Début fatal de Fang Fang

Début fatal de Fang Fang
(Zai wode kaishi shi wode jieshu)

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Bertrand-môgendre, le 5 mars 2014 (ici et là, Inscrit le 9 mars 2006, 67 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 1 903 

Tortue en manque d'amour.

Quatrième de couverture.

Etrange Huang Suzi qui, dès l'enfance, se sentant marginalisée et mal à l'aise au sein d'une famille de révolutionnaires d'un conformisme effarant, se réfugie derrière un mur de silence.
Mais un silence peu ordinaire, tissé d'une myriade d'injures blessantes, d'obscénités meurtrières, d'insultes assassines qu'elle collectionne avec délices et fait défiler dans sa tête chaque fois qu'elle s'estime attaquée, s'en servant ainsi d'arme et de bouclier. Un instant pourtant, elle croit découvrir l'amour et baisse la garde. Avec ce récit cruel, non dépourvu d'humour, Fang Fang, comme dans Soleil du crépuscule, plonge le lecteur au plus profond d'un pays que l'Occident n'a pas fini de méconnaître.


Mon commentaire.

Huang Shijian est née au sein d'une famille d'intellectuels, harcelée par les séances de critiques. Le prénom de Shijian, tiré du livre de Mao Zedong, semblait convenir à l'ambiance délétère du moment et contenter les exigences des Gardes Rouges. Ce n’est que bien plus tard que le père proclama qu’il voulait restituer le vrai prénom de sa fille qui s’appellerait désormais Suzi.

Des sévices publics que les parents vivent au quotidien, souvent, les enfants en subissent les conséquences. Pour Suzi, le traumatisme se transforma en mutisme. Ayant vu son père le professeur se taire, baisser la tête ou avouer chaque dérive à la règle stricte édictée par la pensée collective, elle prit le même chemin et devint une jeune fille studieuse réussissant des études qu’elle n’avait pas choisies, mais qui semblaient être « bon pour elle ».

Ainsi posés, les éléments composant une vie à contraintes, ne peuvent qu’animer une sourde révolte. Celle de Suzi est intérieure. Sous sa carapace soigneusement façonnée dans du marbre, se dissimule un volcan en attente d’une faille pour jaillir au grand jour.

C’est à ce moment-là qu’apparaît la sulfureuse Yuxi.

En lisant ce petit roman, vous comprendrez comment Huang Suzi l’introvertie réussit à vivre avec Yuxi la femme fatale.

L’écriture sobre de Fang Fang accompagne cette histoire facile à lire.
Ce n’est pas de la grande littérature, mais elle reflète, à mon humble avis, la volonté des jeunes chinois, chinoises, de s’extirper du carcan dans lequel leurs parents étaient engoncés.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Début fatal

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Début fatal".