L'Enquête de Philippe Claudel

L'Enquête de Philippe Claudel

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Miette, le 7 octobre 2010 (Inscrite le 25 août 2010, 55 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 17 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 166ème position).
Visites : 6 820 

Surréaliste !

Voici un livre de P. Claudel très déstabilisant, voire cauchemardesque ! Heureusement qu'il y a pas mal d'humour -en visualisant certains passages !- car notre enquêteur vit tout simplement un enfer ! Ce roman, moitié conte, moitié fable, bouleverse tout à fait nos habitudes lorsqu'on a lu les précédents livres de l'auteur (la petite fille de Monsieur Linh reste mon livre préféré). Visiblement Monsieur Claudel s'interroge -c'est le moins qu'on puisse dire- sur l'existence de Dieu, et pour l'avoir entendu à "La grande librairie", il n'a qu'une envie, c'est d'en parler ! Moi qui suis chrétienne pratiquante, peut-être que je vais lui écrire pour lui raconter ma vie avec le Seigneur (elle n'est pas un long fleuve tranquille). Chiche...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Cauchemardesque

5 étoiles

Critique de Lejak (Metz, Inscrit le 24 septembre 2007, 46 ans) - 19 juin 2017

Ce livre m'a dérangé, mis mal à l'aise et dérouté. L'auteur dirait probablement "objectif atteint". Certes.
Mais je n'ai pas retrouvé ce qui fait la force de L'étranger de Camus, Le procès de Kafka ou 1984 d'Orwell.
Pour ma part, j'ai lu cette histoire dans la douleur. La succession de mésaventures désastreuses s'accumulent pour l'anti-héros de façon indigeste à mon goût. Le fait de saisir assez rapidement le sens "caché" de toute cette histoire n'en allège en rien la lecture. J'ai espéré la fin avec impatience, dont je devinais qu'elle serait totalement absurde et probablement décevante ... objectif atteint, là aussi.

Embarquement vers une destination inconnue.

8 étoiles

Critique de Bafie (, Inscrite le 19 juillet 2004, 59 ans) - 24 octobre 2014

Passées les premières pages du livre pendant lesquelles je suivais avec dérision les mésaventures de l’Enquêteur me demandant quelle pouvait bien être l’Entreprise sur laquelle il était chargé d’enquêter ; je fus à mon insu, happée dans un récit grinçant, inquiétant, angoissant.
Philippe Claudel est un auteur que j’apprécie et, dans ce récit, il m’a surprise par sa capacité à distiller le suspense et ensuite l’angoisse. Il est difficile de poser ce livre tant on a envie de savoir et ensuite, petit à petit, un malaise s’installe. Ne reconnaissons-nous pas dans l’Entreprise certaines dérives de nos sociétés, ne sommes-nous pas parfois ces fantômes happés par une foule anonyme,
Au-delà des signification et de la symbolique que l’on peut donner à ce récit, il faut saluer le talent de l’auteur renouvelé ici dans une tonalité différente de ses précédents écrits et cependant tout aussi magistral.

La fonction fait l'homme

4 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 62 ans) - 29 octobre 2013

"L'Enquêteur, le Policier, le Guide, le Veilleur, le Garde, le Serveur, le Responsable, le Vigile, le Fondateur... avez-vous conscience que vous ne parlez que par fonction depuis le début de notre entretien?"
Cette façon de présenter les personnages en les déshumanisant donne d'entrée le ton du roman.
Une histoire oscillant entre surréalisme et absurde qui nous fait suivre quelques jours d'une espèce de descente en enfer d'un employé ordinaire.
"Lui qui depuis très longtemps avait conscience que sa place dans le monde et la société relevait de l'échelle microscopique découvrait, face à ce paysage de la démesure de l'Entreprise, une autre forme de malaise, celui de son anonymat. En plus de savoir qu'il n'était rien, il se rendait compte soudain qu'il n'était personne."

Un livre original et dérangeant. Mais même si certains passages donnent à réfléchir, cette métaphore philosophique ne m'a pas procuré le plaisir que j'avais pris aux 7 autres titres de l'auteur que j'ai lus.

