Les forums

Forums  :  Musique & Cinéma  :  Chanson du jour

Tistou 25/08/2004 @ 12:02:10
THIEFAINE : "Terrien, t'es rien

Dis Monique, tu prépares l'ambiance pour ce soir?

Monique 25/08/2004 @ 14:12:03
T'as tout compris Tistou...

Monique 25/08/2004 @ 14:13:13
Bon goût, le petit K.V.Q. C'est une de mes préférées. Rien qu'à lire les paroles, j'entends la voix d'Hubert Félix.
Et les 2 autres, elles sentent le gaz ?...

Monique 25/08/2004 @ 15:22:10
Encore une de M. POLNAREFF...

LA MOUCHE :

Je suis une mouche
Posée sur sa bouche
Elle était nue
On aurait cru le paradis
Tant elle était jolie

Je suis une mouche
Posée là sur sa bouche
Je n’avais d’yeux que pour elle
Mais elle voulait
Que je me tire à tire d’ailes

Sur ses lèvres, moi, j’avais décidé
De ne plus jamais m’envoler
Sur ses lèvres, moi, j’avais décidé
De ne plus jamais m’en aller

Mais que fait donc cette mouche
Posée là sur ma bouche
Demanda-t-elle au peintre
Qui lui dit
Comme c’est joli

De voir cette mouche
Dessinée sur ta bouche
Et moi j’aurais tout donné
Oui, tout donné
Pour pouvoir l’embrasser

Sur ses lèvres, moi, j’avais déposé
Le plus doux des plus doux baisers
Sur ses lèvres, moi, d’une gifle elle m’a tuée
Croyant que j’voulais la piquer

J’étais une mouche
Posée là sur sa bouche
Elle était nue
On aurait cru le paradis
Tant elle était jolie

Je suis une mouche
Ecrasée sur sa bouche
Il ne faut pas dire aux femmes
Qu’on les aime
Sinon elles deviennent piquées

Sur ses lèvres, moi, je m’étais posé
Pour lui dire que je l’aimais
Mais les femmes, moi,
Je n’m’étais pas méfié
C’est un peu tard vous me direz
C’est un peu tard vous me direz, vous me direz
C’est un peu tard vous me direz

J’étais une mouche
Posée sur sa bouche
Je voulais seul’ment l’embrasser
Mais elle a cru que j’voulais la piquer

Que c’est dur d’être une mouche
Quand d’autres que vous prenn’ la mouche
De moi il ne reste qu’un point
Sur un tableau
Comme le ciel est loin

Sur ses lèvres, moi, je m’étais posé
Pour lui dire que je l’aimais
Mais les femmes, moi,
Je n’ m’étais pas méfié
Une mouche c’est vraiment bête à tuer
Une mouche c’est vraiment bête à tuer
Une mouche c’est vraiment bête à tuer

Je suis une mouche
Posée sur sa bouche

Tistou 25/08/2004 @ 15:26:04
Bon goût, le petit K.V.Q. C'est une de mes préférées. Rien qu'à lire les paroles, j'entends la voix d'Hubert Félix.
Et les 2 autres, elles sentent le gaz ?...


Mais non Monique, franchement, j'ai beau renifler, pas de gaz à l'horizon!
Variation sur le thème d'Icare, évidemment qu'elle est bien aussi, mais de toutes façons, en tant qu'admirateur de l'Hubert Félix, je ne suis pas objectif. Les 2 premiers disques commencent à dater un peu; Il se faisait la main le p'tit gars. J'aime mieux ce quiu est venu après, même si c'est encore plus désespéré!

Tistou 25/08/2004 @ 15:27:58
Et quant à la mouche, oui c'est bien, mais POLNAREFF me laisse plus froid.

Monique 25/08/2004 @ 15:44:22
Et quant à la mouche, oui c'est bien, mais POLNAREFF me laisse plus froid.
Froid ? C'est possible ça ?? LE maître ? Avec lui et Gainsbourg, on a le gratin des mélodistes non ? Même Obispo le reconnaît, c'est dire !

