Cantique des plaines de Nancy Huston

Cantique des plaines de Nancy Huston

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Jules, le 16 juin 2002 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 75 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 481ème position).
Visites : 4 244  (depuis Novembre 2007)

Un très beau livre sur la vie

L'histoire de ce livre se passe au Canada, en Alberta plus exactement. La famille Sterling y est installée depuis quelques générations. Paula nous raconte l’histoire de son grand-père Paddon qui vient de décéder.
Le jeune Paddon a connu de très nombreux démêlés avec son père et est devenu instituteur dans un petit village de l'Alberta. Il épouse Karen, femme toute de droiture, dure à la tâche, bonne épouse et bonne ménagère. Mais elle manque de charme, d'une certaine fantaisie et la vie s’écoule, lentement et dans la monotonie.
La vie de cet homme va être totalement bouleversée quand il fera la connaissance d’une Indienne vivant en bordure du village. Avec elle il va découvrir une vie beaucoup plus légère, une tout autre philosophie de la vie. Il ne quittera pas sa femme et ses enfants, mais ne pourra pas non plus rompre avec cette femme qui représente pour lui un autre monde et, surtout, l'amour vrai et total.
L'écriture de Nancy Huston est superbe et elle décrit à merveille les étendues à perte de vue du Canada. Du blé jusqu'au bout de l’horizon qui va jusqu'à vous donner le mal de mer quand le vent souffle et le fait se mouvoir comme des vagues sur l’océan. Ses analyses psychologiques sont pleines de finesse et ses personnages très attachants. Paula, bien que très jeune, comprend avec beaucoup de finesse les tiraillements de son grand-père entre sa passion et sa morale.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Cantique des plaines [Texte imprimé], roman Nancy Huston
    de Huston, Nancy
    Actes Sud / Babel (Arles).
    ISBN : 9782742704903 ; EUR 7,50 ; 15/03/1995 ; 1993 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La tentation du destin

5 étoiles

Critique de Heyrike (Eure, Inscrit le 19 septembre 2002, 51 ans) - 30 janvier 2012

Débarqué de Londres en 1897, le père de Paddon s'est perdu sur les sentiers impraticables censés le conduire, lui et son frère, au Klondike pour tenter d'y trouver de l'or. Mais l'enfer du froid et de la terreur les rejetèrent vers des contrées moins rudes pour y bâtir une ferme et fonder une famille.

Son père ne le ménageait pas, tandis que sa mère le traînait tous les dimanches à l'église. Il lui fallut beaucoup de ténacité pour résister aux brimades de son père et aux sermons de sa mère.

Devenu professeur, il se retrouve confiné dans le désert culturel d'une contrée isolée de tout. La violence psychologique et physique est une constante dans l’existence de Paddon qu’il ne parvient pas à empêcher qu’elle n’imprègne sa famille au quotidien.

Sa rencontre avec Miranda va être pour lui un moyen d'échapper à la folie d'une vie insipide, mais en même temps il devient la proie de son propre désenchantement.

Un très beau portrait d'une époque et d'une génération soumise à la rigueur du climat et à la pensée religieuse fondamentaliste. J'ai eu cependant beaucoup de mal à m'attacher aux personnages et le style de l'auteur m'a quelque peu laissé indifférent.

Encore une fois sublime

9 étoiles

Critique de Amanda m (, Inscrite le 10 janvier 2008, 52 ans) - 14 janvier 2008

Le style de Nancy Huston est très singulier. Ses phrases sont aussi longues que ses virgules sont rares, et pourtant elles se déroulent comme un fil dont on n’a pas envie de voir le bout. Elle manie avec talent les mots et les images. Son récit est comme une lente litanie, qui, loin d’être monotone, embarque son lecteur dans un voyage saisissant, dont il ressort un peu sonné, certes, mais heureux d’avoir accompagné Paula dans cet hommage douloureux et pourtant plein d’amour.

Excellent !

10 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans) - 28 mai 2007

A l’aide de bribes de souvenirs personnels et de vagues brouillons de manuscrits, Paula tente de retracer la vie de son grand-père Paddon, éternel insatisfait, fils de pionnier alcoolique, professeur par obligation, pianiste amateur et philosophe raté. Nancy Huston en profite pour raconter par la même occasion la saga de toute sa famille, petites gens vivant des existences difficiles dans une époque tourmentée, le XXème siècle et dans un pays torturé par le froid, la faim et la pauvreté, le Grand Nord canadien.
Un très beau livre où l’on ressent à chaque page l’amour de Paula (Nancy Huston ?) pour sa famille et son pays. Très humain, très prenant avec beaucoup de finesse psychologique et de remarques pertinentes sur les caractères des personnages qui nous deviennent vite familiers. Nancy Huston a un style très personnel qui ne peut laisser personne indifférent. En effet, son récit n’est ni linéaire ni chronologique. On part en avant, on retourne en arrière. On va de flash-backs en sauts dans l’avenir assez déstabilisants. On passe même d’un personnage à l’autre au point que cela pourrait demander un important effort au lecteur. D’autant plus que l’auteur s’affranchit totalement de la ponctuation classique, s’interdit l’usage du point et n’a quasiment jamais recours au dialogue pas plus qu’aux habituelles descriptions propres au roman classique.
Le livre se présente plutôt sous la forme d’un long monologue intérieur. Mais en interpellant Paddon qu’elle a fort peu connu et qui est une énigme pour elle, elle capte l’attention du lecteur et le mène où elle veut. Et ça marche ! On est embarqué comme pirogue au fil d’un torrent verbal et on ne peut plus lâcher le bouquin. Excellent.

