Les impatientes de Djaïli Amadou Amal

Les impatientes de Djaïli Amadou Amal

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Bernard2, le 7 décembre 2020 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 72 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (21 865ème position).
Visites : 882 

Fiction réelle

Au Sahel, les femmes musulmanes n’ont qu’une consigne à suivre : obéir aveuglément à leur père, leurs oncles, leurs frères, leur mari. Ne jamais douter de la supériorité de l’homme, même lorsqu’il est violent. Une femme ne peut qu’avoir tort, et refuser d’obtempérer rejaillit sur toute la famille et est contraire à la religion. Un seul mot résume son devoir : Patience (Munyal). Une femme ne choisit pas son mari, elle accepte les coépouses (pourtant rivales) dans ce régime polygame.
Le roman relate la vie de trois de ces femmes, nées de l’imagination de l’autrice, mais ô combien réelles.
On ne sort pas indemne d’un tel livre, à juste titre deux fois primé (Prix Orange du livre en Afrique 2019 et Prix Goncourt des Lycéens 2020).

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Tellement écoeurant que ça paraît irréel

7 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 54 ans) - 27 mars 2021

Ramla, dix-sept ans, est une Peule musulmane du Cameroun qui vit dans une grande famille polygame. Elle se distingue de sa fratrie car elle rêve de faire des études et de devenir pharmacienne, mais ses parents ont d’autres projets pour elle. Déjà, tout le monde la trouve trop vieille pour ne pas être mariée. Sa main a finalement été accordée à un jeune homme qu’elle aime, mais son père change d’avis et la marie à un riche homme de cinquante ans déjà marié. Le même jour, sa jeune demi-sœur Hindou, plus jeune d’un an, est mariée à son cousin qu’elle déteste. Celui-ci boit et se drogue. Il n’a pas d’emploi et passe son temps à battre sa femme et à la violer. Mais personne ne prend sa défense. Au contraire ! On l’enjoint de plaire à son mari, de prendre encore et toujours patience et s’il est violent, c’est de sa faute à elle. Elle tombe en dépression et on la croit folle.
Dans les concessions, où vivent les familles, tout repose sur l’apparence, la jalousie, les concurrences. Il est primordial de ne pas prêter le flanc aux autres épouses et à leur descendance. Toute faiblesse est utilisée pour porter des coups dans ce contexte de rivalités permanentes. Aucune femme n’a le droit d’être elle-même.
Bien sûr, Ramla n’échappe pas à la règle. Elle a beau supplier son père, rien n’y fait. Ensuite, après le mariage, sa coépouse Safira fait tout pour la faire répudier.
Tout dans ce roman inspiré de faits réels est fait pour nous révolter : le machisme est poussé à son paroxysme et cette société justifie tous les crimes commis par l’homme, qu’il soit père ou époux. C’est très simple : l’homme a tous les droits et la femme aucun ! Le pire, c’est encore la haine entre les femmes qui n’arrivent même pas à être unies contre l’injustice. On a du mal à croire qu’une telle barbarie soit encore possible de nos jours !
Le style est simple, assez factuel. C'est un texte difficile à lire tellement c'est révoltant, mais c'est assez froid tout de même.

Déçue

6 étoiles

Critique de Faby de Caparica (, Inscrite le 30 décembre 2017, 59 ans) - 25 février 2021

"Les impatientes " de Djaili Amadou Amal (240p)
Ed. Emmanuelle Collas

Bonjour les fous de lectures ....
Livre lu dans le cadre de mon défi " Je lis tous les Goncourt".
OUILLE... OUILLE
Moi qui suis un fan des Goncourt des lycéens .. ici GROSSE déception
L'histoire se passe au Sahel et raconte une tranche de vie de trois femmes.
Il y a Ramala et sa soeur qui chacune vont être mariées de force.
Ramala aimait l'école et était amoureuse. Tous ses projets tombent à l'eau le jour où, pour des questions de business), son père la marie à un associé déjà doté d'une épouse.
Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser un cousin à la mauvaise réputation: fainéant, buveur, drogué et violent .. la totale quoi!
Et enfin il y a Safira qui est la première épouse du mari de Ramala. Elle va devoir supporter sa rivale et fera tout pour redevenir la favorite.
Nous allons donc suivre la longue descente aux enfers de ces trois femmes à qui, depuis l'enfance, on ne donne aucun droit et on répète sans arrêt le même mot " Mungyal" ( patience).
Certes, ce roman est d'inspiration autobiographique.
Certes, le droit de ces femmes africaines (comme de nombreuses autres sur ce continent et de par le monde) est inexistant. Elles sont juste bonne à enfanter, rien ne leur est autorisé, concédé. Leur vie est une longue succession de douleur et de larmes.
Certes ces femmes connaissent le viol, la polygamie, les violences.
Certes, elle ne connaissent pas la liberté.
Certes leur destin est affreux
Mais voilà ... Un Goncourt est un Goncourt et doit nous surprendre ( enfin moi !!).
J'ai trouvé le sujet "banal" dans le sens où il a été 1000 fois abordé et il n'apporte rien de neuf qui n'ai déjà été dit.
Le problème est vaste et présenté de façon trop superficielle dirons-nous.
Le style d'écriture est direct (simple?, ordinaire? ), la lecture aisée mais ne m'a pas accrochée.
Bref, je suis restée sur ma faim ... Dommage
A noter que cette autrice est considérée comme une belle plume et a reçu de nombreuses récompenses en Afrique.
Ce livre est sa première publication en France.

C'est une humanité qui souffre

9 étoiles

Critique de CHALOT (, Inscrit le 5 novembre 2009, 73 ans) - 26 décembre 2020

« Les impatientes »
roman de Djaïli Amal
éditions Emmanuelle Collas
240 pages
septembre 2020


Les trois histoires que nous conte l'auteure sont trois vies d'aujourd'hui dans une partie de l'Humanité, dans le Sahel, au Cameroun.
Ce sont, malheureusement, des réalités et non des fictions.
L'auteure nous fait découvrir trois destins imbriqués de trois femmes victimes d'un mariage, non seulement arrangé mais surtout forcé.
Ces femmes livrées, toutes jeunes à un homme riche, souvent vieux, parfois veule doivent accepter leur sort, louer même leur propre famille.
Les gens, leurs proches peuvent toujours leur sortir comme maxime le proverbe peul : «  Au bout de la patience, il y a le ciel »... elle doivent accepter tout .
Au bout , il y a une vie non choisie, une destinée que l'on ne voudrait pas faire vivre à notre pire ennemi !

Ces trois femmes, impatientes d'en sortir, tentent tout, y compris de se débarrasser de la concurrence pour l'une d'entre elles, première femme , refusant sa concubine, plus jeune qu'elle et adulée.
Des jeunes femmes essayent de refuser le mariage contraint mais rien n'y fait : elles risquent d'être répudiées et mises au ban de leur propre famille.
Après avoir longtemps pleuré, Safira finit par aimer son mari ou du moins à s'attacher à lui avec la peur au ventre de se retrouver mise à l'écart.
La polygamie c'est cela aussi, le partage et le risque de se retrouver rejetée...
Que vont devenir les enfants ?
C'est un roman émouvant, bouleversant sur la condition des femmes, victimes de coutumes ancestrales et du refus qui leur est enseigné de ne pas aller contre la volonté d'Allah.

Jean-François Chalot

Forums: Les impatientes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les impatientes".