Largo Winch, tome 19 : Chassé-Croisé de Jean Van Hamme (Scénario), Philippe Francq (Dessin)

Largo Winch, tome 19 : Chassé-Croisé de Jean Van Hamme (Scénario), Philippe Francq (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Septularisen, le 27 novembre 2014 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 55 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (40 044ème position).
Visites : 4 235 

COMME LE BEAUJOLAIS NOUVEAU!

Comme le Beaujolais nouveau, tous les ans à pareille époque, Messieurs Jean Van HAMME et Philippe FRANCQ, nous proposent le « cru » annuel de leur personnage fétiche, depuis presque 25 ans maintenant, j’ai nommé l’inoxydable Largo Winch.
Je dois dire que le "cru" 2014, sans être exceptionnel, est bon, très bon même ! Le fait de « revoir » enfin des anciens personnages et quelques têtes déjà connues de la série (mais, chut je n’en dirai pas plus…), n’y est pas pour rien!...

Chassé-croisé, la dix-neuvième aventure de Largo WINCH, commence donc par la terrible explosion de la maison d'un couple de retraités à Moore Street dans le quartier de Chelsea en plein centre de Londres... Londres, où justement doit avoir lieu le « Big Board » du Groupe W et où tous les présidents des différents divisions du groupe arrivent les uns après les autres.

Pendant ce temps à Rome la sculptrice Domenica Leone en transit pour Londres, rencontre Saïdée, une magnifique jeune femme, qui se rend aussi à Londres. Largo Winch lui est en France à Hyères, près de Toulon, il essaye de convaincre Laurent Draillac de prendre la tête de la division Aéronautique de la Winch Air, basée à Chicago.

Tout ce beau monde se retrouve enfin dans la capitale anglaise. Et là, tous les proches de Largo rencontrent l’amour par des chemins plus ou moins long et détournés, Eleanor Pennywinkle retrouve un amour de jeunesse, Dwight E. Cochrane succombe aux charmes d’une jeune et belle stagiaire, et Largo lui-même est victime d’un coup de foudre pour Saïdée, alors qu’il assistait à l’exposition des sculptures de Domenica dans une galerie d’art…

Lire une BD de Largo Winch c’est l’assurance de lire une BD de qualité, avec de l’action, des couleurs magnifiques, des paysages époustouflants (bravo pour le dessins du « Princess Louise », mais où est passé « The Shard » dans le paysage de Londres ?...), et des visages très bien dessinés, et comme toujours rien à redire sur les dessins de Philippe FRANCQ !

Je dois aussi, une fois n'est pas coutume, dire bravo à Mr. Van HAMME de nous avoir enfin, évité le classique final de chaque premier épisode de la série. A savoir que pour une fois, à la fin de ce volume, (Attention : SPOILER !...), Largo Winch n’est pas détenu, pas en prison, pas recherché pour meurtre par toutes les polices du monde, quand ce n’est pas le FBI ou alors carrément la CIA. Enfin le renouveau tant souhaité dans le scénario ?...

Seul bémol, à ce nouveau volume, le fait de passer à un album grand format (avec réédition de toute la série depuis le début à ce format avec des « nouvelles couleurs », ce qui n’est bien entendu qu’un habile coup marketing destiné à vous faire sortir de l'argent de votre portefeuille!...), et qui de fait met le prix de l’album à 13,95.-€... Pas donné donc!...

Enfin, et je n’aurai pas l’outrecuidance ici de croire que Mr. Van HAMME lit mes critiques sur CL, mais il nous présente enfin - comme j’avais fait remarquer qu’il aurait pu le faire, dans ma critique CL du volume précédent-, en dernière page de ce volume, la nouvelle tour de forme torsadée, siège du Groupe W à Chicago !...

De quoi nous faire rêver donc !...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Début d'une relecture de Largo Winch...

7 étoiles

Critique de Shelton (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 66 ans) - 1 octobre 2020

Voilà, comme je l’avais laissé sous-entendre, je pars dans la relecture de la série Largo Winch après avoir dévoré ce très bel ouvrage « Largo Winch, l’art du dessin de Philippe Francq »… Mais j’ai décidé de voyager d’une façon différente, en partant de la dernière histoire scénarisée par jean Van Hamme. Je viens donc de relire « Chassé-Croisé » et « 20 secondes »…

Pendant près de vingt-cinq ans, Jean Van Hamme et Philippe Francq ont alimenté les aventures de Largo Winch en bande dessinée, 20 albums… et non vingt secondes ! Oui, peut-être que Jean Van Hamme cherche, consciemment ou inconsciemment, à détruire en quelques pages l’ensemble de son travail… Ou, mieux, en quelques séquences, il tente de lui donner un sens ultime et de la sublimer…

En effet, cette histoire est, par beaucoup d’aspects, fascinante. Comment imaginer que Cochrane cède à une jeune femme, que Pennywinckle enchaine les nuits blanches avec un amoureux, que Largo tombe réellement amoureux… Bref, c’est comme si tout marchait de travers !

