Traité d'athéologie : Physique de la métaphysique de Michel Onfray

Traité d'athéologie : Physique de la métaphysique de Michel Onfray

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Philosophie

Critiqué par Ulrich, le 2 février 2005 (avignon, Inscrit le 29 septembre 2004, 47 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 18 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 621ème position).
Discussion(s) : 3 (Voir »)
Visites : 9 773  (depuis Novembre 2007)

Juste un Pamphlet !

Miche ONFRAY développe son concept, celui de l’athéologie. Inventé par Georges Bataille, il reprend, tente de le préciser, de le compléter. Ce livre se veut un démystificateur des 3 grandes religions monothéistes. L’attaque est en règle. La charge est violente. La méthode est juste. Les écrits examinés, décortiqués et renvoyés à leurs contradictions. Les modes opératoires des religions subissent les mêmes foudres. Implacable et sans appel. La théorie du prélèvement des textes (Bible, Thora, Coran) est une usurpation. MO le montre avec habileté. L’athéologie n’est pas encore définie, juste les trois grandes religions montrées pour ce qu’elles sont : une création humaine au service non pas de l’humanité mais juste de quelques hommes. Pour l’instant, rien de nouveau. Je pense et nous sommes nombreux à différencier l’organisation de la croyance – et à la rejeter, la condamner- et la croyance. La croyance, Michel ONFRAY la balaye d’un revers d’une page introductive : «Je n’en veux pas aux hommes qui consomment des expédients métaphysiques pour survivre en revanche ceux qui en organisent le trafic campent radicalement et définitivement…de l’autre côté de la barricade existentielle ».Croire, vous êtes dans le faux, en fait dans le doute existentiel mais je vous pardonne. Magnanime MO. Puisqu’il s’agit de doute existentiel, de l’homme, de sa conscience, l’auteur en appelle à la philosophie. Utile et intéressant. Mais là aussi, l’auteur le montre la philosophie ne va pas jusqu’au bout. Elle aussi est trop empreinte de nos épistémès religieux. Là aussi. D’accord ! Dont acte !
L’histoire en tant que science est faite du même vice. Oui évidemment, même cause, même effets !
L’athéisme d’aujourd’hui est donc judéo-chrétien, fait de ses valeurs. Là aussi, je partage, Mais après ? C’est l’après que MO se fixe pour objectif. Il veut définir autre chose, ce qu’il appelle une laïcité post-chrétienne. Louable, mais trop peu de pistes nous sont proposées. Il ne fait que puiser dans un catalogue de croyances autres déjà éprouvées. Hédonisme, cynisme, matérialisme, jouisseur…
La religion est une erreur, jouissez de la vie, nous n’en avons qu’une ! Voilà en quelque sorte son exhortation. Je la partage et la rêve. Mais l’erreur me semble t-il tient dans l’absence de réflexion dans le besoin ontologique de l’homme de croire, de son besoin à comprendre ce que le hasard ne lui suffit pas comme explication. La laïcité de combat qu’il appelle de ses vœux n’est pas définie. Juste un appel à une plus grande tolérance. Les religions sont des appareils politiques à des fins d’organisation de notre société. Balayons-les ! La laïcité d’aujourd’hui est trop faible. Elle est juste une séparation, pas une volonté. Donnons lui une volonté. Mais là MO échoue. Il ne lui donne que d’autres croyances, en des valeurs humanistes en quelque sorte. Et la question reste sans réponse, pourquoi l’homme croit ? et je ne sais pas mais je crois que derrière cette question se cachent les trois grandes questions de l’humanité, d’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Traité d'athéologie [Texte imprimé], [essai] Michel Onfray
    de Onfray, Michel
    B. Grasset
    ISBN : 9782246648017 ; 19,90 € ; 26/01/2005 ; 281 p. ; Broché
  • Traité d'athéologie [Texte imprimé], physique de la métaphysique Michel Onfray
    de Onfray, Michel
    le Livre de poche / Le Livre de poche
    ISBN : 9782253115571 ; 7,90 € ; 04/10/2006 ; 315 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Critique libre (et rafraîchissante) de trois mauvais romans ;-)

8 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 28 mars 2013

Pour moi qui ai toujours été réticent à me cogner la Bible ou le Coran, ce traité fut une lecture vraiment passionnante. Michel Onfray, qui s’est beaucoup documenté (il cite toujours ses références), se montre plutôt pédagogue. Il me reste à vérifier en lisant ces pavés par moi-même (il m’en a presque lui-même donné l’envie) mais je doute de la malhonnêteté de l’auteur dont la méthodologie est irréfutable. Il démonte point par point ces mythes pour enfants que sont les 3M, les trois monothéismes, et les place devant leurs contradictions, établit des évidences qui ont toujours été là, devant nous, mais qu’on ne songeait même plus à remettre en cause. Il faut dire que des siècles de glose et d’enracinement ont fini par convaincre quasiment tout un chacun que ces livres étaient tombés du ciel, hors de tout contexte historique.