Souffrances générationnelles

6 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans) - 17 octobre 2005

Les grands espaces s'offrent à Nancy Huston. Ceux du Canada. Ceux de la solitude aussi. Solitude d'un homme qui s'estime incompris et traduit cela en montrant son plus laid visage. Sa petite-fille Paula, après sa mort, tente de nous le raconter, de nous livrer son histoire par bribes. En commençant par le portrait d'un homme dur et violent, auquel on finit tant bien que mal par s'habituer tout en le détestant.
Au-delà de cette fresque humaine qui s'étend sur plusieurs générations, c'est l'histoire d'un pays qui nous est contée. La misère humaine, la pauvreté, le désert social, les maltraitances envers les Indiens, la colonisation évangélique de Haïti, la rigueur de l'éducation, le pouvoir des hommes et le non-droit des femmes. Au fil des pages, l'histoire évolue, tout cela change et c'est important d'assimiler ces informations pour comprendre peu à peu comment Paddon va devoir lui aussi évoluer à son tour, qu'il le veuille ou non.
En refermant ce beau roman de Nancy Huston, la colère que je ressens pour cet homme ne disparaît pas. L'isolement intellectuel dont il souffre ne suffit pas à mes yeux à justifier ses comportements primaires, peu importe l'époque où ça se passe. Je ne peux avoir de pitié pour lui.
Et j'admire la manière avec laquelle Nancy Huston dresse son portait. Orientée de manière subtile, son histoire déborde d'amour familial et pourtant, elle ne cache rien des vilénies du personnages et du contexte. Je craignais au début que le récit ne soit trop dense, trop lourd, mais il n'en est rien, tout cela respire et s'écoule avec fluidité. Comme le temps qui passe. Celui d'une vie.

Cantique de l'éternité dérobée...

9 étoiles

Critique de Alicia753 (, Inscrite le 30 août 2005, 35 ans) - 30 août 2005

Avec ce livre, Nancy Huston nous offre une merveille de littérature. Pourtant, ce n'est pas un livre facile d'accès, ni par les thèmes qu'il aborde, ni par la syntaxe, qui, sans doute, rebutera certains.
Ce qui, selon moi, tisse l'émotion du livre c'est le recours au "tu". Paddon c'est toi, si proche de nous. Un livre où il n'est pas de héros, mais un raté de la vie dont nous pouvons partager les misères et les joies, à travers le regard compatissant de Paula.
De surcroît, je trouve littérairement assez beau le parti-pris de l'auteur de nous conter "à rebours" l'existence de Paddon. N.Huston sait comme personne chanter et exalter les merveilles du quotidien, la noblesse de l'enfantement, de la conception... Et la scène de la rencontre avec Miranda, qu'en dire?
La romancière tente de rendre justice de la vie d'un homme comme tout autre à la fois ordinaire et extraordinaire, qui, par le "tu"qu'elle emploie, nous devient d'une proximité bouleversante.

Mais,au final, et ceci est un compliment, il me semble qu' on ne saisit pas l'homme Paddon, mais qu'on le devine dans toute l'incertitude et la mouvance de son identité.

Merci Nancy.

Vouloir n'est pas pouvoir !

8 étoiles

Critique de Léonce_laplanche (Périgueux, Inscrit le 22 octobre 2004, 82 ans) - 27 novembre 2004

Paula la narratrice, raconte l'histoire des Sterling, sa famille, en remontant sur les trois générations précédentes.
Le personnage principal est en fait Paddon, le grand-père, et Paula essaie de comprendre l’homme et sa vie. Pour cela, il faut faire intervenir les parents de Paddon, ainsi que sa descendance.
Nous sommes en Alberta, au début du siècle dernier.
Voici un roman essentiellement méditatif et descriptif, il s’y trouve peu d'action, pas de dialogue, il s’agit de la tentative d'essayer de comprendre un proche à partir de souvenirs, et de quelques traces écrites.
J'ai trouvé ce livre de lecture assez difficile parce que l'écriture est compacte, très riche en informations, et à quelques reprises monotone.
Les informations étant assez souvent opposées ou contradictoires, le lecteur doit faire son chemin tout seul ! Paddon aspire à la sagesse et à la philosophie, mais est en même temps violent envers ses enfants ! Il est intransigeant envers son épouse, mais généreux envers sa maîtresse indienne !
Pour Paula ce grand-père est unique et contradictoire, il le sera également pour le lecteur.
De tout cela, il ressort un ouvrage parfaitement abouti et maîtrisé ! Nancy Huston sait humaniser ses personnages et nous ouvrir leur conscience.
Une fois encore j'ai retrouvé présents des termes constants et caractéristiques du continent nord-américain au début du dernier siècle : la religiosité maladive, les évangélisations forcenées, et l'alcool omniprésent ! Ceci ajoutant la misère morale à la misère vraie.
Sans prétendre évidemment qu'ailleurs c'était beaucoup mieux !

Forums: Cantique des plaines

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Cantique des plaines".