En plus, cette histoire est d’autant plus surprenante que l’on ne va pas voyager, on reste à Londres et très souvent même dans un hôtel londonien… Cela fait penser à l’album « Les bijoux de la Castafiore » d’Hergé, l’aventure immobile quand les personnages sont coincés dans le château… Mais dans ce cas-là, j’ai toujours pensé que l’on était au sommet de l’art du maître de la bédé Hergé. Il maitrisait tout et pouvait déclencher une grande affaire sans faire voyager ses personnages… Et s’il en était de même avec Jean Van Hamme ?

Attention, les grands mécanismes de Largo Winch ne sont pas pour autant détruits. Il y a bien du grand spectacle : explosion d’un logement dans Londres, bombe installée dans le socle d’une statue, réaction rapide et spectaculaire d’une femme qui sauve in extremis l’ensemble des participants du Big board Winch…

Et il y a aussi du sexe dans tous les sens, peut-être même plus que d’habitude, avec tant de coucheries en tous genres que je ne vais même pas prendre le temps de lister les participantes et participants…

Il y a de la complexité dans les dessous de cette affaire car comme d’habitude, certains veulent du mal à Largo. Mais difficile de savoir qui lui en veut le plus : un mouvement islamiste, des personnes intéressées seulement par son argent, des services étrangers, russe en particulier… Il y a tellement de « méchants » qui n’arrêtent pas de se trahir mutuellement que l’on pourrait presque s’y perdre… Et aussi surprenant que cela puisse être, Largo ne fait même pas une escale en prison…

Le problème majeur de cette histoire, en fait, c’est que Van Hamme se lâche complètement et qu’il oublie de nous donner à la fin les réponses à toutes les questions posées… Première fois qu’il laisse un diptyque en plan sans le clore… Il part sur la pointe des pieds et il dit à son dessinateur et ses lecteurs de se débrouiller seuls…

Alors, bien sûr, Eric Giacometti viendra rejoindre Philippe Francq et avec la suite de la série « L’étoile du matin » ils tenteront de ficeler le tout avec les éléments de compréhension indispensables aux lecteurs… Mais il n’en demeure pas moins qu’on a le sentiment que Jean Van Hamme n’a pas réussi sa sortie de la série aussi bien qu’il l’aurait souhaité… Comme quoi même les grands scénaristes peuvent se planter ! Heureusement un dessin de Francq toujours à la hauteur et un plaisir pour le lecteur de retrouver les personnages auxquels il s’est, page après page, album après album, attaché…

Dernier Largo Winch pour Van Hamme

5 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 45 ans) - 23 janvier 2016

Le célèbre scénariste a en effet décidé de jeter l'éponge à la fin de cette histoire qui commence donc avec Chassé croisé et se finira avec 20 secondes.
C'est donc sans Van Hamme que Franck continuera à faire vivre le célèbre milliardaire en blue jeans. Et malheureusement, cette première partie n'est pas vraiment à la hauteur du reste de la série, une histoire sans doute aussi mauvaise que Golden Gate/Shadow, très loin en tout cas des 3 ou 4 premiers dytiques.
Outre le fait que, comme le signale Septularisen, le format des albums grandit, sans changer quoi que ce soit au rendu des dessins (mais en augmentant de façon significative son prix...), ce sont les invraissemblances du scénario qui rendent la lecture de cette première partie assez décevante. Le "coup de foudre" est assez mal amené, l'attentat contre les petits vieux est "too much", les petites histoires d'amourette de Pennywinkle, Cochrane ou de Silky sont un peu lourdaudes. Pourtant, l'intrigue principale est assez intéressante et on ne peut que regretter que Van Hamme perde son temps et des cases à ne pas la fouiller un peu plus.

Un peu déçu donc par ce premier tome mais avec l'espoir que le second tome offre au final une belle histoire digne de Van Hamme qui restera une très bon scénariste dans l'histoire de la bande-dessinnée.

Pas mal, ouaip.

6 étoiles

Critique de Le rat des champs (, Inscrit le 12 juillet 2005, 72 ans) - 27 novembre 2014

La comparaison de l'ami Septularisen avec le beaujolais est assez pertinente, mais la question qui suit est "Que faut-il penser du beaujolais nouveau? Gros rouge qui tache vendu à grands renforts de marketing ou bonne bouteille sans prétention?"
Il a raison de relever qu'il y a un petit renouvellement de la mécanique de Van Hamme. A la fin du premier tome, le beau Largo n'est ni en prison, ni recherché pour meurtre, non, non, il est menacé par Al Qaeda. Ça alors, en voilà du nouveau...! Ça c'est de l'invention...!
Et à part ça? Ben comme dhab, des nénettes qui rêvent de partager la couche et sans doute les sous du beau Largo, du double jeu, des coups tordus... La routine, quoi.
Et comme toujours, en parlant de routine, le superbe dessin de Philippe Francq, ça tout le monde sera d'accord.

Forums: Largo Winch, tome 19 : Chassé-Croisé

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Largo Winch, tome 19 : Chassé-Croisé".