La question de savoir si Onfray fait preuve de mauvaise foi ( !) ou ne cite que les extraits alimentant son argumentation est secondaire. Au moins a-t-il le mérite de poser des questions qui ont toute leur légitimité (et qu’on oublie souvent de poser, peut-être parce que depuis notre enfance on nous bassine avec l’aspect sacré et intouchable des trois bibles) : pourquoi ces livres ont-ils été rédigés sur tant d’années, qui étaient les auteurs et d’où tirent-ils leurs textes étant donné que la plupart n’ont pas fréquenté les « prophètes », combien de copistes et dans quelle mesure sont-ils intervenus sur le contenu, quels étaient le rapport de ces gens au pouvoir, pourquoi les textes ne sont-ils jamais datés et pourquoi tant de contradictions ? (on y prône toujours l’amour du prochain mais on justifie des guerres « saintes » ou « justes »), pourquoi ne trouve-t-on jamais des rayons « athéologie » dans les librairies et bibliothèques, alors que les rayons « religion » ou « spiritualité » sont souvent mis en avant ? L’auteur tend même des perches : il propose une mise à jour des textes en supprimant les plus violents et les plus contradictoires…

Cet essai a dû gêner pas mal de représentants religieux ou même de croyants, car en effet, il force la réflexion, et ça, les religions abrahamiques n’aiment pas trop d’une façon générale (« heureux les simples d’esprit »). Il suffit seulement de lire certaines critiques sur cette page (« au bûcher ! » par Botchya) pour vérifier l’intolérance inscrite dans leur ADN. C’est sûr, il y va fort le père Onfray, et mises bout à bout, ses pièces à conviction s’apparentent à une charge sans concessions contre les trois monothéismes en particulier (il n’évoque que très peu les religions asiatiques). Certes, celles-ci sont moins connues pour leurs contradictions et leurs frasques séculaires. D’ailleurs, il est presque étonnant que l’auteur n’ait pas eu à subir une fatwa de la part des islamistes…

Un bémol toutefois : ce traité d’athéologie, qui dénonce avec brio tous ces mensonges érigés en vérités suprêmes, n’aura pas suffi à convaincre totalement l’agnostique que je suis d’adhérer à la pensée athéiste. Onfray semble faire l’impasse sur la spiritualité d’un point de vue philosophique ou l’ésotérisme par exemple. Il ne démontre jamais qu’il n’y a rien plutôt que quelque chose… C’est un peu aussi ce que j’attendais d’un tel traité, et du coup, je suis un peu resté sur ma faim, même si celui-ci est tout de même très revigorant !

enrichissant

8 étoiles

Critique de Catherine66 (, Inscrite le 10 novembre 2012, 62 ans) - 10 novembre 2012

Si la critique de la Religion est menée savamment, je déplore que cet humaniste n'ait pas plus exposé la manière envisagée pour les éviter .

3,5 étoiles!

7 étoiles

Critique de Js75 (, Inscrit le 14 septembre 2009, 38 ans) - 4 juin 2011

Traité d'athéologie est un livre polémique écrit par Michel Onfray. Le philosophe matérialiste stigmatise avec des arguments forts, construits, les trois religions monothéistes. Il recourt parfois à l'ironie, aux phrases cinglantes, mordantes. La première partie est très réussie, Onfray dénonçant de manière globale les tares de ces trois religions intolérantes. La deuxième partie tout en restant d'un niveau honorable est plus discutable dans le fond, le manque de nuance est évident dans les chapitres où Onfray parle de la position des chrétiens par rapport au nazisme. Mais ce Traité d'athéologie est vraiment un bon livre, relativement audacieux (bien sûr Onfray n'est pas le premier à critiquer ces religions), souvent pertinent dans son propos, ses arguments solides, bien documenté, didactique. Un projet ambitieux, vaste, réussi.

Vraie, Fausse religion

4 étoiles

Critique de Aquilas (, Inscrit le 21 avril 2011, 34 ans) - 21 avril 2011

Il ne faut pas tout mélanger.
Dans ce livre, il y a beaucoup d’amalgames.
On ne peut pas condamner les religions, seulement à cause d’une minorité.

En 2000 ans de Christianisme, il y eu des milliard de milliards de croyants, de simples fidèles qui vivaient leur foi tranquillement, sans embêter personne.
Des milliard de milliards de croyants, face à une minorité extrême remplie d’intolérance, qui étaient tout le temps les membres des autorités de l’Église catholique, une goutte d’eau dans l’océan.

