Jeanne Desparmet-Ruello de Claire Paul

Jeanne Desparmet-Ruello de Claire Paul

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Veneziano, le 4 avril 2021 (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 43 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 009ème position).
Visites : 360 

Une pionnière laïque et féministe en éducation

Cette biographie présente l'histoire de la fondatrice d'un lycée public de jeunes filles à Lyon à la fin du XIXe siècle, ce qui constitue déjà un phénomène. Loin du caractère anecdotique qui peut y être vu a priori, l'enseignement non religieux est imposé au forceps par les républicains et l'éducation féminine fait débat, surtout si elle est conçue comme le pendant égalitaire de celle conçue pour les garçons. Cela va moins de soi encore à Lyon, ville très pratiquante et un peu plus hostile que la moyenne nationale à un recul du rayonnement de l'Eglise.
Jeanne Desparmet-Ruelle utilise à cette fin sa rigueur et sa détermination, pour imposer la conception du rôle de l'institution qu'elle contribue à créer, heureusement soutenue par une communauté éducative fidèle et sans faille. Elle arrive à faire reconnaître socialement son lycée de jeunes filles, ce qui ne représente pas une mince affaire. Par la suite, elle entame un combat laïciste pour engagé, affichant son attachement dreyfusard, et par une féminisme assumé, ce qui n'est pas si courant au tournant des XIXe et XXe siècle.

Si ce livre est assez richement illustré d'épisodes de vie, il le dépasse bien largement, pour divulguer la teneur de combats pour l'égalité des femmes et hommes en éducation, tout à fait conforme à la morale, au respect des diverses croyances et à la vertu, face aux craintes des défenseurs d'alors de l'instruction religieuse. La découverte de cette existence et de ses prises de positions permet de revenir sur un pan du passé national français et des valeurs de la République.
Cette lecture me paraît donc fort utile.

Message de la modération : AMH communication n'est pas un éditeur mais un "Conseil en relations publiques et communication"

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

EMANCIPATION PAR L'EXEMPLE

8 étoiles

Critique de TRIEB (BOULOGNE-BILLANCOURT, Inscrit le 18 avril 2012, 69 ans) - 5 avril 2021

La libération et l’émancipation des femmes n’ont jamais été de longs fleuves tranquilles, un observateur raisonnable et objectif en conviendra aisément. Ces orientations sont en proie à des concours de circonstances, elles bénéficient de volontés farouches et décidées, également.

Dans son livre, biographie à laquelle s’ajoutent avec grand bonheur pour les lecteurs des passages écrits sous forme romanesque, Claire Paul nous décrit le parcours de Jeanne Desparmet-Ruello, première femme à diriger l’un des premiers lycées de jeunes filles de France, le futur lycée Edouard Herriot à Lyon.
Jeanne Desparmet-Ruello, issue de la bourgeoisie bordelaise, a bénéficié de l’instruction publique, celle que l’on réserve à cette époque aux jeunes filles. Très jeune, elle s’interroge sur l’origine de son esprit scientifique, est-il en rapport avec le rejet de son père, procède-t-il de l’hérédité familiale ? Elle ne tranche pas vraiment : « Il serait plus réconfortant de s’en tenir au hasard, postulant que son propre goût pour les sciences est sans rapport avec celui de son père. Ainsi, elle ne risquerait pas de découvrir en elle l’indifférence aux autres, la lâcheté, l’égoïsme paternel. »

Altruiste, cette femme va prouver tout au long de sa vie ce trait de caractère. Une proposition de loi rédigée par Camille Sée, un député, est déposée en 1878 ; elle est adoptée en 1880 par le gouvernement de Jules Ferry. Jeanne est désignée pour diriger ce lycée et l’implanter à Lyon, ville marquée alors par une forte influence du catholicisme et par un conservatisme bon teint. Les obstacles se multiplient, les chicanes se dressent sur sa route. Claire Paul a le mérite de nous faire pénétrer dans les débats intérieurs qui habitent alors Jeanne Desparmet-Ruello : elle fait un excellent diagnostic. C’est la peur qui explique ces réticences, ces violences verbale et éditoriale faites aux femmes partisanes de l’émancipation : « Ce n’est malheureusement pas d’après la justice, le droit, le bien que régissent les hommes. Mais souvent c’est par peur ou par faiblesse. Ces grandes carcasses qui clament leur force et leur virilité, ils ont peur en réalité, tellement peur de perdre leur place. (…) Comment vont-ils séduire leurs femmes si elles en savent autant qu’eux ? »
Bien évidemment , cette femme est consciente que sa démarche, l’accès égal de l’instruction pour les jeunes filles, s’inscrit dans une transformation plus globale et fondamentale de la société :l’émancipation de la femme .Elle rencontre à ce titre des féministes telles que Marguerite Durand qui a fondé le journal La Fronde , exclusivement écrit et composé par des femmes .Elle y écrit sous pseudonyme …Elle s’inspire également de Madeleine Brès, première femme docteure en médecine, de Séverine, première femme à la tête d’un quotidien , Le Cri du peuple .
En 1897, elle apprend que Jeanne Chauvin, docteure en droit, demande son inscription au barreau de Paris. En dirigeant ce lycée de filles, en diffusant le savoir et la connaissance, Jeanne Desparmet-Ruello a participé à une révolution pacifique :la diffusion du savoir, la promotion de la connaissance, du libre arbitre. Elle est inscrite dans cette galaxie du féminisme, et de l’émancipation humaine. Claire Paul nous le rappelle dans cette belle biographie dont la lecture sera profitable aux hommes et aux femmes de bonne volonté…

Forums: Jeanne Desparmet-Ruello

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Jeanne Desparmet-Ruello".