L'ombre de la Marquise de Robert Ruwet

Pas de couverture
Charger une image...

L'ombre de la Marquise de Robert Ruwet

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Théâtre

Critiqué par Catinus, le 4 décembre 2013 (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 73 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 3 687 

Pas triste !

Nous sommes à Liège en 1763. Notre bonne ville est courtisée autant par la Prusse que par la France. Or, Jean de Publémont détient des documents de la plus haute importance. Nous allons découvrir, ici, de quoi il s’agit …
Robert Ruwet apprécie l’histoire, la grande et la plus petite. Mais tant qu’à faire, il aime la teinter de son humour particulier. Nous allons voir défiler sur scène de nombreux personnages et des hauts en couleur : Jean de Publémont, le bien nommé et Marie, sa fiancée- Heinrich Von Srelliv, ambassadeur à Liège du Roi de Prusse- Mabas, philosophe – Ysam, alchimiste – une gourgandine- un prêtre défroqué- un mendiant – le curé de Saint-Nicolas-Aux-Mouche- la fameuse marquise, … sans oublier une catin ou l’autre. Ambiance !
Les ingrédients et la recette pour créer une désopilante pièce de théâtre.

Robert Ruwet a bien voulu accepter que je publie ici un large extrait. Qu’il en soit remercié !

Le curé de Saint-Nicolas-Aux-Mouches tente de vendre quelques objets religieux à un certain Lombard

Curé
Commençons donc par la pièce qui me tient le plus à cœur. Un calice qui fut offert à Notger par Charlemagne en personne.
Lombard
Ce pot de chambre !
Curé
Oh ! Jésus Marie Joseph ! Ne dirait-on pas le Saint Graal en personne. De profondis et vitam aeternam !
Lombard
Tout cabossé…

Curé
Hé ! Il est vieux de plusieurs millénaires. On raconte que lors du déluge, il flottait à côté de l’arche ; il l’aurait heurtée et… Cela doit être vrai : regardez.
Marie
Votre vin, messire.
Curé
Ma douce enfant… ah que j’aimerais boire à ton calice.
Lombard
Bon. Je prends cette vieillerie et je l’estime exactement au prix de ce cruchon de vin. Donc nous sommes quittes.

Curé
Ah le traître. Mais que mangerai-je ce soir ?
Lombard
Je m’en moque ! Pour l’heure bois ce vin. As-tu d’autres merveilles ?
Curé
Le mot est parfaitement celui qui convient. Une merveille ! Vous savez que les Anciens disaient que 7 merveilles étaient réparties de par le monde. Voici l’une d’elles ! Généralement, on dit que c’est la troisième… sur sept ! Moi je dis qu’elle mérite la première place. Sans contredit !
Lombard
Montre.
Curé
Prenons garde, je ne voudrais pas que cette soldatesque et tous ces ivrognes…
Lombard
Mais… qu’est-ce ? Un bout de bois !
Curé
Certes oui, du bois mais… quel bois ! Vous avez sous les yeux un morceau de la croix du Christ. Regardez : on voit nettement, là, l’emplacement d’un clou. Et ici comme une trace de sang. Dominus vobiscum. C’est vous dire. Des Templiers ramenèrent, jadis, cette sainte relique de Jérusalem. Le grand Maître de l’ordre, en personne, attestait que ce fut Joseph d’Arimathie qui le récupéra et en fit don à Marie Madeleine en échange de… on ne sait quelle faveur. Cette merveille était enchâssée dans le maître autel de ma pauvre église. Vous êtes trop avisé pour ne pas comprendre que je ne puis m’en séparer, la mort dans l’âme, que contre une somme assez rondelette.
Lombard
La vraie croix ?
Curé
Oui. Une somme fort rondelette même !
Lombard
Pas facile à écouler comme marchandise.
Curé
Que dites-vous là ? Mais je connais plus d’un Supérieur qui donnerait tout son or pour avoir ce trésor dans son abbaye. C’est parce que dans ma situation il m’est difficile de… mais vous !
Lombard
Vous avez de la chance que je sois pieux.
Curé
Moi aussi. Je tiens cela de mon père. Ma mère le fut moins à ce qu’on dit…
Lombard
Mais les temps sont durs et beaucoup de gens sont moins pieux que moi. Surtout mes acheteurs.
Curé
Quelle triste décadence. Alors, combien ?
Lombard
Trois Louis d’or.
Curé
Vous vous moquez : cela vaut mille fois plus.
Lombard
Trois Louis d’or ou rien.
Curé
Alors topons-là et va pour trois Louis d’or.
Lombard
Les voici.
Curé
La croix est à vous.
Lombard
Tiens, je te laisse finir ce mauvais vin ; j’ai d’autres affaires qui m’attendent.

Curé
Ce sera toujours un plaisir pour moi que de traiter avec un homme d’affaire aussi avisé que vous. Nous nous reverrons bientôt j’espère.
Lombard
Tu me ruineras…
(il sort)
Curé
Ho ! Tavernier ! Du vin ! Du vin pour tout le monde ! Tiens paie-toi ! Trois Louis d’or ! Trois Louis d’or ! J’ai berné ce fourbe comme au fond d’un bois ! Oh la naïve bête ! Croire que je lui apportais la croix de Notre Seigneur ! Cette planche pourrie provient du plus sordide des cabanons qui soient ! Oh la naïve bête ! Cela se dit Lombard mais c’est beaucoup moins futé qu’un enfant de six ans. Et alors, tavernier, et ce vin ? C’est moi qui régale !

Bistrot
Les voilà tes Louis d’or. Ils sont plus faux que ta tonsure.
Curé
Quoi ?
Bistrot
Faux te dis-je, cette mitraille est juste bonne pour jouer aux osselets.
Curé
Peste de ce Lombard ! Infâme gredin ! Homme sans religion ! Il m’a volé ma croix ! Tu rôtiras en enfer, maudit Lombard.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'ombre de la Marquise


    ISBN : SANS000039143 ; 01/01/2006
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'ombre de la Marquise

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'ombre de la Marquise".