Mes Prescriptions de Gaëtan Sortet

Mes Prescriptions de Gaëtan Sortet

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Kinbote, le 4 juin 2021 (Jumet, Inscrit le 18 mars 2001, 62 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 085ème position).
Visites : 405 

Des chiffres et des sons

Gaëtan SORTET fait feu de tout bois pour alimenter le feu de la poésie, au centre de ses prescriptions. Dictons, expressions, titres de livre ou de chanson détournés, nom de poètes (Char, Chavée, Mansour, Thoreau…), calembours sont jetés dans le brasier, et des lueurs jaillissent, produisant un feu d’artifice de sens. Car la poésie est énergie, dont la mèche est à (r)allumer sans cesse, et force, à communiquer, à entretenir.

"Il pousse plus de choses dans un poème que n’en sème le poète" (prescription #292)

La prescription #294 nous prévient: "Êtes-vous prêt pour autant de poésie?"

Pas d’ennui toutefois à craindre car les prescriptions jouent sur tous les registres de l’aphorisme. Pas de gavage non plus à redouter car chacune s’inscrit dans une suite de 777, numérotée, rythmée par des multiples de 7.

Outre le dispositif numéral, dans plus d’une prescription, Sortet use des chiffres comme de sons, pour former des phrases. Les chiffres sont sonores ; ils sonnent dans les mots-nombres.

Si Gaëtan Sortet joue avec un set de piques & de coeurs sur les mots-dits, qui sont le tout de la chose ("Les choses sont sans image", prescription #31), il ne parle jamais de lui, sauf par la bande ("Je fais ce que cheveux", prescription #90), car "le je n’en vaut pas la chandelle" (prescription #185). Paradoxe de l’homme de scène, il n’affiche pas son moi et ne se sert pas de l’écriture pour s’épancher sur son sort.

Si l’on n’a pas vu Gaëtan Sortet, artiste protéiforme, en spectacle (ou sur une vidéo) en compagnie de musien(ne)s, clamant ses mots & vers, mi-sérieux, mi-amusé, l’œil malicieux, on perd une dimension de ces prescriptions ayant vocation à être dites à la suite, comme si on épuisait une liste de lots à retirer, comme si on égrenait un chapelet de perles verbales, où la répétition, le changement de ton s’imposent.

Comme toute suite, ce recueil de prescriptions joue sur l’idée d’infini, de périodicité et le fait que chaque terme ordinal, s’il résonne avec les autres, n’en est pas moins cardinal dans l’ensemble. La poésie est une et indivisible.

En guise de conclusion : sept à lire, avec ou sans dé, et jusqu’au bout !

UNE SELECTION DE 14 DE SES PRESCRIPTIONS

Les petits pois sont rouges.

Les étoiles sont l’acné de l’univers.

A fond la forme ! Pour le sportif… Comme pour le poète.

Je me 120.

L’hymen à la joie.

On parle très peu de la Marie-Madeleine de Proust.

Tout au fond du puits, il y a mais encore.

Le vase attend la goutte qui le fera déborder.

Si ta vie était un poème, quel serait le titre ?

Tout ce qui brille n’est pas Dior.

Toute salade vit aux dépens de celui qui l’égoutte.

Les petits chanteurs à la croix de bois ton picon-bière avant de parler.

Les rats de marée sont des rongeurs qui apparaissent par l’effet conjugué des forces de gravitation dues à la lune, au soleil et à la rotation de la Terre. Tantôt haut… De forme, tantôt bas… Les pattes.

Dans la vie, tout est poéssible.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Détourenments de mots

8 étoiles

Critique de Débézed (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 74 ans) - 9 juillet 2021

Depuis un bout de temps, je croise souvent dans mes lectures d’aphorismes ou de textes courts des auteurs qui fréquentent aussi le monde de l’image : dessin, collage, peinture, … comme si le fameux « le poids des mots, le choc des photos » pouvait s’appliquer aussi à ce genre littéraire. Gaëtan Sortet lui aussi s’adonne à l’art de l’image, ses aphorismes en sont généreusement empreints. Son éditeur signale dans sa note bibliographique qu’« Il se définit comme un artiste pluriel, multiple et protéiforme dont les bases de son travail sont l’image et le langage ». J’ai eu comme l’impression qu’il cherchait des formules proches du visuel, capables d’impressionner le lecteur dès le premier regard, capables aussi de le déstabiliser par une modification de perception, d’angle, de netteté, …

Pour atteindre les effets qu’il veut provoquer, l’auteur utilise différents procédés comme le détournement des mots fondé sur l’utilisation d’homonymes phonétiques induisant un sens tout à fait autre à ses phrases. « Le destin n’est pas prédéfini. Le destin est grêle ». La dimension sonore de ses aphorismes est très importante, elle est à la base de plusieurs d’entre eux : « Le monde selon Greg LeMond », « J’ai dansé une valse à 9 temps sur le Pont9 pour l’An 9 ? J’ai mangé un 9 à la coque. 9orçons pas le destin ». On entend bien que le son prime sur l’écrit ou que l’écrit doit rendre le son, quitte à utiliser des subterfuges comme cette substitution des chiffres aux lettres.

Pour lire ce recueil, il faut aussi rester très vigilant car Gaëtan fait de très nombreuses allusions, sa culture semble immense, parfois même extrêmement subtiles. « Nuit machine, nuit maligne, nuit mamour », ça sonne comme une vieille chanson ; « On se lève tous pour la Poésie », cette allusion est beaucoup plus triviale, elle se niche dans le creux des publicités trop vues. Ainsi va Gaëtan, de détournement en allusion, de transformation en substitution, …, mais toujours gardant le sens de l’humour, tous ses aphorismes ou presque sont drôles et même parfois hilarants. Je ne dirais pas que c’est de l’humour élaboré, j’ai eu souvent l’impression qu’il avait envie de se marrer, que ses pensées relevaient plutôt de la rigolade, de la déconnade, comme un clin d’œil malicieux adressé à ses lecteurs.

Il parsème aussi ce recueil de ses « Prescriptions » comme celle-ci qui rend hommage à la poésie qui est le véritable pivot de ce recueil tant l’auteur semble admirer poètes et poèmes. C’est une véritable ode à la poésie qu’il évoque dans de très nombreux aphorismes et souvent dans ses « Prescriptions » : « Mes Prescriptions. / Parce que la Poésie que vous lisez est aussi importante que l’air que vous respirez », « Le poète ne fait qu’ébaucher son poème. C’est lorsqu’il est lu qu’il se crée » (point de vue de lecteur !), « Poète tu es maçon. Tes briques sont des mots et tu construis ta propre maison-œuvre ».

Tout un lot de bons mots récupérés, recyclés, retravaillés, réinventés pour dire d’autres choses pleines de malice et de connivence. Des choses plus lourdes que cette frêle fille : « Guère épaisse la petite Anna-Karen (Hine ?) m’a dit Léon ».

Forums: Mes Prescriptions

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Mes Prescriptions".