Le tort du soldat de Erri De Luca

Le tort du soldat de Erri De Luca
(Il torto del soldato)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Pucksimberg, le 6 octobre 2014 (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 39 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (22 958ème position).
Visites : 1 871 

Le traducteur du yiddish, le vieux nazi et sa fille

Le narrateur, concentré sur la traduction d'un texte du yiddish, se retrouve attablé à proximité d'un père, ex criminel nazi qui se cache et qui s'est refait une identité, et de sa fille dans une auberge dans les Dolomites. Le roman se constitue de deux récits. Le premier est celui de cet auteur qui connaît très bien le yiddish et l'on ressent le plaisir de ce personnage à parler de cette langue qui semble magique à ses yeux, une langue symbolique au fort pouvoir évocateur. L'autre récit concerne cette jeune femme qui comprend que son père a été un monstre et qui semble avoir des difficultés à assumer un tel héritage.

Ce roman est captivant comme le sont les textes d'Erri de Luca. Il possède un talent fou et parvient à plonger le lecteur dans des atmosphères qu'il est difficile d'oublier. De plus, l'écriture est souvent poétique. Il trouve les bonnes images pour saisir une réalité : " Un reste de lumière du jour, terminale, rougit et donne du relief à l'oxyde de fer de ces montagnes, elle affleure comme le sang au visage." Erri de Luca parle le yiddish, donc ces remarques sont d'autant plus justes, lui qui parle de nombreuses langues. Dans ce roman, c'est en quelque sorte le monde juif qui se trouve face au nazisme. Tout ceci est vu avec finesse.

Ce roman est engagé, sans être pour autant un pamphlet. Il ne parle pas non plus que de la guerre. Les pages sur le yiddish sont de très belles pages sur une langue qui semble d'une grande beauté. Erri de Luce peint aussi très bien la psychologie de ses personnages. On a l'impression qu'en quelques paragraphes il parvient à saisir l'essentiel de l'être humain. Décidément, c'est un écrivain qui ne déçoit pas ses lecteurs, tant par son style que par ses qualités humaines. On vient d'en faire l'expérience lors de l'entretien qu'il vient de donner au Salon du livre de Toulon où il était l'invité d'honneur. Un sacré bonhomme !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le tort du soldat [Texte imprimé], récit Erri De Luca traduit de l'italien par Danièle Valin
    de De Luca, Erri Valin, Danièle (Traducteur)
    Gallimard / Du monde entier (Paris)
    ISBN : 9782070144419 ; EUR 11,00 ; 06/03/2014 ; 89 p. ; Broché
  • Le tort du soldat [Texte imprimé] Erri De Luca traduit de l'italien par Danièle Valin
    de De Luca, Erri Valin, Danièle (Traducteur)
    Gallimard / Collection Folio
    ISBN : 9782070466092 ; EUR 6,20 ; 05/11/2015 ; 96 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Malheur au vaincu !

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 22 juillet 2019

Ce court roman ou cette nouvelle (au choix) se compose de deux parties.
D'abord un narrateur qui travaille sur une traduction en yiddish de la kabbale. C'est assez technique mais c'est un sujet qui me passionne.
Le second chapitre change de ton. C'est une narratrice qui nous parle de sa vie. Elle est jeune et raconte que son père est un "criminel de guerre". A l'issue de la défaite en 1945 les soldats allemands fortunés s'expatriaient vers l'Amérique du sud. Mais le soleil de la Patagonie n'est pas clément avec les peaux teutonnes aussi le père et la fille reprirent le chemin de l'Europe sous un autre nom et choisirent l'Autriche comme terre d'accueil dans la plus grande discrétion.
comment ces deux parties se relieront ? Voilà bien la bonne question.

J'ai été bluffé par ce livre subtil et sensible. Une analyse époustouflante en peu de mots. J'ai pensé à Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor et Au soldat oublié de Guy Sajer.
Un court mais intense moment de lecture.

Traque d'un vieux nazi et apprentissage du yiddish

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 41 ans) - 13 avril 2019

Le protagoniste, narrateur de cette nouvelle, traduit un livre d'un auteur écrivant en yiddish et raconte ses tourments et attraits pour cette langue. Lors d'un séjour en montagne, il se retrouve attablé avec un vieux soldat et sa fille, et finit par apprendre qu'il s'agit d'un Allemand en fuite depuis des lustres, afin de dissimuler son passé nazi, et surtout d'en éviter les conséquences, car son son seul remords consiste à avoir perdu la guerre et d'être ainsi passé d'occupant à occupé.
Dans ce bref récit, sont donc menées deux intrigues, toutes deux fort mystérieuses. Il ouvre d'assez nombreuses questions, sans arriver à y répondre à toutes, mais il détient le grand avantage de faire réfléchir sur la dignité, la guerre et la mémoire. Il est intéressant

Trop court

4 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 52 ans) - 24 janvier 2016

Ce minuscule livre (de 86 pages) raconte la rencontre entre un homme qui étudie le yiddish, en hommage aux juifs tués et la fille d'un nazi qui se cache depuis des décennies. Elle ne connaît même pas son vrai nom; il ne fête pas son anniversaire, ne parle pas en public de peur d'être reconnu. Dans ce restaurant où a lieu la rencontre, le frôlement, se croisent deux univers.
Ce livre est bien trop court pour laisser une quelconque trace ! C'est plutôt une nouvelle, racontée par deux narrateurs successifs, et je ne sais pas où l'auteur veut en venir.

Forums: Le tort du soldat

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le tort du soldat".