Neuf parfaits étrangers de Liane Moriarty

Neuf parfaits étrangers de Liane Moriarty
(Nine perfect strangers)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par CC.RIDER, le 2 juillet 2020 (Inscrit le 31 octobre 2005, 62 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (43 091ème position).
Visites : 390 

Subtil et amusant

Au plus profond du bush australien, Tranquillum House accueille un groupe pour un stage de retour au bien-être assez particulier. Les participants sont au nombre de neuf : Frances, auteure de roman à l’eau de rose en perte de vitesse, Ben et Jessica, deux gagnants au Loto, Napoleon, Heather et Zoé, famille d’enseignants ne se remettant pas de la perte de Zach, jumeau de Zoé, Tony, ancienne gloire du foot, Carmel, mère de quatre filles et Lars, avocat de renom. L’endroit, magnifique au demeurant, est tenu par Masha, émigrée russe, ancienne manager et rescapée d’une expérience de mort imminente. Prévu comme devant se dérouler sous les meilleurs auspices, ce séjour s’annonce plutôt bizarre dès le début : le domaine entouré de barbelés est clos par un énorme portail fermé à double tour et l’interphone ne fonctionne pas…
« Neuf parfaits étrangers » est un roman psychologique d’une grande finesse doublée d’un certain humour. Les personnages sont tous aussi intéressants qu’attachants car parfaitement pétris d’humanité. En dépit de quelques lourdeurs et redites, le style est fluide et agréable. L’intrigue est assez simple mais non simpliste. Tout le déroulé de ce stage mal barré dès le début puis finissant en apothéose est assez prévisible. Les derniers développements frisent légèrement l’invraisemblance. De même, la relative démence de Masha reste acceptable et compréhensible. Toute cette histoire repose en effet sur sa personnalité. Liane Moriarty a eu l’intelligence de ne pas trop en rajouter dans le « borderline », ce qui rend son ouvrage plaisant sans tomber dans la lourdeur de la caricature ou du pastiche grossier. Elle reste dans un humour léger voire sous-entendu quand elle se moque de ce genre de stages de ressourcement, d’amaigrissement ou de remise en forme dans lesquels les organisateurs usent de tous moyens (silence, jeûne, privation d’écrans) et même des moins conventionnels pour déstabiliser leurs patients/cobayes. Un bon moment de lecture.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un bon style d'écriture pour une histoire sans fond : une grande déception

5 étoiles

Critique de Dervla3012 (, Inscrite le 7 décembre 2019, 14 ans) - 28 juillet 2020

Liane Moriarty est une auteure qui a récemment connu un grand succès grâce à ses trois romans précédents : Petits secrets, grands mensonges, Le secret du mari et Un peu, beaucoup, à la folie. Je ne les ai pas lus, mais écoutés en livres audio et ils ont tenu en haleine l’auditrice que j’étais. Autant dire qu’en apprenant la sortie de son dernier roman, j’ai sauté sur l’occasion.

Un auteur, malheureusement, ne réussit pas tous ses textes et Neuf parfaits étrangers est un récit raté. Sous couvert de vouloir prendre les clichés de la narration à contre-pied, Liane Moriarty ne fait que les augmenter. Le livre ne suit pas vraiment de trame fixe et n’aboutit pas à grand-chose : il n’y a pas d’histoire. Ma déception a été grande, bien que je doive admettre que son style d’écriture est bel et bien addictif. L’auteure saisit les petits détails qui captivent et empêchent le lecteur de lâcher l’ouvrage presque dès les premières pages.

Contrairement à beaucoup d’autres livres de la littérature « feel-good », celui-ci sait se démarquer par une touche d’originalité : il est correct dans les limites de son propre genre.

Forums: Neuf parfaits étrangers

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Neuf parfaits étrangers".