Doggerland de Élisabeth Filhol

Doggerland de Élisabeth Filhol

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Killing79, le 22 février 2019 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 39 ans)
La note : 5 étoiles
Visites : 395 

Comme un essai

Présentation de l'éditeur
Il y a huit mille ans, une grande île s'étendait au milieu de la mer du Nord, le Doggerland. Margaret en a fait son objet d'étude. Marc aurait pu la suivre sur cette voie, mais c'est le pétrole qu'il a choisi. Il a quitté le département de géologie de St Andrews, pour une vie d'aventure sur les plateformes offshore. Vingt ans plus tard, une occasion se présente. Ils pourraient la saisir, faire le choix de se revoir. On dit que l'histoire ne se répète pas. Mais les géologues le savent, sur des temps très longs, des forces agissent à distance, capables de réveiller d'anciens volcans, de rouvrir de vieilles failles, ou de les refermer.


Mon avis:
Je ne connaissais pas Elisabeth Filhol. A la suite d’un article élogieux dans le magazine Lire, je décidais de combler mon ignorance avec ce livre au nom énigmatique « Doggerland ».

Dès les premières pages, on entre dans l’univers de l’auteure. Durant de longs passages, elle décortique des évènements climatiques et géologiques. Comme un documentaire, elle décrit, analyse et explique les phénomènes. Sans jamais être répétitive, elle nous narre en profondeur l’évolution de notre planète. Elle utilise un grand nombre de termes techniques. Il faut donc être concentré pour bien suivre ses explications et recevoir cette forte dose d’informations, digne d’un essai.

Dans ce milieu scientifique, on découvre l’histoire de Margaret et Marc, deux personnages passionnés de géologie, mais qui ont pris des voies professionnelles différentes. Après plusieurs dizaines d’années, ils se retrouvent lors d’un congrès. Leur relation repart sur les nouvelles bases de leur vie passée. Entre souvenirs et regrets, ils vont retracer tout ce qui les a éloignés.

L’écriture est de haut niveau, exigeante mais parfaitement fluide. Au vu de la précision des détails et de la qualité de la plume, je dois reconnaitre tout le travail qu’a dû demander ce livre à Elisabeth Filhol. Cependant le résultat m’a un peu déstabilisé tant j’ai eu l’impression de patauger dans la science. Moi, qui ne suis déjà pas fan des longues descriptions dans les romans, j’en ai eu pour mon compte et j’ai eu beaucoup de mal à ne pas décrocher. A part la dernière partie, plus humaine, je n’ai pas réellement pris de plaisir à ma lecture. Je reprenais le livre avec contrainte, comme un devoir d’école. Ce roman a sûrement tous les atouts d’un grand roman, mais je suis passé à côté ! Faites-vous votre propre avis !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Doggerland

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Doggerland".