C’est mieux de fonder la religion Chrétienne sur la Sainte-Bible et non sur le Catéchisme de l’Église catholique.

J’ai confiance en une personne qui croit en Dieu, en Jésus-Christ (le Fils de Dieu) et le Saint-Esprit et qui ne pratique aucune religion institutionnelle, puisque cette personne a une espérance dans l’au-delà et donc n’a aucune raison d’avoir peur.

Je n’ai pas du tout confiance en une personne se disant athée et qui pratique un religion, puisque cette personne étant athée donc n’a aucune espérance dans l’au-delà, ayant peur, il doit alors tout faire pour que l’aspect culturel de sa religion survive dans un monde où les chamboulements sont légions et donc à employer des moyens comme le mélange religion-politique .

Logorrhée.

1 étoiles

Critique de Patmos (, Inscrit(e) le 6 décembre 2010, - ans) - 27 janvier 2011

" La réédition en collection de poche de cet ouvrage publié en 2005, nous donne l’occasion d’en dire quelques mots, puisqu’il se voulait être une charge contre les trois monothéismes.
Ce qui frappe au premier chef, outre sa méchanceté et son ignorance impressionnante, c’est que ce livre, en dépit de son titre, n’est pas un traité d’athéologie! Car même si Nietzsche, idole de M.Onfray s’était déjà refusé à apporter - sans doute par incapacité - une “contre-preuve de l’inexistence de Dieu” (Aurore), on était en droit d’exiger ici un examen philosophique rigoureux des grands textes relatifs aux preuves physico-théologiques et cosmologiques que B.Sève avait examiné autrefois. Afin d’imposer, avec une outrance qui révèle sa propre irrationalité, la prétendue hostilité religieuse envers l’intelligence, l’Auteur n’en dit rien. A lui seul, Averroès, cité furtivement (p.87) apporterait un démenti complet aux propos insensés de M.O. Dès le début de son Discours décisif, le philosophe arabe affirmait en effet “que la Révélation nous appelle à réfléchir sur les étants en faisant usage de la raison et exige de nous que nous les connaissions par ce moyen (...)”. Il eut donc été courageux de se référer à des textes comme la cinquième voie de Saint Thomas, que M.O évite soigneusement , tout comme il occulte l’idée chez certains physiciens, de voir se rejoindre leur discipline avec la métaphysique ( E.Klein, La Quête de l’Unité)! Que fait-il alors pour donner l’impression de traiter son sujet? Eh bien, il se livre à une attaque facile qui frise la démence, de la religion et de ses représentants, surtout catholiques, s’appuyant régulièrement sur la psychanalyse, dont il n’avait pas encore perçu la nocivité! Mais même là, Onfray est grotesque, il nie l’existence historique du Christ quand un spécialiste tel que P.Géoltrain n’en doute pas; il accuse à tort Saint Paul de mépriser le corps et la sexualité, dont ce dernier dit à l’inverse qu’elle est l’expression d’un “mystère(...) d’une grande portée” (Eph.5:32), sachant que, conformément à toute l’économie du christianisme, le corps, Temple de l’Esprit ,devient le réceptacle privilégié du Corps eucharistique. Mais peu importe la Vérité, qui n’intéresse pas M.O. Ce qu’il veut, à force de radotages, c’est hypnotiser son lecteur.Enfin, Onfray atteint les sommets de l’aberration, lorsqu’il assimile de manière anachronique christianisme et totalitarisme, alors que celui-ci fût au contraire justement défini comme une spécificité de l’époque moderne par H. Arendt. Ainsi, M.O, qui ne recule devant rien pour tromper son monde et lui faire peur, n’hésite pas à identifier nazisme et catholicisme ( p 237) : “ les chambres à gaz peuvent donc s’allumer aux feux de la Saint Jean” dit-il avec l’assurance du sot! C’est à se demander pourquoi Hitler en personne avait envisagé l’invasion du Vatican et selon John Cornwell, l’enlèvement puis l’élimination de Pie XII, qui lui-même, s’était impliqué dans la conspiration de Hans Oster contre le dictateur,dès 1939... "
Patrick Geay dans la revue d'Herméneutique La Règle d'Abraham n°31 (à paraître) et sur le blog L'Homme Vert, ici avec son autorisation.

Onfray contre le Crucifié...

6 étoiles

Critique de Christian Adam (, Inscrit le 30 novembre 2007, 48 ans) - 30 novembre 2007

Onfray est loin d'être un grand philosophe, il s'en faudrait de beaucoup d'ailleurs pour qu'il le soit, mais en revanche c'est un styliste remarquable, qui sait manier le verbe. Rendons-lui son dû : Onfray voit juste par moments, mais tout ce qu'il dit, il le doit à ses illustres prédécesseurs. Dans son «Traité d'athéologie», où il mène une croisade à mon avis anachronique contre le christianisme, il se bat contre un cadavre depuis longtemps enseveli, donc il ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes. Onfray se croit encore à l'époque de Nietzsche. Mais force est de constater qu'on n'en est plus au temps du "crépuscule des idoles" où l'ombre de Dieu qui achevait de mourir était encore présente. De nos jours, se prendre pour un post-nietzschéen fait du sens certes, mais il faut ajuster son tir et changer la cible du « Marteau ». Foucault, de ce point de vue, était un vrai nietzschéen, parce qu'il a adapté la pertinence de la critique nietzschéenne à l'ordre du jour, en réactivant et en réinvestissant l'axe généalogique dans la problématique originale qui fut la sienne. Alors qu'Onfray, lui, se prend pour Nietzsche, rien de plus, il ne fait que reprendre le même sentier déjà battu par son devancier, donc il mène un combat d'arrière-garde, puisque déjà gagné, luttant contre des fantômes surannés, déployant sans contredit une grande verve, mais ne balayant que du vent...Quand on lit Onfray, la fameuse phrase de Chesterton nous vient irrésistiblement à l'esprit : « De nos jours, nous voyons mentionner le courage et l'audace avec lesquels certains rebelles s'en prennent à une tyrannie séculaire ou à une superstition désuète. Ce n'est pas faire preuve de courage que de s'en prendre à des choses séculaires ou désuètes, pas plus que de provoquer sa grand-mère. » On ne peut pas ne pas aimer Onfray malgré tout, parce qu'il est très vigoureux, mais il ne faut pas se méprendre sur ce qu'il vaut philosophiquement. Bref, le procédé de ce livre est fort connu : amplifier et grossir démesurément l'importance de la cible pour donner un air frondeur à la critique qu'on en fait, critique des religions en l'occurrence. Bon il y a bien sûr le p'tit côté hédoniste d'Onfray qui le classe un peu à part, mais entre nous, il faut dire que c'est de la petite bière à côté de la grande machine nietzschéenne...Onfray n'en est pas moins futé pour autant : il sait tâter le pouls de son époque pour en prendre son parti. Ainsi quand il écrivit ses "Fééries anatomiques", il ne faisait pas autre chose que de se rebiffer avec le rôle d'iconoclaste qu'il aime jouer contre la "doxa" ambiante qu'il prend un malin plaisir à narguer. Cette fois, avec son nouveau "Traité d'athéologie", il capitalise sur le renouveau des guerres de religions version post-2001, sur le "choc des civilisations" et sur toute la névrose collective actuelle dans laquelle baigne notre temps pour mieux appuyer son opportunisme éditorial et récolter un peu de houle médiatique qui accompagne généralement la publication d'un de ses livres afin de subventionner ses projets ultérieurs, relancer sa charge de cavalerie, et reprendre le flambeau à l'assaut d'autres causes gagnées d'avance. Il faut simplement en convenir : Onfray joue à "l'Insurgé", à "Dionysios contre le Crucifié" (un coup d'oeil rapide sur l'image de la couverture de son livre le confirme), il usurpe de sa notoriété pour rebattre des thèmes qui sont les fruits, il est vrai, d'une juste guerre qui fût menée par ses ancêtres mais qui - reconnaissons-le une fois pour toutes - sont depuis lors solidement acquis...

Violence justifiée par l'histoire

10 étoiles

Critique de Rudzaw (, Inscrit le 7 octobre 2007, 63 ans) - 21 octobre 2007

Très bon livre qui dénonce l'aspect barbare, primitif, insidieux, prétentieux et cruel de l'idéologie religieuse.
La religion est issue d'une évolution positive de la puissance de la conscience humaine. L'invention des dieux est un fantasme de puissance, un critère de discrimination, une motivation pour intimider, soumettre, détruire les différences culturelles. La superstition marquée par la peur de forces naturelles a laissé la place à la croyance divine marquée par la peur de forces surnaturelles. Le résultat en est des siècles de haines et de massacres abominables empreints de la barbarie la plus odieuse.
Devant ce constat, la haine de la soumission intellectuelle et la violence des mots sont non seulement excusables, mais salutaires, car Onfray n'égalera jamais, par son défoulement verbal, la haine et la cruauté historiques des croyants envers les incroyants.
Ce livre n'a pas vocation de prouver l'inexistence de Dieu et de Jésus, comme certains l'ont cru, mais d'adresser aux hommes rationnels un message de sensibilisation sur le côté nuisible de la religion et un espoir de dépasser cette ère de croyances irrationnelles qui est incompatible avec notre niveau de connaissances. Les athées en sortent donc renforcés et rassurés, mais les croyants en sortent irrités et humiliés.
Un livre qui peut être dédié à toutes les personnes qui ont été torturées et massacrées au nom de la bêtise humaine.

Très bon livre.

8 étoiles

Critique de Bibou379 (, Inscrite le 26 mai 2005, 37 ans) - 2 octobre 2006

sans juger les arguments développés, je n'aime pas trop devoir garder un dictionnaire à côté de moi quand je lis un livre... et là je remercie le petit Larousse qui m'a éclairé sur bien des points et mots scientifiques (comprendre demande des efforts!)! A lire au calme, on passe un bon moment à apprécier lorsque cela conforte nos idées. Sa thèse est admirablement bien menée mais elle ne convaincra que les déjà convaincus. La foi et Dieu ce n'est pas qu'une histoire d'arguments; on ne peut pas convaincre lorsque les opposants ont pour arguments l'invisible et l'immatériel.
Il est important de lire ce genre de livre comme il est important de lire les thèses opposées; se faire une opinion nécessite d'avoir toutes les cartes en main; je dis merci à une personne qui n'a pas peur du rationnel et qui montre que la raison et la logique sont les armes de la vérité (oups suis convaincue!)...

Apprendre à penser pour soi

8 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 46 ans) - 9 mars 2006

Le politiquement correct m'étouffe, ce livre est une bouffée d'air; le formatage de la pensée abêtit, ce livre invite simplement à la réflexion pour soi. Je l'ai, vous l'aurai compris, réellement apprécié.

Il s'agit d'un démontage en règle des dogmes monothéistes qui gouvernent nos sociétés : en bref, depuis deux mille ans, on nous répète les mêmes fariboles incohérentes répétées à l'envi afin, in fine de conforter un pouvoir en place.

A lire et à faire lire. Cela ne fera pas que des heureux. Tant mieux.

Plus de bûcher...

8 étoiles

Critique de Le rat des champs (, Inscrit le 12 juillet 2005, 71 ans) - 20 août 2005

Botchya, il n'y a plus de bûcher depuis 1810, date à laquelle les Cortès en Espagne ont aboli l'inquisition, malgré les plaintes du pape de l'époque d'ailleurs. Tu dis qu'Onfray a écrit de "grosses conneries" dans ce bouquin. Ah oui, et lesquelles? Pour pouvoir en discuter, il faudrait avoir lu ce livre, ce qui apparemment n'est pas le cas. Alors, qu'est-ce qui te permet de donner un avis? Ou alors, tu permets à ton curé de penser pour toi? Alors je peux comprendre ta note négative, parce que c'est justement ce qu'Onfray dénonce, l'abdication de la pensée.

au bûcher aussi

1 étoiles

Critique de Botchya (, Inscrit le 19 août 2005, 36 ans) - 19 août 2005

après en avoir discuté avec un prêtre et des amis
voila mon avis : au bûcher
michel onfray a écrit pas mal de grosses conneries dans ce bouquin

3 cibles 3 balles

8 étoiles

Critique de Julius (, Inscrit le 24 novembre 2004, 48 ans) - 3 août 2005

Si vous voulez qu'on vous raconte des histoires trépidantes de buissons ardents, de déluges, de mer qui s'ouvre, d'aveugles qui recouvrent la vue, lisez la bible, si vous voulez des histoires de cheval ailé, de paradis remplis de vierges, de guerres et de carnages lisez le coran !
Préparez vous à de folles aventures, à en prendre plein les yeux, ces livres se dévorent et vous feront passer des moments inoubliables, mieux que le Da Vinci Code et Anges et Démons réunis !
Mais après ces moments de détente, si vous voulez vous poser, réfléchir et ouvrir les yeux, lisez le traité d'athéologie de Michel Onfray.

Je mets que 4 étoiles car j'attendais qu'il décortique davantage la bible et le coran pour mieux les souffler !

Noooooooooooooooon pas le poteau !
Voir plus bas pour une critique plus intelligente ;-)

Un humanisme athée

8 étoiles

Critique de Leura (--, Inscrit le 29 janvier 2001, 71 ans) - 3 août 2005

Au-delà de son postulat d'athéisme, qui résulte d'un choix personnel l'existence ou la non-existence de Dieu n'étant pas démontrables, l'auteur élabore une éthique épicurienne roborative. Pour lui, notre vie c'est ici et maintenant, et il est absurde de la sacrifier pour un au-delà hypothétique. Sa démonstration sur les exactions des trois monothéismes, renvoyés dos à dos, s'appuient sur des faits historiques précis et bien documentés, et il me paraît difficile de la balayer d'un revers de main. Onfray réussit brillamment, à partir des thèses de Nietzsche, Kant, Marx et surtout de l'injustement oublié Feuerbach à démontrer à quel point les religions ont la haine de l'intelligence et de la liberté. Certes, il y a comme il le reconnait lui-même l'épaisseur d'une feuille entre les athées militants comme lui et les déistes, qui sans être athées, croient en un dieu qui les laisse se démerder par respect de leur liberté. A mon avis, seuls peuvent se sentir offensés par ce livre ceux qui croient en absolument tout ce que nous disent les religions, l'infaillibilité papale, la virginité de Marie, les dogmes, l'assomption, la résurrection de la chair, etc. Pour les autres, tous ceux qui aiment examiner leurs croyances à la lumière de leur raison, ce livre est un must.

Une invitation à réfléchir.

8 étoiles

Critique de MOPP (, Inscrit le 20 mars 2005, 85 ans) - 1 mai 2005

Je voudrais signaler que la critique d'Ulrich me convient. Bien entendu il est impossible de démontrer l'existence ou la non-existence de Dieu. C'est pourquoi l'auteur postule (page 32) l'inexistence de Dieu, la mortalité de l'âme, l'inexistence du libre arbitre. Personnellement je ne comprends pas pourquoi il pose la mortalité de l'âme ! Pour moi, l'âme n'existe pas (l'Eglise catholique ne disait-elle pas que la femme n'avait pas d'âme ?) : notre état de conscience n'est qu'un phénomène purement lié à la matière présente dans notre cerveau et aux réactions biochimiques. Quant à la liberté, il faudrait en disserter sur tout un livre

Il est évident que notre civilisation est imprégnée par la religion qui a pris le pouvoir en de nombreux endroits politiques, sociaux,... de même, cette religion cause des dégâts, ne fut-ce qu'au point de vue psychologique (culpabilisation), sans oublier les guerres du genre "Gut mit uns".

Il nous faudrait relire Feuerbach, par exemple.

Pour ma part, nulle envie d'"appartenir" à l'une ou l'autre religion, y compris à cette "contre-religion" appelée "libre-pensée" qui imite les cérémonies religieuses en créant "la communion laïque" pour ne citer quelle.

Somme toute, l'auteur souhaite une révolution post-chrétienne qui effacerait le fait historique vécu... C'est son droit de le demander, mais je préfère une lutte pour créer l'égalité, la fraternité entre tous les hommes et toutes les femmes.

Paix aux hommes de bonne volonté.


Athéisme de combat

7 étoiles

Critique de Echemane (Marseille, Inscrit le 12 juillet 2002, 43 ans) - 26 avril 2005

Quel bonheur de lire un livre comme celui-ci! En ces temps où l'on nous rabat les oreilles des péripéties papales, il est bon d'entendre sonner d'autres cloches. Et pour cause: Michel Onfray n'y va pas de main morte, et d'égrener la somme d'aberrations qui constituent les trois grandes religions monothéistes. Car c'est bien avant tout au monothéisme que s'attaque l'auteur, tout en le renvoyant à une vulgaire "pensée magique" dont il serait issu. A travers le christianisme, l'islam et le judaïsme, c'est toute forme de croyance dans l'irrationnel qui est remise en cause. La charge est méthodique, et aborde tout à tour la haine des religions envers toute forme de pensée qui s'en extrait, l'écriture et la chronologie des textes, les contradictions que renferment ceux-ci, la liste des méfaits commis en leur nom, la prise du pouvoir par les religieux,etc. etc. la liste est trop longue pour être égrenée. Selon Onfray, la religion monothéiste, animée d'une pulsion de mort, méprise d'autant plus le monde d'ici bas qu'elle croit en un monde de l'au-delà qui en serait l'exact opposé. D'où notamment l'incroyable déni du corps et de ses plaisirs.
En réponse figure ce que l'auteur appelle un athéisme de combat, visant à établir une laïcité post-chrétienne débarrassée de toutes les valeurs religieuses qui nous imprègnent- le plus souvent à notre insu. Pas question de singer Voltaire ou Rousseau, encore trop déistes et trop polis. Mais là, la bât blesse un peu et il devient difficile de discerner ce à quoi correspondrait cet idéal et par quoi l'on remplacerait ces fameuses valeurs "judéo-chrétiennes". Onfray ne le sait visiblement pas lui-même et en appelle justement à tous les athées pour définir précisément ces valeurs de substitution, basées probablement sur une sorte d'hédonisme raisonné.
D'autres critiques peuvent être adressées à l'ouvrage, comme la réduction du christianisme au catholicisme, sans considérer aucunement le protestantisme ou l'orthodoxie. Figurent quelques passages sujets sans doute à controverse, comme la sympathie mutuelle entre le Vatican et le nazisme, ainsi que le rôle de l'église dans le génocide rwandais (qui pourrait en dire plus et étayer ces propos?) Il s'agit en outre d'un livre à charge, qui fait l'impasse sur le fondement des croyances humaines et pourquoi elles traversent l'humanité toute entière (ou presque). Néanmoins, Onfray agit tel un révélateur de conscience. Il n'y a certes pas beaucoup d'éléments nouveaux dans son livre, mais le rappel qu'il fait ne peut qu'être salutaire pour tous ceux qui, et j'en fais partie, acceptent mollement le relativisme moral contemporain: mettre sur un pied d'égalité le philosophe ou le scientifique, qui analysent et qui dissèquent, avec celui qui croit en un fils de Dieu incarné dans une vierge n'est tout simplement plus acceptable!
Et pour finir notons la très belle bibliographie, qui donnera au lecteur une somme d'ouvrages susceptibles de combler son appétit sur l'athéisme.

