Manifesto de Léonor de Récondo

Manifesto de Léonor de Récondo

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Marvic, le 26 août 2020 (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 65 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 2 218 

Le passage

Un appel de l’hôpital en pleine nuit… Félix n’a plus que quelques heures à vivre. Léonor et Cécile, sa mère, se rendent au chevet de leur père et époux, assistant à son endormissement sédaté. Quelques heures pour l’écouter respirer, toucher sa peau encore chaude, évoquer des souvenirs de bonheur mais aussi les drames de cet homme qui a fui l’Espagne encore enfant, quitté son Pays Basque pour arriver dans les Landes, cet homme dont les trois enfants sont morts à un an d’intervalle, cet homme de 86 ans "présence vide" atteint de la maladie d’Alzheimer. Des heures intenses pour dire adieu à l’être aimé qu’on ne reverra plus, dans une attente parfois insoutenable, dans le silence d’un hôpital en veille, au milieu d’une nuit où le temps semble suspendu à chaque respiration, seulement troublé par les visites de Sandrine, l’infirmière bouleversée et bouleversante qui modifie doucement la perfusion. "On meurt, c’est tout, et on agrandit l’âme de ceux qui nous aiment."

Félix est attendu. Pendant son passage, il échange ses souvenirs avec Ernesto (Ernest Hemingway), souvenirs de guerre, de peur, ou d’absence de peur, d’exil, d’amour, de mort. Félix est en plein voyage. "Tu es vieux, tu es mort, et moi bientôt."

On a tous été, on sera tous concernés par ce récit. Par ce coup de fil en pleine nuit, ou à l’aube, malheureusement souvent trop tard. Ces quelques heures magnifiquement (d)écrites par Léonor de Récondo, racontent l’universel.
"J’ai souvent pensé à la chaîne que forment les femmes quand elles donnent la vie, génération après génération, une naissance, puis une autre, une vie qui pousse l’autre. Je pense maintenant à la chaîne des morts, allongés, respirant à peine, entourés pour les plus heureux, mains tenues."

En alternant les chapitres de ses dernières heures avec les échanges entre Félix et Ernesto, Léonor de Recondo raconte ce départ, avec émotion et tristesse mais sans pathétisme. Comme un passage rassurant et réconfortant d’un monde à un autre.
Superbe.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Manifesto

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Manifesto".