Zibouille 25/08/2004 @ 16:21:51
Et quant à la mouche, oui c'est bien, mais POLNAREFF me laisse plus froid.
Froid ? C'est possible ça ?? LE maître ? Avec lui et Gainsbourg, on a le gratin des mélodistes non ? Même Obispo le reconnaît, c'est dire !

je ne suis pas trop fan de Polnareff... et je le suis de Obispo (trop peut-être). Mais je dois reconnaître qu'il a écrit de très belles chansons "La lettre à France", "Le bal des Lazes" et "Marylou" par exemple... Quant à Gainsbourg : je l'adore. Des chansons comme "Je suis venu te dire que je m'en vais", "Melody Nelson" (reprise par Placebo c'est excellent) "Le poinçonneur des Lilas" etc... sont vraiment des chefs-d'oeuvre

Monique 25/08/2004 @ 16:29:46
Zibouille, tu me plais bien ! Même ton pseudo ! C'est où Lustin au fait ?

Zibouille 25/08/2004 @ 16:49:51
Zibouille, tu me plais bien ! Même ton pseudo ! C'est où Lustin au fait ?

Heureuse de te plaire... Lustin est un charmant petit village situé dans la vallée de la Meuse à +/- 15km de Namur. Quant à mon pseudo, un jour peut-être, j'expliquerai d'où il vient !

Monique 25/08/2004 @ 16:58:19
Quant à mon pseudo, un jour peut-être, j'expliquerai d'où il vient !
Eh ! On a déjà notre "Sibylline" sur le site, alors hein ??? Bon, on attendra...

Zibouille 25/08/2004 @ 17:41:30
Voici un très beau texte de Zazie "Sur toi" (j'avoue que je suis un peu jalouse... J'aurai aimé l'écrire pour mon amoureux. Mais bon Zazie chante beaucoup mieux que moi...)

J'écris sur ce que j'endure
Les petites morts, sur les blessure
J'écris ma peur
Mon manque d'amour
J'écris du cour
Mais c'est toujours

Sur ce que je n'ai pas pu dire
Pas pu vivre, pas su retenir
J'écris en vers
Et contre tous
C'est toujours l'enfer
Qui me pousse

A jeter l'encre sur le papier
La faute sur ceux qui m'ont laissée
Ecrire, c'est toujours reculer
L'instant où tout s'est écroulé

On n'écrit pas
Sur ce qu'on aime
Sur ce qui ne pose pas
Problème
Voilà pourquoi
Je n'écris pas
Sur toi
Rassure-toi

J'écris sur ce qui me blesse
La liste des forces qu'il me reste
Mes kilomètres de vis manquée
De mal en prose, de vers brisés

J'écris comme on miaule sous la lune
Dans la nuit, je trempe ma plume
J'écris l'abcès
J'écris l'absent
J'écris la pluie
Pas le beau temps

J'écris ce qui ne se dit pas
Sur les murs, j'écris sur les toits
Ecrire, c'est toujours revenir
A ceux qui nous ont fait partir

On n'écrit pas qu'on manque de rien
Qu'on est heureux, que tout va bien
Voilà pourquoi
Je n'écris pas
Sur toi
Rassure-toi

J'écris quand j'ai mal aux autres
Quand ma peine ressemble à la votre
Quand le monde me fait le gros dos
Je lui fais porter le chapeau

J'écris le blues indélébile
Ça me paraît moins difficile
De dire à tous plutôt qu'à un
Et d'avoir le mot de la fin

Il faut qu'elle soit partie déjà
Pour écrire " ne me quitte pas "
Qu'ils ne vivent plus sous le même toit
Pour qu'il vienne lui dire qu'il s'en va

On n'écrit pas la chance qu'on a
Pas de chanson d'amour quand on en a
Voilà pourquoi, mon amour
Je n'écris rien
Sur toi
Rassure-toi

Tistou 26/08/2004 @ 08:36:55
Je ne "pratique" pas Zazie et à lire ce texte, je vais finir par penser qu'il va falloir. Encore que le texte n'est pas tout, faut-il aussi que la musique, l'esprit de la musique m'accroche. Et aussi que l'homme ou la femme plaise. Sacrée alchimie!
C'est vrai POLNAREFF est un mélodiste hors pair, mais tu n'en connais pas toi, Monique, des hommes ou des femmes très beaux et que tu n'as pas envie d'aimer pour autant?