La réalité est si proche de ce voyage

7 étoiles

Critique de Danton (, Inscrit le 5 avril 2013, 61 ans) - 8 avril 2013

Déroutant, ce voyage dans un univers, aussi étrange qu'irréel. Malgré cet univers digne de la troisième dimension, régulièrement des sensations et sentiments ressenties dans le monde réel émerge.
On est déstabilisé par la persévérance du personnage à vouloir mener son enquête malgré les éléments qui l'entourent
On est troublé par les réflexions qui l'amènent à retrouver une motivation de poursuivre son enquête.
La rencontre avec le mur est une image forte, qui traduit la difficulté que l'on a parfois à sortir d'une spirale négative ou de l'emprise de gens qui ne nous apporte rien de positif.
La lecture de livre est agréable.

Un goût de trop peu

6 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 56 ans) - 4 janvier 2013

Philippe Claudel ne donne jamais toutes les clés qui permettent au lecteur de décoder ses œuvres. Ici il atteint un sommet où même le héros , qui vit un véritable cauchemar, se demande à plusieurs reprises s’il n’est pas en train de rêver, voire s’il n’est pas tout simplement mort. Le lecteur se fait promener dans une sorte d’Alice au pays des horreurs, macabre, absurde et angoissant. Le récit est très fluide ( je l'ai lu en deux jours) mais je suis tout de même resté sur ma faim ; l’auteur se concentre sur le message philosophique sans trouver une chute compréhensible. En résumé, il s’agit d’un récit très prenant, très bien écrit, mais qui laisse un goût de trop peu pour considérer qu’on a dans les mains une réussite littéraire.

Du fantastique sinistre à la manière d’Orwell ou de Kafka

7 étoiles

Critique de Ori (Kraainem, Inscrit le 27 décembre 2004, 85 ans) - 23 octobre 2012

A la suite de nombreux suicides en entreprise, un Enquêteur y est diligenté pour en connaître les causes. Mais aussitôt débarqué dans le village concerné, le héros se sent immergé dans une ambiance de suspicion et de mystère : hôtel inhospitalier, pistage par un policier, privation de repas, arrivage sur les lieux de l’entreprise dont l’unique responsable soudainement disparaît.

L’atmosphère s’alourdit au fur et à mesure que l’Enquêteur se sent épié de partout et notamment par un portrait mural du Fondateur de l’Entreprise dont le regard est chargé de reproches.

La lucidité de l’Enquêteur commence à vaciller jusqu’à en venir à questionner le sens même de sa vie et, parvenu à la fin du roman, le lecteur ne saura toujours pas si le héros, dont on soupçonne finalement qu’il se trouve couché, aura été le siège d’un rêve ou d’un coma irréversible …

Un ouvrage bien écrit et dont le fantastique, assez sinistre, aura marqué le lecteur au delà de la dernière page …

fascinant et surtout inquiétant

9 étoiles

Critique de CHALOT (, Inscrit le 5 novembre 2009, 73 ans) - 20 septembre 2012


Fascinant et quelque peu inquiétant

La sortie d'un roman de Philippe Claudel ne passe pas inaperçue et pour cause : il capture le lecteur, le fait s'interroger, voire s'inquiéter pour ensuite le mener vers une destination souvent inattendue.
L'enquêteur, puisque c'est ainsi qu'il « se nomme » doit enquêter sur les suicides nombreux et inexpliqués qui touchent l'Entreprise.
C'est ainsi que cet homme, un peu rond et de petite taille, assez banal débarque dans une ville où tout semble obscur et surtout très peu banal...Sa sécurité psychologique est mise à l'épreuve, à l'hôtel où il débarque la nuit, à la porte de l'entreprise qu'il aura du mal à franchir.
Comme au début du siècle dernier, l'Entreprise est omniprésente et d'ailleurs elle couvre toutes les activités possibles : la communication, la production de biens divers, l'ingénierie, l'agroalimentaire, sans oublier la banque et l'incontournable développement humanitaire.
La différence notable réside dans la disparition du propriétaire, patron « paternaliste », ceux qui mènent la danse et qui tirent tout le bénéfice sont aujourd'hui des anonymes actionnaires.
Cette Entreprise et même les autres sont « devenues des sortes de nébuleuses, agrégeant à elles des filiales comme autant de particules, les délocalisant, les relocalisant, créant des ramifications, des arborescentes lointaines, des radicelles, enchevêtrant les participations, les actifs et les conseils d'administration en des écheveaux si confus qu'on ne parvenait plus très bien à savoir qui était qui et qui faisait quoi. »
Dans cette longue marche, l'enquêteur rencontre non des individus dotés d'une identité mais des fonctions comme le Policier, le Guide, le Vigile ou le Psychologue, chacun étant doté d'une ambivalence.
S'agit-il là d'une réalité ou d'un rêve?
Est-on là au bord du néant?
La société décrite est déshumanisée...Les hommes et les femmes avancent parfois dans la rue comme des automates ne communicant pas avec leurs voisins et suivant une ligne droite qui les conduit à un destin qu'ils n'ont pas choisi .
Ce roman nous interpelle et laisse des traces.

