Où nos ombres s'épousent : Vivre l'absence de Stéphane Bataillon

Où nos ombres s'épousent : Vivre l'absence de Stéphane Bataillon

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Poésie

Critiqué par Nathafi, le 5 novembre 2016 (SAINT-SOUPLET, Inscrite le 20 avril 2011, 57 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 2 556 

Murmures à son aimée

Perdre un être cher... Ce thème a été traité souvent en poésie, parfois la lecture est difficile, trop lyrique, trop pathos, trop...
Ici Stéphane Bataillon parle avec son coeur. Il a perdu son aimée, très jeune.
Ce livre est une succession de petits poèmes entremêlés, parfois des pensées, des souvenirs. L'auteur livre sa douleur, mais de manière pudique, des mots simples, sans chichi, il évoque le manque, la tristesse, l'incompréhension.

Une étendue de sable.
La mer au loin. Du vent.

L'image se brouille

Tu te penches pour ramasser
un galet, puis deux

Tu récoltes avec soin
ces vieux témoins du monde

Comme s'ils pouvaient se fendre
et comme si ta chaleur
assurait leur survie

Tu me dis :
"C'est important, les galets"

Tu es belle.


Il évoque aussi les petites choses, insignifiantes, qui lui rendent peu à peu le sourire, enfin apaisé.
Pas d'oubli de sa chère, mais il faut avancer malgré tout, après ce douloureux drame.

Ni tourner la page
ni changer de route.

Poursuivre.


Ce sont des murmures, des instants où le coeur, inondé de tristesse, délivre quelques mots. Des mots puissants, des phrases courtes qui vont à l'essentiel.

Un joli poème...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Où nos ombres s'épousent [Texte imprimé] Stéphane Bataillon postface de Jean-Marie Berthier
    de Bataillon, Stéphane
    B. Doucey / Jeunes plumes
    ISBN : 9782362291388 ; 13,00 € ; 04/11/2016 ; 112 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Où nos ombres s'épousent : Vivre l'absence

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Où nos ombres s'épousent : Vivre l'absence".