La station-service de Robert Piccamiglio

La station-service de Robert Piccamiglio

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Septularisen, le 8 janvier 2022 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 54 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 680 

UN ÉROTISME FIN ET SENSUEL!

Au début de l’histoire nous sommes en France, quelque part en Province, l’année exacte n’est jamais citée, mais à certains évènements décrits dans le livre on peut supposer que nous sommes en automne-hiver 1966. Un jeune garçon de quatorze ans vient passer ses vacances dans une station-service, dont la gérance est assurée par son frère et sa femme.

Du fait du manque de place, le jeune garçon est invité à s’installer dans une petite chambre mansardée, dans «l’appartement du dessus», occupé par une famille bourgeoise, le père ingénieur aux Ponts-et-Chaussées, la mère femme au foyer, qui s’occupe de leurs trois jeunes garçons.

Très vite il tombe sous le charme de cette très belle femme blonde d’une quarantaine d’années. Celle-ci qui s’ennuie dans sa vie de «femme parfaite» et cultivée, qui passe ses journées à lire, va l’initier au plaisir, à l’érotisme et au sexe!..

Que dire sur ce livre? Mettons tout de suite les «points sur les I», non ce n’est pas un roman érotique et scabreux. Il est plus dans la droite ligne du très fameux «L’Amant de Lady Chatterley» de David Herbert LAWRENCE (1885 – 1930) (1), le livre est d’ailleurs nommément cité dans le livre. C’est très, mais alors très bien écrit, il faut le dire. Les phrases sont magnifiques, belles, sculptées, ciselées, des vrais chefs d’œuvre miniature à chaque ligne. Ça fait vraiment plaisir de lire une si belle écriture, un si beau style. Jamais un mot en trop, jamais un mot hors contexte. Même les scènes… disons «chaudes», sont un exemple de retenue et de bon sens, tout est décrit avec beaucoup de pudeur et avec beaucoup de métaphores et d’allusions…

L’histoire par contre… Quoi en dire? Puisque il n’y a quasiment rien dans ce livre? Le jeune garçon arrive à la station-service pour y passer ses vacances et aider son frère aîné, il tombe sous le charme vorace d’une femme exhibitionniste d’âge mûr, a une «relation», avec elle, et il repart à la fin des vacances… Entre-temps? Rien! Il ne se passe rien! L’auteur se contentant des nous décrire les longues journées de travail sur la piste, les repas, les nuits, les scènes de sexe très «chaudes», une sortie au bal du village, le remplissage des réservoirs, les voitures… Donc le livre tourne très vite en rond et à la redondance, la lecture devient longue, on en viens à la répétition pour ne pas dire… À l’ennui!

«La station-service» est le premier livre de Robert PICCAMIGLIO (*1949) et, il faut le dire, a tous les «défauts» d’une première œuvre. Le lecteur n’échappe pas p.ex. au chapitre un peu éculé de la «lutte des classes», entre les ouvriers (l'auteur a lui-même été ouvrier métallurgiste en usine, comme le frère du héros du livre) et la famille bourgeoise de l’appartement du dessus, ou encore entre les gérants et les grandes compagnies pétrolières…
Le fait de ne donner jamais aucun nom à aucun des personnages, - qui sont toujours désignés par leur rôle -, le frère, la femme du frère, la femme de l’appartement du dessus etc, ni même au personnage principal qui nous raconte l'histoire, ne facilite pas la lecture du roman et l'immersion du lecteur dans l’histoire. On suit dès lors l'histoire d'un point de vue trop extérieur pour pouvoir s'attacher aux personnages. Pensez-vous, même la marque de la station d'essence ne nous est pas révélée!
Enfin, et pour avoir moi-même travaillé comme pompiste au même âge, et même si je veux bien admettre qu’à cette époque les jeunes étaient plus «mûrs», plus tôt qu'à l'époque actuelle, je ne peux absolument pas croire une seule seconde certaines réflexions, certaines discussions, certaines réponses, certaines attitudes et certains raisonnements du jeune garçon. Certaines phrases, bien que magnifiques, ressortent clairement beaucoup plus d’un adulte, - avec beaucoup, mais alors beaucoup plus d’expérience de vie et de la sexualité -, que d’un jeune garçon de quatorze ans, qui se fait dépuceler et manipuler par une femme d’âge mûr!..

En conclusion, je dirais que si vous voulez lire un roman avec un style unique et des phrases magnifiques, ce livre est pour vous… Si vous voulez lire un livre avec un vrai «fond», et une vraie histoire crédible… Passez votre chemin!..

P.S. : Au vu des scènes sexuelles très réalistes et très explicites décrites dans ce livre, on évitera de mettre ce livre dans les mains des lecteurs les plus jeunes.

(1) : Cf. ici sur CL : https://critiqueslibres.com/i.php/vcrit/5172

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La station-service

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La station-service".