Jean-François Chalot

Une enquête sur le monde de demain ?

8 étoiles

Critique de Ddh (Mouscron, Inscrit le 16 octobre 2005, 79 ans) - 9 juillet 2011

Bien paradoxal, ce titre : L’enquête implique des recherches mais le bandeau explique que c’est en ne cherchant pas que tu trouveras. Vers quel chemin l’auteur conduit-il le roman ?
Philippe Claudel connaît plusieurs succès littéraires : avec Les âmes grises le Renaudot 2003 et une cascade de prix avec Le rapport de Brodeck (Prix Goncourt des Lycéens en 2007, Prix des libraires du Québec en 2008 et Prix des lecteurs du Livre de Poche en 2009. Quant à La petite fille de monsieur Linh en 2005, il a aussi été hautement apprécié. L’enquête entraîne le lecteur vers des horizons nouveaux.
Il fait froid, glacial même. La neige se met à tomber. L’Enquêteur se retrouve à la sortie de la gare d’une ville peu accueillante. Son chef de service lui a demandé d’enquêter sur la vague de suicides qui s’est déversée dans une entreprise. Mais rien ne se passe comme il est à même de s’attendre : impossibilité de s’orienter dans cette ville, l’Entreprise a des allures de bunker, mauvais accueil au café du coin, quant à l’hôtel où il essaie de se réfugier, il est du genre minable avec un cerbère à l’accueil. Il a maille à partir avec la police, avec le personnel de l’entreprise. Et c’est la déliquescence du narrateur qui peu à peu se détruit avec quelques moments de répit pour chuter plus bas dans la suite.
Philippe Claudel livre ici un roman qui déstabilise le lecteur. Il l’entraîne à la fois dans le rêve avec des séquences totalement surréalistes mais aussi dans la dure réalité du monde de certaines entreprises totalement déshumanisées où le travailleur n’est qu’un pion.

Une métaphore du monde moderne

6 étoiles

Critique de Alma (, Inscrite le 22 novembre 2006, - ans) - 27 juin 2011

Je sors un peu désorientée de cette plongée dans ce monde angoissant , déshumanisé, où les êtres ont perdu leur identité et sont réduits à leur fonction, où l’absurde règne en maître , où l’homme devient la proie des objets .

J’ai eu l’impression de lire un exercice de style, brillant, certes, et rigoureusement mené où l’on assiste à la désagrégation progressive du personnage central puis à sa dissolution , mais je suis restée comme une spectatrice extérieure à l’intrigue qui m’a paru bien longue .

L’ouvrage n’est pas un roman à thèse , Philippe Claudel ne propose ici aucune morale à ce qu’il faut bien considérer comme une fable , obligeant ainsi le lecteur à proposer la sienne sur un univers qui apparaît comme la métaphore du monde moderne .



