Londres Express de Peter Loughran

Londres Express de Peter Loughran
(The train ride)

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Clubber14, le 23 septembre 2010 (Paris, Inscrit le 1 janvier 2010, 43 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 661ème position).
Visites : 3 559 

Extrêmement déroutant

Présentation de l'éditeur :

Evidemment, vous direz que je suis un monstre. Que je n'aurais jamais dû me saouler dans les bas quartiers ni courir les filles. Ni flanquer des briques dans les fenêtres. Ni me conduire de façon aussi abominable dans le train qui m'emmenait au port de Londres. Eh bien, c'est vous tous, avec vos vices et votre méchanceté qui m'y avez obligé. Je ne suis pas plus monstre que vous, bande d'hypocrites !


Mon avis :

Alors là je dois bien avouer que j'ai été scotché .....

Ce roman prend la forme d'une narration dont le personnage est un être absolument abject, le mec que tout un chacun évite le plus possible : marin sale, grossier, adepte des prostituées et des jeux de cartes, il aime se battre et vivre un peu dans l'anarchie. Il ne se prive pourtant pas, au court d'un trajet en train de quelques heures allant de Bath à Londres de raconter quelques tranches de sa vie : voyages, beuveries, parties de jambes en l'air tout y passe. Lors de ces "retours en arrière" il va porter un jugement extrêmement critique envers tout et tout le monde : la politique, les femmes, la religion, les bourgeois, les policiers.... Il en vient même à détracter les détracteurs. Cet homme est un paradoxe à lui tout seul, il se voit comme martyr quand c'est un bourreau, il prétend avoir frôlé une carrière ecclésiastique mais finalement non, pour des raisons fort mauvaises, il change d'opinion régulièrement et ne sait pas vraiment à quoi s'accrocher dans la vie, il dit lui-même être un être abject puis quelques paragraphes plus loin être un quasi-saint....

Le style est très bourru, c'est un langage très familier, argotique mais néanmoins très facile à suivre. J'ai retrouvé de "La Conjuration des imbéciles" dans ce livre, à cela près qu'Ignatus (dans la conjuration) portait un jugement très critique sur la société américaine post-guerre mondiale mais était lui-même très instruit, ce qui quelque part est plus louable.

En bref, un roman insaisissable, j'ai eu du mal à le catégoriser entre policier / aventure / horreur.... Le dernier quart du livre est horrible, on ne s'attend pas à ce que le roman prenne ce tournant, j'ai été impressionné. Cet auteur est un quasi inconnu (du moins pour moi) et ce livre est son seul ouvrage publié en français. Il change vraiment de tout ce que j'ai pu lire par le passé et ne serait-ce que pour cela je mets une bonne note. L'éditeur a failli ne jamais publier ce livre qu'il jugeait fort limite. Il l'a finalement fait, je pense pour préserver une certaine liberté d'expression et pour ça je lui en suis reconnaissant. Il n'en demeure pas moins que cet auteur est assez mystérieux pour moi, il aurait eu des centaines de métiers dans des dizaines de pays. Je serais assez curieux de me pencher sur sa vie.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Extrêmement troublant

10 étoiles

Critique de Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 40 ans) - 15 janvier 2015

Je me permets d'opposer un léger veto sur la critique de ce livre que Clubber14 a manifestement survolé: puisque justement, le héros là-dedans est loin d'être un boîteux sale et repoussant, on notera de même qu'étant marin il prend des douches deux fois par jour et change également de vêtements chaque journée...

Ces détails ont l'air peu importants mais ils le seront toutefois si vous entamez la lecture de ce thriller, car ce qui rend cet ouvrage dangereux et ambigu, c'est le fait que le protagoniste central peut sembler tour à tour normal sinon séduisant ! Des tas de gens se conduisent tous les jours comme lui, mais ils n'éveillent pas l'attention car eux cachent hypocritement leurs tares; le problème étant bien entendu une question de limites. Le narrateur possède, avouons-le, l'excuse de n'être pas un intellectuel coupeur de cheveux en quatre et aussi celle de vivre une vie réellement fort difficile - en rien décente.

Donc toutes ces notions, comme la critique de la société qu'il opère à un moment de "The Train Ride", sont à savoir surtout si vous allez jusqu'à la surprenante toute fin. De plus, sa condamnation de tout maniérisme rend le personnage malgré tout attachant en dépit du fait qu'il s'agit d'un prédateur monstrueux. De même, celui-ci n'est en rien un ingrat...
Pour cette raison les derniers chapitres du livre, assez horribles, pourront certainement ressembler pour l'oeil du connaisseur à celles de giallos divers et variés, et pour cause: on est là devant l'ancêtre d'Orange Mécanique !



quelques citations



"Les pauvres idiotes, elles ne se rendent pas compte qu'un homme qui les aimerait vraiment admettrait jamais qu'elles fassent des saletés avec personne, même pas avec lui-même."

"Cette combine de mariage, c'est pas autre chose que la bagatelle devenue respectable une fois arrosée d'eau bénite et de papier timbré. "

Forums: Londres Express

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Londres Express".