pas top

3 étoiles

Critique de Bug-in (, Inscrit le 29 mars 2005, 40 ans) - 29 mars 2005

A mon sens ce livre établit moult amalgames. Dont le plus grave est l'étiquetage idéaliste.
M.O étiquette des ennemis qui n'existent pas forcément et même si ils existent, il les idéalise pour justifier son combat. Peu existent réellement. C'est de la philosophie spectacle.

S'il y a un combat à mener ce n'est pas contre la religion mais contre l'illusion, l'asservissement, la disparition de l'esprit critique. C'est cela qui permet à la religion de s'installer.
Par ailleurs les religieux extrême qui appliquent à la lettre le contenu de leur livre sacré seraient : 1.Paradoxaux (comme les textes) et 2.rares. Vous en connaissez beaucoup de religieux autour de vous qui ne lisent qu'un seul livre?
De surplus il m'étonnerait qu'ils prennent la peine de de lire le livre de Onfray en question.

Ce livre est le fruit d'une autosatisfaction et permettra à certains de se complaire dans leur pensées, mais pas de résoudre quoi que ce soit.
De plus il contient beaucoup de "victimisation"... on croirait entendre "ouin le pauvre matérialisme, combattu par tous, tout le monde lui en veut, méchant religieux, c'est ta faute."
Il contient aussi un système anti-réfutationniste (Voir K.popper), c'est à dire qu'il n'accepte pas la critique : la moindre critique peut être renvoyée à la page 44 "vous êtes antiphilosophique".
M.O établit aussi une confusion entre Raison et science et dans ce même chapitre qui en parle reproche aux religieux de ne pas tenir compte des scientifiques de l'antiquité matérialiste... Onfray fera de même plus loin en rejetant les philosophes qui contiennent des doses latentes de chrétienté... ou qui ne sont pas réellement athées (par des conditions qu'il définit lui même bien sûr).
Alors du livre que reste-t-il d'utile?
_La posologie, l'écriture est agréable.
_Une mise en évidence d'un passé chrétien qui nous habite majoritairement.
_l'aliénation de sa conscience et de sa raison à d'autres, ou ici, ne sont traités que les 3 monothéisme.
Pas un mot sur l'abandon de l'esprit critique face à la science, au pouvoir des expert, etc...

En conférence l'auteur m'a donné de mauvaises impressions j'étais déçu par celui que j'ai connu comme auteur de l'antimanuel de philosophie. Il critiquera d'ailleurs les critiques en disant :
"ce sont des incapables, il sont frustrés, ce sont souvent des gens qui ne savent pas écrire ou mener un projet à bout".
Comme l'argument passait moyen il s'empressa de préciser qu'il répond aux questions des journalistes et critiques étrangère qui eux ne font pas d'amalgame ou d'erreur grossière.

Très vaste sujet !

7 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 77 ans) - 11 février 2005

Ulrich nous donne ci-dessus une très bonne critique de ce nouveau livre de Michel Onfray. Il se fait que j’ai eu la chance d’être présent lors de sa conférence à l’Université Libre de Bruxelles. En outre, j’ai eu la chance d’avoir rencontré l’homme à plusieurs reprises et d’avoir pu discuter avec lui. Il est tout ce qu’il y a de plus agréable.

Au vu de la critique d’Ulrich, je ne vais donc pas reprendre tous les points, mais simplement en souligner quelques-uns.