Second degré

5 étoiles

Critique de Isis (Chaville, Inscrite le 7 novembre 2010, 76 ans) - 30 mars 2011

Cet ouvrage qui se démarque totalement des précédents titres de Philippe Claudel -dont certains comme le rapport de Brodeck, déjà très allégorique, m'avait pourtant enchantée- doit, certes, être lu au second degré.
La souffrance au travail n'est donc qu'un prétexte pour l'auteur de nous évoquer le malaise beaucoup plus grand, éprouvé par tout un chacun, devant l'absurdité de la vie, l'égoïsme de ses congénères et la supposée indifférence de Dieu, si tant est qu'il existe, ce dont doute manifestement Philippe Claudel.
Le Lecteur -sans nom, comme tous les personnages de ce «roman», mais avec une majuscule- ne peut donc que compatir, au sens étymologique du terme, aux malheurs en cascade de l' Enquêteur, son propre double sur cette Terre.
Il n'empêche que cette lecture n'est pas une sinécure, même si le style de Claudel reste toujours aussi fluide et agréable. Et même si l'on voit bien malgré tout où l'auteur veut en venir, les chemins pour parvenir à ce but sont bien tourmentés et hasardeux.
«C'est en ne cherchant pas que tu trouveras» déclare le Fondateur, le dernier personnage à entrer sur la scène de ce théâtre totalement surréaliste. Cette même phrase énigmatique qui apparaît en exergue sur le bandeau de l'éditeur devrait alerter les esprits trop cartésiens. En tout cas, pour ma part, je n'ai guère trouvé dans ce livre ce que j'étais censée y chercher !

Alice au pays des merveilles moderne

5 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 54 ans) - 20 mars 2011

Un enquêteur – sans nom, comme tous les personnages – arrive dans une ville pour découvrir la raison d’une vague de suicides dans une entreprise. Tous et tous les éléments semblent vouloir se liguer contre lui : dans cette paranoïa délirante, il sera affamé, blessé, enfermé, humilié, accablé par le temps (pluie, neige et autres), la foule qui l’oblige à entrer dans son flot et l’empêche d’atteindre ses buts, de penser par lui-même, d’exprimer la moindre initiative. L’absurde règne en maître. L’administration de l’entreprise également oblige ses employés à se conformer aux ordres et missions sans aucune possibilité de réflexion, sans humanité. L’enquêteur semble être le jouet des personnages qu’il rencontre ; il n’arrive à aucun moment à reprendre le contrôle de sa vie. Il est ballotté entre des personnes désobligeantes, bornées, qui accomplissent leur tâche à la lettre jusqu’à l’absurde. Il finit par douter de sa santé d’esprit.
Mais où veut en venir l’auteur ??? La fin ne nous le révèle malheureusement pas… L’enquêteur ne se réveille jamais de son cauchemar. Ce livre sans queue ni tête me fait penser à certains romans de Werber où l’homme est observé d’en haut par des dieux pas toujours bienveillants. Je ne suis pas rentrée dans cette histoire surréaliste et elle m’a par conséquent parue bien longue.

Une brillante métaphore

10 étoiles

Critique de Poki (, Inscrite le 1 mars 2010, 47 ans) - 3 février 2011

Pour ma part j'ai complètement adhéré à ce roman que j'ai trouvé très différent de tout ce qu'a pu écrire Philippe Claudel auparavant. Néanmoins je comprends les critiques sceptiques des lecteurs car ce récit frise la science fiction et le fantastique et ce genre de littérature demande l'acceptation complète du lecteur... et j'ai accepté... Et me voila transportée dans cette descente aux enfers terrible et inexorable... J'y vois une métaphore très claire de la mort, de la mort physique, de l'instant pendant lequel la vie vous quitte, cet instant précis si bref et à la fois si long noyé dans le songe... Je n'en dirais pas plus afin de ne pas trop révéler la fin de ce roman et de laisser chacun libre de l'interpréter comme il l'entend... et c'est d'ailleurs ce pourquoi je trouve ce roman fascinant... nous ne subissons pas l'histoire, nous la vivons et pouvons la comprendre à notre guise...
Le talent d'un écrivain se mesure aussi dans sa capacité à faire des choses très différentes, à se renouveler tout en gardant un style impeccable et je trouve que Monsieur Claudel écrit merveilleusement bien...

Dans le même style vous pouvez lire le roman de Nan Aurousseau "Quand le mal est fait"

Très noir, un peu complaisant...

6 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 82 ans) - 30 janvier 2011

On souffre pour ce pauvre enquêteur : il doit tout subir sans bien comprendre ce qui lui arrive, mais au milieu du récit, on peut trouver que tout cela est excessif ; je ne dis pas invraisemblable car cela va de soi et on l'accepte. Mais l'accumulation de ces malheurs est gratuite et n'ajoute pas grand'chose quand la limite est atteinte, puis dépassée.

Je n'y vois pas pour ma part une étude du milieu de l'entreprise (l'Enquêteur n'y accède même pas !). Mais l'auteur ne se prive pas de souligner les défauts les plus courants de quelques professions (policier, garçon de café, gardien, etc..) et c'est souvent amusant. Non, ce qui obsède Philippe Claudel à mon avis, c'est la Condition de l'Homme face à la vie, face à la mort ; on en a la confirmation dans les dernières pages, qui ne sont pas les meilleures de mon point de vue. A mon avis, le lecteur a du mal à adhérer aux propositions de l'auteur.

Anticipation ou délires

7 étoiles

Critique de Papyrus (Montperreux, Inscrite le 13 octobre 2006, 61 ans) - 15 janvier 2011

Que serait l'existence humaine dans un monde sans conscience, sans morale, sans projection dans l'avenir? C'est dans ce monde que va évoluer l'Enquêteur chargé de mener une enquête sur des suicides au sein de l'Entreprise (!!!) La couverture du livre n'est pourtant pas orange! Difficile évidemment de ne pas voir dans ce monde cauchemardesque la métaphore de celui vers lequel on se dirige. Dans ce monde là, même la logique cartésienne qui régit notre pensée n'a plus cours...
Jusqu'à l'aide humanitaire institutionnalisée y est traitée avec un cynisme dérangeant...
Ce roman d'anticipation n'est peut-être pas le chef d'oeuvre de Claudel, manquant sans doute de développements, un peu comme un tableau dont les contours seraient juste suggérés par le peintre alors que le centre de la toile est exécuté avec force détails, mais il atteint tout de même assez bien son objectif: celui de créer le malaise, et l'interrogation.

le Procès, l'Enquête, la Copie.

6 étoiles

Critique de B1p (, Inscrit le 4 janvier 2004, 47 ans) - 30 octobre 2010

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles cette Enquête me laisse dubitatif. La première, et non des moindres : j'ai lu « Le Procès » et une partie du « Château » de Kafka.

Le fait est que Claudel semble vouloir rendre hommage à ces 2 ouvrages. La désespérance qui veut suinter de cette « Enquête » fait penser au 1e tandis que le principe de l'étranger qui débarque dans un lieu inconnu rappelle le 2e. Et puis, il y a l'histoire, où le burlesque le dispute au bizarre voire à l'inquiétant.

Objectivement, c'est plutôt bien écrit, avec des phrases qui évitent le bout de gras. Malheureusement, à aucun moment je n'ai eu l'impression de lire une œuvre de littérature. A côté de Kafka, Claudel fait un peu pâle figure, mais comment pourrait-il en être autrement ?
Son enquête n'est pas exempte de trouvailles, mais j'ai eu l'impression de lire un (excellent) exercice de prose : où un commanditaire quelconque aurait demandé à l'écrivain « Écris-moi une histoire à la manière de », et où le scribe se serait exécuté avec application, certes, mais sans génie.

Alors voilà. Entre l'original et la copie, j'ai choisi. Et ce ne sont pas quelques idées « modernes » disséminées ça et là, quelques critiques un peu trop évidentes du monde occidental contemporain qui me feront changer d'avis.
En étant forcément plus daté, « Le Procès » développe un sens du burlesque et une angoisse tellement intemporels qu'il en reste toujours jouissif, même près d'un siècle après son écriture.
Alors, tout de même, soyons juste et ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain : Claudel écrit plutôt plaisamment. Et le dénouement effrayant fait monter notre appréciation du tout vers le haut. N'empêche, entre l'original et la « copie », moi, j'ai choisi !

Angoissant

6 étoiles

Critique de Thierry13 (, Inscrit le 3 août 2010, 49 ans) - 10 octobre 2010

Manière originale d'aborder le thème de l'entreprise de nos jours : dépersonnalisation, déshumanisation, robotisation de l'entreprise et de l'homme, absence totale de compassion voire suicides. L'homme n'est plus au centre de l'entreprise.
L'enquêteur a pour mission de comprendre le pourquoi de tous ces suicides. Dès qu'il pose le pied sur le quai de gare, il entre dans la 4ème dimension. Il ne contrôle plus rien à tel point qu'il pense qu'il est mort.
Récit dramatique, burlesque, voire effroyable.
Et Dieu dans tout ça? L'homme est-il fait à son image?

A lire et à méditer

Forums: L'Enquête

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'Enquête".