Deviens ce que tu aimes de Boris Foucault

Deviens ce que tu aimes de Boris Foucault

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Poésie

Critiqué par El Gabal, le 1 mai 2023 (Strasbourg, Inscrit le 10 janvier 2022, 35 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 931 

Quand aimer et être ne font qu'un !

Particules liées, derrière ce pseudonyme qui laisse transparaître le parti pris de la singularité, se cache un jeune auteur très prometteur en la personne de Boris Foucault. "Deviens ce que tu aimes" est le titre de son premier recueil et l'on y entend un écho fait à Pindare puis à Nietzsche du fameux : deviens ce que tu es, tant il est vrai qu'être et aimer se confondent.

La poétique de Boris se caractérise par un style à la fois incisif et prosaïque qui entend dépouiller le réel de ses apparats pour en atteindre le cœur. Le lecteur ne sera ainsi pas surpris de se voir invité à interroger le monde qui l'entoure et notamment au regard de son développement technologique qui fait courir le risque d'une déshumanisation :

"Plus le produit est transformé
et moins le prix est élevé
bienvenue dans une société
où être naturel se monnaie"

L'artifice en vient ainsi à supplanter le donné naturel et cela, jusque dans les rapports que les êtres lient entre eux ou au lieu de "communiquer", ils préfèrent se "consommer" au risque de se "consumer" dans un consumérisme de la chair dont les applications de rencontres sont le symptôme, là où les algorithmes font la loi, et dont le poète dénonce les risques : ceux qui visent à dénaturer le rapport sensible et poétique qui fait le sel de toute rencontre.

Mais l'héroïsme du poète - et pourrait-on dire de tout poète - consiste à ne pas cesser de croire en l'amour et donc de le chanter. Que ce soit l'amour déçu ou mélancolique ou alors celui qui culmine dans une passion flamboyante, Boris en explore toutes les facettes à travers des textes plus ou moins longs où le lyrisme alterne avec un ton plus réaliste et plus concret, mais toujours selon cette alchimie poétique qui offre aux mots de se répondre entre eux :

J'ai tout fait
pour que tu comprennes
qu'à brûler trop fort
on finit en cendres.
J'étouffais
il fallait qu'on prenne
le temps d'être seuls
pour finir ensemble"

Par un jeu subtil sur les sons, les formes, et les double sens - essence même du travail poétique - ce poème contient toute la quintessence du drame amoureux. Et il témoigne de la beauté d'une langue qui conquiert toujours plus de lecteurs jour après jour à l'heure où, plus que jamais, les poètes doivent faire acte d'authenticité autant que de beauté.

Julien Miavril

Message de la modération : Edition à compte (très) participatif

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Deviens ce que tu aimes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Deviens ce que tu aimes".