Ils Sont Passes a Liege de Robert Ruwet

Ils Sont Passes a Liege de Robert Ruwet

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Catinus, le 25 juin 2017 (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 72 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 2 831 

Voyage à Liège

De très nombreux personnages illustres ont séjourné dans notre bonne ville de Liège (sans toutefois s’y attarder …). Des rois, des reines, des princes, des empereurs, un ou deux tzars, de hauts militaires ( hélas là, à foison) ; mais également des artistes : écrivains, poètes, musiciens, etc.
Que dire d’eux ? Ils ne sont pas spécialement rigolo-rigolos. Mais la verve, l’humour font qu’ils nous paraissent un peu plus … humains. Sans compter que sa recherche historique fait en sorte que nous apprenons souvent, ça et là, de petites choses dignes d’intérêt à leur égard.
Note : vouloir s’intéresser à l’histoire de la Ville de Liège sans passer par les livres de Robert Ruwet serait une grossière erreur. On dit même que l’homme en question nous prépare un ouvrage imposant à propos de Lîdge expliquée… oups !, mais j’outrepasse déjà ce qu’il m’est permis de dire dans cet article. Et comme dirait Monsieur Ruwet : « Nous y reviendrons plus tard ». >>>>

Extraits :
- Le 17 novembre 1467, Charles le Téméraire entra à Liège. En grand vainqueur ! Les portes de Saint-Martin et de Sainte-Marguerite furent démontées et les murs entre les deux portes furent démolis afin de laisser un large passage au duc. Honte suprême, notre perron, symbole de libertés, nous est enlevé et est transporté à Bruges.

- En 1803, Napoléon examinait le panorama de la ville depuis le mont Saint-Martin. Lorsqu’on lui présenta le dôme de Saint-Jean, il le compara … à « un chameau bossu ».

- Visite du Tzar Pierre le Grand en 1917 :
« Ensuite, on se rendit dans le faubourg Sainte-Marguerite, à la houillère Germeau. Notre visiteur descendit dans la bure et se fit expliquer mille détails techniques. Il eut vraisemblablement le loisir d’examiner la toute nouvelle machine de Thomas Newcomen, en fait une pompe pour lutter contre les incendies, qui commençait précisément à équiper nos mines en 1717. »


- En 1838, Victor Hugo est en visite à Liège. Alors qu’il se trouvait à la cathédrale Saint-Paul et qu’il admirait le Christ mort en marbre blanc sculpté par Delcour, il assista à une scène que seul un romancier de sa trempe a le privilège de découvrir :
« Pendant que je regardais ce bel ouvrage de la sculpture liégeoise, une pauvre femme de houilleur, tenant par la main un petit enfant, s’arrêta devant la balustrade, s’agenouilla et fit une courte prière. Puis, elle regarda dans l’église pour s’assurer si le gardien n’y était pas, et faisant passer son enfant par-dessus la balustrade, elle le poussa vers le tombeau, lui disant du geste et de la voix d’aller toucher le corps. L’enfant s’approcha en tremblant du tombeau, étendit sa petite main sur le marbre sacré, et revint en courant vers sa mère qui touchant elle-même la main de son fils, comme ferait une personne prenant de l’eau bénite aux doigts mouillés de son voisin, fit une signe de croix, en fit faire un à l’enfant, et s’éloigna. »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Ils Sont Passes a Liege

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Ils Sont Passes a Liege".