Le Dictionnaire des inquisiteurs, Valence, 1494 de Louis Sala-Molins

Le Dictionnaire des inquisiteurs, Valence, 1494 de Louis Sala-Molins
( Repertorium inquisitorum)

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Histoire

Critiqué par Torquemada, le 23 octobre 2009 (Inscrit le 20 octobre 2009, 58 ans)
La note : 9 étoiles
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 3 116 

Les Délices d'un manuel du parfait inquisiteur

Cet ouvrage peut surprendre surtout si vous n’êtes pas adepte de l’historiographie inquisitoriale qui peine souvent à toucher les lecteurs contemporains. La très grande période que couvre l’activité florissante du Saint Office depuis le XIIe siècle jusqu’à notre XXe siècle, ainsi que la diversité de ses approches en Europe, font qu’il est pratiquement impossible (exception faite du monumental ouvrage de H.C Léa dont j’espère pouvoir un jour vous gratifier d’un avis) d’en faire une description critique exhaustive. L’ouvrage dont il est question ici aborde l’inquisition et ses « hautes œuvres » sous un angle particulier, en l’occurrence la propension des grands inquisiteurs à se soutenir les uns les autres via la rédaction de manuels pratiques à l’usage des « ordinaires ». Ces ouvrages se succèderont et s’enrichiront les uns les autres au fil des siècles pour aboutir à une procédure sans faille ne laissant aucune chance aux supposés hérétiques, relaps, convertis rejudaïsant, ou autre Vaudois. Pour démontrer le caractère quelque peu cartésien de ces recommandations écrites, l’auteur propose ici une traduction fidèle du Répertorium Inquisitorium, autrement dit le dictionnaire des inquisiteurs. Il a été écrit à Valence en 1494 par un anonyme, notaire inquisitorial de son état et marié (ce qui ne manque pas de piquant). Cet abécédaire usité par les zélateurs inquisitoriaux (allant de « abjuration » à « zizanie ») y est présenté sous sa forme francisée issue de l’original incunable précieusement conservé à Barcelone. À titre d’exemple et pour attiser votre curiosité, on peut y trouver avec délice le verbe « brûler » en fin de section « B » suivi immédiatement (et logiquement est-on tenté de dire) du substantif « cadavre » pour inaugurer la lettre « C » ! Pour chacun des 309 termes détaillés ici, l’inquisiteur hésitant (et/ou débutant) trouvera des conseils, des cas antérieurs faisant jurisprudence et des ruses pour arriver à ses fins (à ce titre, nombre de conseils se terminent par l’expression « prudence et ruse » que j’utilise parfois sur les forums ici-bas). L’auteur anonyme fournit également toute sorte d’informations d’ordre pratique pour un mot clé associé à une procédure. Exemple choisi pour le mot croix : « les relaps, qui doivent être exterminés comme on sait, seront condamnés à porter des croix larges en tissu cousues sur leur mitre ». Pour des raisons didactiques évidentes, notre notaire anonyme ajoute des notes de bas de pages qui permettent de retrouver tous les mots liés à une seule et même procédure (« relaps » pour l’exemple donné supra ou plus drôle : « Fornication » pour le mot « Femme » !).
Ce dictionnaire contient évidemment une mine d’informations mettant au jour la machinerie inquisitoriale, implacable, organisée et efficace. Il n’y a dans cette partie de l’ouvrage aucune tentative d’explication ou d’analyse de la part de L. Sala-Molins, juste une traduction froide et rigoureuse du dictionnaire original. Pour celles et ceux qui pourraient se sentir frustrés à ce sujet, L. Sala-Molins nous gratifie d’un chapitre préalable de toute beauté qui démontre sans ambiguïté la complète continuité des textes depuis les origines (« la bible » sans mauvais jeu de mots de N. Eymerich - 1376) jusqu’aux rééditions glosées de 1607 en passant par les écrits de T. de Torquemada, B. Gui et bien sûr de notre très cher notaire Valenciens. Le style de ce chapitre introductif est direct, engagé, ce qui participe à un bon maintien de l’attention du lecteur. Les avis affichés par L. Sala-Molins sont souvent critiques vis-à-vis d’autres travaux et surtout très bien documentés via des notes de bas de pages parfois plus fournies que le texte lui-même. Ce faisant, il met selon moi en défaut les thèses des historiens « rupturistes » qui tentent de dédouaner Rome de certains de ses crimes, en particulier ceux perpétrés par l’inquisition espagnole, et démontre avec éclat par l’analyse des différents manuels et écrits inquisitoriaux que la très sainte inquisition romaine et apostolique était, grâce à la connivence des états (Espagnol entre autres), indivisible et par conséquent coupable pour l’ensemble de l’Europe chrétienne.

Ite missa est

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le Dictionnaire des inquisiteurs [Texte imprimé], Valence, 1494 [traduction et notes de] Louis Sala-Molins
    de Sala-Molins, Louis (Editeur scientifique)
    Éditions Galilée / Débats (Paris)
    ISBN : 9782718602004 ; 30,00 € ; 13/01/1981 ; 455 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le Dictionnaire des inquisiteurs, Valence, 1494