport avec les événements liés aux personnages, ne me paraissent pas essentielles. Mais il y a quelque chose que l'on sent sans bien pouvoir l'expliquer qui rend l'auteur attachant ; je dis bien l'auteur car j'ai le sentiment de feuilleter un album photos avec des arrêts sur images et les personnages sont tenus à distance. Il y a du cynisme mais sans trop, un léger humour, les mots crus me semblent liés à des évènements crus donc pas gratuits à priori.
C'est une époque que je connais bien pour l'avoir vécue je ne découvre donc rien et cette façon de la baliser par des faits ou personnes connues me semblent un peu facile mais l'auteur embarque bien ses personnages dans cette société. J'ai le sentiment qu'il va avoir la tentation de généraliser sur les comportements liés à cette période et j'appréhende la deuxième partie...
Dubitative mais pas déçue, enfin j'ai pas fini : -)

Début Précédente Page 4 de 4
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier