L'art qui dérange. 50 oeuvres disruptives d'art moderne et contemporain de Susie Hodge

L'art qui dérange. 50 oeuvres disruptives d'art moderne et contemporain de Susie Hodge
(Art Quake. The Most Disruptive Works in Modern Art)

Catégorie(s) : Arts, loisir, vie pratique => Arts (peinture, sculpture, etc...)

Critiqué par Septularisen, le 12 janvier 2024 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 56 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 731 

JE CHOQUE, DONC JE SUIS… PARTIE II : LE RETOUR!

Dans la droite ligne du livre de Mme. Éléa BAUCHERON et Diane ROUTEX (1), ce livre de Mme. Susie HODGE (*1960, historienne de l’art, enseignante à l’université, journaliste, et auteure) nous présente ici une sorte de «catalogue» de 50 œuvres «charnières» qui ont «secoué» le monde artistique. L’auteure nous raconte les histoires fascinantes derrière leur création, leur réception auprès du public et leur héritage, en expliquant leur démarche, leurs procédés et leur singularité.

Elle commence avec le tableau «Les Baigneuses» (1853) de Gustave COURBET (1819 – 1877), et termine par «Love is in the Bin» (Girl with balloon) (2018), de l'artiste anglais Banksy (2), - en passant par des œuvres de James ENSOR (1860 – 1949), d’Edward MUNCH (1863 – 1944), de Marcel DUCHAMP (1887 – 1968), de Piet MONDRIAN (1872 – 1944), ou encore Damien HIRST (*1965)… -, rencontrez des artistes aux ego surdimensionnés, des féministes intransigeantes, des spiritualistes, des anti-consuméristes, des activistes, des satiristes, et plus encore.

On découvre dans ce livre un art qui a osé être différent, transgressif, choquant, révolutionnaire, - parfois même vulgaire -, un art qui a risqué des réputations et a mis des carrières en danger, du moins à l’époque où ces œuvres ont été produites. Le livre présente chaque œuvre sur deux pages. Sur celle de gauche la photo en couleur de l’œuvre et sur celle de droite, l’explication de celle-ci, l’artiste, son origine, sa conception (avec la technique pour la réaliser), les dimensions, la localisation, mais aussi des anecdotes, son contexte historique et artistique… Et surtout, pourquoi elle est (ou était au moment de sa conception…) considérée comme une «œuvre scandaleuse».

Le tout est divisé en des grandes parties, représentant chacune une époque chronologique et présentant des œuvres de cette époque:

«S’affranchir des traditions» (1850 – 1909), avec p. ex. «Les demoiselles d’Avignon » (1906) de Pablo PICASSO (1881 – 1973) ou bien encore, «Portrait de Jeanne Hébuterne» (1918) d’Amedeo MODIGLIANI...

«Les horreurs de la guerre» (1910 – 1926), avec p. ex. «Nu masculin assis» (Autoportrait) (1910) d’Egon SCHIELE (1890 - 1918), et les artistes allemands considérés par les nazis comme faisant partie d’«art dégénéré», avec p. ex. «Les joueurs de skat» (Mutilés de guerre jouant aux cartes (1920) d’Otto DIX (1891 - 1969)…

«Conflit et dégénérescence» (1927 – 1955), avec p. ex. «La persistance de la mémoire» (1931) de Salvador DALI (1904 – 1989). Mais, je me demande où est passé le peintre belge René MAGRITTE (1898 - 1967) ou bien encore l'espagnol Joan MIRO (1883 – 1983)?

«Mercantilisme et contestation» (1956 – 1989), avec p. ex. : «Brillo boxes» (1964) d’Andy WARHOL (1928 – 1987). Mais, je me demande où est passé le pop artiste anglais Edward KIENHOLZ (1927 - 1944)?

«Au-delà du cadre» (1990 – de nos jours), avec p. ex. : «La Nona Ora» (1999) de l’artiste italien Maurizio CATTELAN (*1960) [(3) C’est l’illustration de la couverture de ce livre]. Mais, je me demande où est passé l'artiste anglais Lucien FREUD (1922 - 2011)?

Que dire de plus? Il m’est ici bien sûr impossible dans une si courte recension de parler de toutes les œuvres présentées dans ce livre. D’autant plus qu’on y retrouve des sculptures, des peintures, du Street art, des installations, des performances, de l’art graphique… Et tous les artistes présentés sont connus pour leurs …Ddisons, leurs «provocations artistiques, nombreuses, diverses et variées» (du moins à leur époque!..) sont bien là!
Si comme toujours, la peinture se taille «la part du lion», avec notamment : «Concetto spaziale» (1962) de Lucio FONTANA (1899 – 1968), «Svayambhu» (2007), d’Anselm KIEFER (*1945), «Untitled» (Your body is a battleground) (1989) de Barbara KRUGER (*1945)…
On citera aussi le fait qu’Il y a bien sûr aussi des sculpteurs, avec entre autres: «Equivalent VIII» (1975) de Carl ANDRE (*1935), «Cell XXVI» (2003), Louise BOURGEOIS (1911 – 2010)…
Des «performeurs»: «Trademarks» (1970) de Vito ACCONCI (1940 – 2017), «Rythm O» (1974) de «Marina ABRAMOVI´C (*1946)…
Et même : «Do women have to be naked to get into the MET. Museum?», du collectif féministe «Guerrilla Girls» (2).

Comme toujours, l’auteure a fait un choix (avec une sélection limitée à 50 artistes…) et forcément ce choix est subjectif! Mais, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer certains artistes, pourtant «jugés» très transgressifs (du moins à leur époque!..), et… qui ne sont pas là !
Citons, entre autres: les américains Jeff KOONS (*1955) et Paul McCARTHY (1945), ou bien encore l’artiste belge Wim DELVOYE (*1965). Certaines artistes - notamment françaises - pourtant connues pour leurs œuvres «sortant» de l'ordinaire, «brillent» par leur absence : Niki de SAINT-PHALLE (1930 – 2002), Sophie CALLE (*1953), Annette MESSAGER (*1943), ORLAN (*1947, de son vrai nom Mireille PORTE)…

Est-ce que je recommande la lecture de ce livre? Oui. Disons surtout que son intérêt principal réside dans le fait qu’il montre l’art sous une forme inhabituelle, différente de celle que l’on a l’habitude de voir dans ce genre de livres. C’est bien écrit, bien documenté, avec une belle iconographie, et très accessible même au profane en art. Le tout dans un langage simple et accessible à tous, avec de très belles photos et pour un prix très raisonnable. Je ne peux donc que le recommander à tous les amateurs d’art…

(1). : Cf. ici sur CL : https://critiqueslibres.com/i.php/vcrit/49612
(2). : Cette œuvre (sur papier, peinte à la bombe et à l'acrylique), s'est en partie autodétruite le 5 octobre 2018, lors d'une vente aux enchères organisée chez Sotheby's à Londres, au moyen d'un destructeur de documents dissimulé dans son cadre... Juste après après avoir été adjugée 1,2 Mio d'€! Le 14 octobre 2021, elle a été remise en vente par son acheteuse. Les enchères atteignent cette fois 21,8 Mio d’€, ce qui constitue le record absolu pour une œuvre de Banksy!..
Cf. : Ici sur Wikipédia : https://en.wikipedia.org/wiki/Love_is_in_the_Bin
(3). : Cf. ici sur CL : https://critiqueslibres.com/i.php/vcrit/62773

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'art qui dérange. 50 oeuvres disruptives d'art moderne et contemporain

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'art qui dérange. 50 oeuvres disruptives d'art moderne et contemporain".