Tout d’abord, l’idée de jouir de cette vie ici bas, parce qu’elle est la seule qui nous sera donnée, a déjà été développée par Albert Camus. Elle semble évidemment très logique pour un athée. Tant pour Camus que pour Onfray, il est évident qu’en jouir ne veut pas dire que nous pourrions en jouir n’importe comment : nous avons à nous conduire en « hommes ». Ceci veut dire respecter un ensemble de règles qui permettent la vie en société et la recherche du bonheur par chacun.

Oui, Onfray nous montre bien à quel point toutes nos religions monothéistes seraient des créations humaines, tant elles sont pleines de contradictions et d’invraisemblances.
Mais toutes ces belles démonstrations vont-elles faire que les croyants cesseront de croire ?…
Je ne le pense pas et c’est pourtant ce qu’il souhaiterait.

Oui, ces religions ont toujours été contre le progrès, oui elles ont toujours été contre les femmes, oui elles ont été des instruments politiques entre les mains de quelques-uns uns pour asservir les autres, oui elles font en sorte que l’homme se sente toujours coupable de quelque chose et, ainsi, reste sous leurs jougs. Oui, les religions monothéistes se sont toujours montrées contre la démocratie tout au long de l’histoire. Mais comme le dit très justement Ulrich il convient de séparer l’instrument de la croyance.

Oui, il me semble évident que toute notre pensée est marquée par la philosophie judéo-chrétienne et cela me dérange. Je comprends donc très bien le désir d’Onfray de nettoyer cette pensée de cette influence. Je suis pour ce militantisme positif en faveur de l’athéologie.

Les valeurs par lesquelles il voudrait remplacer ces religions me semblent logiques mais ne me paraissent cependant pas convenir à tout le monde.

D’autre part, il voudrait arriver à ce que l’athée prouve aux croyants à quel point ils sont dans l’erreur. Mais comment prouver cela ? Et dans quel but ? En quoi les croyants pourraient nous déranger si l’athéologie aboutissait à supprimer les valeurs judéo-chrétiennes de nos sociétés civiles ?… Celui qui veut croire, de quel droit le priver de cela ?… Du moment qu’il respecte les idées des athées et qu’il n’entend pas faire de la société civile un prolongement de sa croyance en quoi nous dérangerait-il ?…

D’accord qu’avec l’Amérique d’aujourd’hui nous avons un très mauvais exemple de la séparation des croyances et de l’état. Il en va de même pour la plupart des pays musulmans, mais c’est contre cela que nous devrions lutter, pas contre la croyance elle-même.

Que les athées se mobilisent pour que tous ceux qui le sont le déclarent, au lieu de rester spectateurs, j’en vois toute l’utilité. Leurs opinions n’en seront que plus respectées.

Il semble évident qu’arriver à obtenir que les états arabes soient indépendants de la religion va être très difficile à réussir. Mais c’est parce que les athées y sont aussi beaucoup moins nombreux que dans nos sociétés. Mais nous-mêmes, il nous a fallu quelques siècles pour en arriver ou nous en sommes et avec un tout autre bagage scientifique au sein des moyennes de nos populations. Nous pouvons donc dire que la religion n’en est que d’autant plus nécessaire à ces peuples, elle correspond à un véritable besoin. Comment lutter contre celle-ci autrement que par une plus grande instruction ? Mais cela ne se fera pas en quelques mois !… Et comme là se trouve le meilleur moyen de lutter contre les religions, les pouvoirs en place s’y opposent d’autant plus. C’est un cercle vicieux…

Non, personnellement, je ne vois pas comment lutter contre l’envie de croire chez certains. Et cela d’autant plus que je n’en vois pas tellement la raison. Nous sommes bien obligés d’admettre que, dans nos pays, l’église n’a vraiment plus le pouvoir qu’elle avait. A nous les athées, par notre mobilisation, à faire tomber les derniers tabous judéo-chrétiens encore véhiculés au sein de nos sociétés civiles.

Ne véhiculons pas une intolérance qui a surtout été l’apanage des religions monothéistes si justement critiquées pour cela !…

Tout ceci n’est qu’une simple opinion et je peux bien être dans l’erreur.

Il n'en demeure pas moins que toute cette réflexion est très intéressante.

Forums: Traité d'athéologie : Physique de la métaphysique

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Ni Dieu, ni maître, ni croquettes 31 Darius 11 septembre 2006 @ 18:58
  Le Salieri de la musique 8 Darius 10 septembre 2006 @ 19:00
  Athéologie ? 76 Saule 20 août 2005 @ 10:29

Autres discussion autour de Traité d'athéologie : Physique de la métaphysique »