Tistou 26/08/2004 @ 08:38:59
De Georges BRASSENS dans MOURIR POUR DES IDEES
Quatre vingt quinze pour cent

La femme qui possède tout en elle
Pour donner le goût des fêtes charnelles,
La femme qui suscite en nous tant de passion brutale,
La femme est avant tout sentimentale.
Main dans la main les longues promenades,
Les fleurs, les billets doux, les sérénades,
Les crimes, les folies que pour ses beaux yeux l’on commet
La transportent, mais …

Quatre vingt quinze fois sur cent,
La femme s’emmerde en baisant.
Qu’elle le taise ou le confesse
C’est pas tous les jours qu’on lui déride les fesses.
Les pauvres bougres convaincus
Du contraire sont des cocus.
A l’heure de l’oeuvre de chair
Elle est souvent triste, peuchère !
S’il n’entend le coeur qui bat,
Le corps non plus ne bronche pas.



J’entends aller bon train les commentaires
De ceux qui font des châteaux à Cythère :
« C’est parce que tu n’es qu’un malhabile, un maladroit,
Qu’elle conserve toujours son sang-froid. »
Peut être, mais si les assauts vous pèsent
De ces petits m’as-tu-vu-quand-je-baise,
Mesdames, en vous laissant manger le plaisir sur le dos,
Chantez in petto …

Ecrit et composé en 1972. Il n’y a pas eu grand chose d’écrit de mieux sur le sujet. Magie et génie de la composition du vieux Georges.
Tout ce qu’il dit est vrai, … sauf que quelquefois on se trompe !

Monique 26/08/2004 @ 09:08:54
C'est vrai POLNAREFF est un mélodiste hors pair, mais tu n'en connais pas toi, Monique, des hommes ou des femmes très beaux et que tu n'as pas envie d'aimer pour autant?
Je n'ai pas dit que j'étais amoureuse de qui que ce soit ! J'aime et j'admire ces mélodistes, le résultat du produit de leurs flashs cérébraux et poétiques. S'il se trouve que Polnareff et Gainsbourg aient en plus été des provocateurs nés, cela m'indiffère plutôt. Ils sont "incontournables" comme on dit, et j'aurais dû ajouter les Beatles dans ma short list des grands mélodistes devant l'Eternel.

Pour la peine je vous offre un texte, trouvez de qui il est... :


Combien j'ai connu d'inconnues
Toutes de roses dévêtues
Combien de ces fleurs qu'on effleure
Et qui s'entrouvrent puis se meurent
Que de larmes et de colliers
Au pied de mon lit ont roulé
Que de comédies que d'ennuis
Pour d'aussi frêles pierreries

Amour sans amour, amour sans amour
L'amour sans amour et sans visage
Amour sans amour, amour sans amour
Sans illusion, sans orage

Amour de collège, comment ai-je
Pu oublier tes sortilèges ?
L'amour au hasard d'un regard
T'a effacée de ma mémoire
Du jardin que j'ai saccagé,
Dont les herbes se sont couchées,
Il ne reste rien, je le crains,
Que ronces mortes sans parfum

Amour sans amour, amour sans amour
Amour sans amour, rien n'est plus triste
Amour sans amour, amour sans amour
Mais qui sans amour existe ?
Combien j'ai connu d'inconnues
Toutes de roses dévêtues

Polochon 26/08/2004 @ 09:51:02
Gainsbourg...

Non, non jsuis pas une pro, j'avais des doutes, merci Google de les avoir éclaircis...

