La blessure la vraie de François Bégaudeau

La blessure la vraie de François Bégaudeau

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Lu7, le 26 avril 2011 (Amiens, Inscrite le 29 janvier 2010, 33 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (41 000ème position).
Visites : 1 896 

Les beaux gosses d'il y a 20 ans

Le jeune narrateur, âgé de 15 ans, revient sur l'été 86, cet été 86 où il décide de devenir un homme, et de partir à la chasse aux filles qui veulent bien coucher.

Au milieu de sa bande de potes d'été, 'mecs' et 'meufs' de 13 à 26 ans carburant à la kro tiède et aux parties de flipper, le jeune Nantais, poète à ses heures et fier de ses 17.1 de moyenne annuelle en anglais, semble avoir bien du mal à faire sa place.

Et c'est pendant cet été-là que se créera la blessure, la vraie, celle qui fait que l'homme qui écrit aujourd'hui raconte le gamin qu"il était alors.

Ce roman contient très certainement une bonne part d'autobiographique, et c'est parce que François Bégaudeau se raconte qu'il décrit si bien l'adolescence, ingrate et impatiente, jouissive et blessée.
Je me suis laissée glisser avec délice dans "la France de 86", au coeur de la bande d'ados de Saint Michel en l'Herm.

Par contre... la fin m'a laissée sur ma faim. J'attends d'autres avis à ce sujet, je suis à vrai dire un peu perplexe.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Assez cinématographique

8 étoiles

Critique de Anthe (, Inscrit(e) le 7 novembre 2011, - ans) - 7 novembre 2011

Bravo pour le scénario de ce bouquin, qui sent le vécu et où s'incrustent beaucoup de rêve, d'irréel.
J'ai particulièrement aimé la montée en puissance, jusqu'à la rencontre improbable avec ce couple déjanté et imbibé, et mon interprétation de la fin du roman est que le personnage principal doit être mort....les dernières pages étant ce qui se passe dans son esprit après son agonie, suite à cette blessure qu'il se fait à mobylette, la blessure, la vraie, celle qui conduit au trépas.

Je verrais bien ce bouquin adapté au cinéma, avec des acteurs inconnus, par quelqu'un comme Guillaume Canet, par exemple. La bande-son est déjà toute définie.

C'est un livre que je relirai dans quelques années, certainement.

L'impatience du puceau

4 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 50 ans) - 7 mai 2011

Souvenirs de l'année 86 où le narrateur avait alors 15 ans et désirait s'affranchir de l'adolescence par la conquête des filles. Après une cinquantaine de pages, le tour du jardin est fait, le reste n'est que répétition. La prose bavarde faite de phrases courtes parfois entrecoupée de titres de chansons américaines se prêtent bien à l'univers adolescent, mais est aussi agaçante.

"Paye ton coup couillon. Nos regards un poil strabiques se croisent pour trinquer à la Vendée. Living in America, eye to eye."

C'est un roman très 'français' et la période des années 80s est selon moi assez mal évoquée. J'ai cherché à trouver cette blessure, la vraie, celle qui devait donner un sens profond à ce récit. Mais, il n'y a que divagations et anecdotes vite oubliées.

Forums: La blessure la vraie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La blessure la vraie".