Les désossés de François d' Epenoux

Les désossés de François d' Epenoux

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Septularisen, le 2 avril 2022 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 54 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 523 

HUIS CLOS EN FORME DE VAUDEVILLE… TRAGIQUE!

Dans un grand et luxueux chalet au-dessus d'une très chic station de ski de la vallée de la Maurienne, une très riche famille bourgeoise se retrouve pour une soirée avec quelques amis. Il y a là le père, Marc Saillard, le patriarche de la famille qui a fait fortune dans l’immobilier. La mère Liz (Elizabeth), nostalgique de sa jeunesse et de sa beauté perdue, passionnée de fourrures et un peu trop portée sur la bouteille. Juliette, leur jeune fille adorée, idéaliste, mais très ingénue et complètement déconnectée de la réalité, incapable de se débrouiller seule dans la vie. Son fiancé et futur mari Éric, gros pataud très impoli et fainéant. Ainsi que leurs deux domestiques Rose la femme de ménage et cuisinière et Slav (Slavko) le chauffeur, garde du corps et homme à tout faire de Marc, à son service depuis plus de trente ans…
Si tout démarre de façon idyllique avec la préparation du repas de fête, très vite on comprend que les amis ne viendront pas et notre famille se retrouve définitivement bloquée plusieurs semaines consécutives par des chutes de neiges exceptionnelles, jamais vues jusque-là.

L'insouciance fait long feu. Les secours ne peuvent arriver jusqu’à eux. Très vite ils doivent organiser les premiers rationnements – eau, nourriture, électricité – très vite la faim, l’isolement, l’angoisse, la promiscuité se font sentir. La neige dépasse bientôt les quatre mètres de hauteur, il n’y a plus d’eau, plus d’électricité, plus de bûches pour la cheminée, plus de ressources… Toutes les canalisations sont bouchées, les communications coupées, et même l’hygiène corporelle commence à poser problème.

Dans la décadence la plus totale, alors que la situation devient totalement hors de contrôle, que l’horreur s’installe, que l’anxiété monte, qu’une ambiance malsaine s’installe, que la situation se dégrade, que la folie douce guette… La véritable nature profonde de chacun, habituellement tenue sous contrôle par nos conventions sociales, se fracasse sur le mur de la réalité et submerge les individus, les pulsions les plus primaires refont très vite surface!.. L'instinct de survie fait place à la sauvagerie…

Sur un thème somme toute classique, François d’EPENOUX (*1963) nous a «pondu» ici, un livre très original et qui sort vraiment de l’ordinaire. C’est comme si vous regardiez de l’extérieur une pièce de théâtre, un huis-clos en forme de vaudeville, mais attention cela n’a rien de comique. C’est même tragique! On voit un monde de richesse, de certitudes, de superficialité, de luxe, se détériorer peu à peu, pour finir par s’écrouler totalement! Attention tout est ici dans un seul lieu, il n’y a donc aucune action, aucun rebondissement, tout est dans la psychologie.

La présentation psychologique des personnages frôle la perfection. Cela ressort vraiment de l’exploit! Les personnages ne nous sont pas présentés «à fond», ils sont véritablement «radioscopés», de fond en comble. On se retrouve ici comme avec des membres de sa famille que l’on observerait en cachette, en voyeur… C’est une véritable dissection clinique des liens familiaux, qui met en lumière les relations des uns et des autres, avec leurs compromis, leurs compromissions, leurs soumissions, leurs peurs, leurs basses, leurs lubies, leurs rêves, leurs lâchetés, leurs illusions…

C’est très bien écrit, avec comme toujours chez M. d’EPENOUX, une écriture simple, belle mais efficace et précise. Les pages se tournent vite et bien, sans que l’on s’en aperçoive vraiment… Et si je ne mets pas cinq étoiles c’est surtout pour le côté un peu trop répétitif de l’histoire, et le fait que l’on se doute (et on voit arriver…) la fin de très (trop) loin. Je dois dire aussi que c’est certainement un livre très clivant, il y en a qui aimeront à la folie, il y en a que les descriptions radicales, très crues et très réalistes, de cet huis clos révulseront au plus haut point et qui détesteront ce livre…

Je dois reconnaître que si ce livre est très «dur» à lire - et que je ne conseille pas sa lecture aux plus sensibles d’entre vous - M. d’EPENOUX est ici au sommet de son art! Sans doute son meilleur livre, et j’ai eu l’occasion d’en lire plusieurs. L’écriture est une merveille, le style aussi, et je n’ai pas peur de dire que la France tient là un de ses plus grands écrivains actuels! Malheureusement François d’EPENOUX reste, à mon avis, bien trop peu connu et trop peu lu!.. Si vous voulez que cela change, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les désossés

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les désossés".