L'un pour l'autre de Nathalie Rheims

L'un pour l'autre de Nathalie Rheims

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Sahkti, le 21 octobre 2004 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (38 534ème position).
Visites : 4 050  (depuis Novembre 2007)

Bel hommage à Charles Denner

Dix ans avant la rédaction de ce journal, Nathalie Rheims a perdu son frère, "des suites d'une longue et pénible maladie" comme on dit. Un deuil qu'elle ne parvient pas à faire, une absence qui la ronge et l'empêche de vivre. Cette souffrance a de profondes répercussions dans sa vie, dans son travail, dans ses relations sociales et affectives.
"Louis, mon frère. Des années de bonheur, de secrets partagés, de rires quotidiens. Trente-trois années passés à nous promettre, à nous jurer, en nos jardins secrets faits de mille arbres derrière lesquels nous nous cachions pour mieux échapper aux autres, à la réalité qui nous a finalement attrapés, saisis, torturés, nous séparant à tout jamais." (page 11)

Comment apprivoiser cette douleur qui ne s’éteindra sans doute jamais mais qui serait tellement mieux tapie dans le silence de la mémoire ?
Parallèlement à l’amour qu’elle porte à son frère, Nathalie Rheims entretient depuis des années une admiration indescriptible pour l’acteur Charles Denner. Un homme mort lui aussi dans la maladie et la souffrance. Un homme dont le visage et la voix ne cessent de l’accompagner. Et si le deuil de Nathalie passait par l’apprivoisement de la personnalité de Charles Denner ? Si la mémoire ne pouvait disparaître mais plutôt être détournée, par le transfert d’un deuil sur un autre ?
Une longue quête commence. Travail relationnel important, recherche et rencontre avec le frère, la femme et le fils de Charles, avec ses amis, avec son environnement.
Quelques notions d’égoïsme et de voyeurisme dans tout cela. Nathalie Rheims fouille le passé des gens. Avec beaucoup de doigté et de délicatesse, mais elle le fouille tout de même. Elle a besoin de savoir, de tout partager, de connaître les secrets, même si elle ne les révèle pas au lecteur. Sentiment désagréable par moments que cette intrusion dans la vie et les souvenirs d’une famille meurtrie. Un brin d’égoïsme également. Nathalie Rheims force (gentiment) quelques portes, elle veut et doit mener à bien sa quête personnelle, c’est d’elle qu’il s’agit avant tout et pas uniquement de Charles Denner.
Je me suis sentie partagée entre la curiosité pour ce besoin quelque peu étrange et étonnant de faire son deuil par procuration et un léger malaise face à la détermination de l’auteur qui ira coûte que coûte au bout de sa mission. Mission compréhensible et respectable, certes.
Nathalie Rheims vit (et vivra) avec l’ombre de la mort planant au-dessus de sa vie, son œuvre en témoigne, le deuil est indissociable de sa personne (voir "Lumière invisible à mes yeux", par exemple). Elle doit vivre avec cela, elle veut progresser en adaptant cet état d’esprit à sa démarche et son mode de vie.
"Je descendrai à pas lents, déroulant l’échelle de corde qui me mènera à vous . Je plongerai au font de votre disparition. Et du néant, de l’oubli, nous remonterons vers la lumière, plus légers, l’un de deux libéré de la vie dans l’infini qui s’ouvre, sans appréhension ni crainte. Ensemble, nous pourrons vivre ma vie terrestre. ensemble, nous aurons gagné un cycle de vie." (page 19)

Cette évolution ne se fera pas sans mal. Nathalie Rheims quitte une souffrance pour une autre, efface une absence pour en retrouver une autre, différente et toute aussi vive.
"Plus j’avance dans cet entretien désespéré que je tente de nouer avec l’absence, plus je ressens dans ma chair la douleur qu’elle ne soit qu’absence" (page 56)

Au final, un magnifique journal intime teinté d’amour et de respect. Un hommage digne et émouvant dans la lignée de celui de Sabine Bourgois pour Françoise Lefèvre ("une autre que moi" chez K Editions). On y trouve la force et l’intensité d’un cri d’amour et de désespoir.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Déçue

5 étoiles

Critique de FéeClo (Brabant wallon, Inscrite le 12 février 2004, 46 ans) - 18 février 2005

J'étais très heureuse de lire ce livre! J'avais lu avec beaucoup d'admiration et de passion "Lettre d'une amoureuse morte".. Je n'ai pas retrouvé la même intensité dans "L'un et l'autre": j'en suis ressortie un peu déçue.

Je conseille la lecture de "Lettre d'une amoureuse morte" c'est comme un poème en prose. Un poème d'amour douloureux. Le monologue d'une femme blessée par la passion, perdue loin de celui qu'elle aime.


Forums: L'un pour l'autre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'un pour l'autre".