Polochon 26/08/2004 @ 09:56:05
Voilà un titre qui m'a fait découvrir Fersen et son univers haut en couleur entre bestiaire et tranches de vie, ironique, noir, coloré...

Ce n'est peut être pas mon préféré mais je suis fidèle à mes premières amours.

La chauve-souris

Texte : Thomas Fersen
Musique : Thomas Fersen
Extrait de l'album : Qu4tre



Une chauve-souris
Aimait un parapluie,
Un grand parapluie noir
Découpé dans la nuit,
Par goût de désespoir
Car tout glissait sur lui,
Une chauve-souris
Aimait un parapluie (bis).

Elle marchait au radar,
Le sommeil l'avait fuie,
Elle voulait s'mettre à boire,
Se jeter au fond d'un puits.
Une chauve-souris
Aimait un parapluie,
Un grand parapluie noir
Découpé dans la nuit (bis).

Sans jamais s'émouvoir
Pour cette chauve-souris,
Le grand parapluie noir
Sortait de son étui.
Il prenait sous son aile
Soin d'une belle de nuit
Qui, boulevard Saint-Marcel,
Le nourrissait de pluie.

Puis le grand accessoire
Se mit à voyager
Dans son bel habit noir,
Son habit noir de jais.
Après les palabres,
Pour faire un peu d'osier,
Un avaleur de sabres
Le mis dans son gosier (bis).

A un acrobate,
Servit de balancier,
Un vendeur de cravates
Le prit comme associé,
Puis il se déplia
Sur une permanente,
Puis il se déplia
Car il pleuvait sur Nantes (bis).

Une chauve-souris
Demoiselle de la nuit,
Une chauve-souris,
Aimait un parapluie.
Elle vint chercher l'oubli
Au fond d'un vieux manoir
Où elle mourrait d'ennui
Pendant que le parapluie
Menait au Père-Lachaise
Une vie de bâton d'chaise.

Un jour de mauvais temps,
Un jour de mauvais temps,
Un brusque coup de vent
lui mit les pieds devant.
On le laissa pour mort
Dans quelque caniveau,
On le laissa pour mort
Avec le bec dans l'eau (bis).

En voyant son squelette
Qui faisait sa toilette
Parmi les détritus
Et les denrées foutues,
"C'est la chance qui m'sourit !"
Hurla la chauve-souris,
"Je le croyait perdu,
Le manche est revenu (bis)".

Riant comme une baleine
Pleurant comme une madeleine,
Une chauve-souris
Aimait un parapluie.
Ils allèrent se dirent oui
Dans l'grenier d'la mairie,
Une chauve-souris
Aimait un parapluie (bis).

Tistou 26/08/2004 @ 11:01:31
encore un qui ne fait pas partie de mon univers, Fersen, et dont le texte donne envie d'aller voir. Merci Polochon.
Euh, une question indiscrète? C'est drôle comme pseudo, non?

Polochon 26/08/2004 @ 11:19:12
encore un qui ne fait pas partie de mon univers, Fersen, et dont le texte donne envie d'aller voir. Merci Polochon.
Euh, une question indiscrète? C'est drôle comme pseudo, non?


Je me pose la grande question de comment ajouter un lien sur ce forum?

Le site de Fersen est très complet, paroles et quelques extraits disponibles. J'ai un gros faible pour Monsieur issue de qu4tre aussi et pour Bijou extraite du Jour du Poisson (extrait disponible). Qu4tre est tout de même mon album préféré. J'ai commencé par acheter Triplex en concert, un best off très complet, le charme du public en plus puis le virus m'a pris.

http://www.fersen.free.fr/

Pour ce qui est de mon pseudo, je le conserve de sites en sites. Il n'est pas plus étrange que d'autres. Il cultive le doute entre couette, oreiller et le très fameux poisson clown de la Petite Sirène de Disney ( et oui mes références culturelles sont édifiantes).

Tistou 26/08/2004 @ 11:45:34
Et bien comme ça, nous sommes édifiés!

Début Précédente Page 3 de 152 Suivante Fin
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier