La Ferme du crime de Andrea Maria Schenkel

La Ferme du crime de Andrea Maria Schenkel
( Tannöd)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Jfp, le 6 septembre 2009 (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 74 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 576ème position).
Visites : 3 596 

damned!

Un thriller original, écrit comme une suite de flashes d'information sur une vieille affaire criminelle: l'assassinat de toute une famille de paysans, quelque part en Bavière peu après la fin de la seconde guerre mondiale. La narratrice, qui vient d'apprendre la nouvelle du crime dans un journal, décide se rendre à nouveau dans ce village si tranquille où elle avait passé son premier été d'après-guerre. Elle va enquêter auprès des habitants témoins du drame et chacun de ces témoignages va jeter un éclairage nouveau, souvent inattendu, sur la scène du crime. Le bruit des cloches et des extraits des litanies (lamentations) catholiques ponctuent ce roman noir, excellent par sa facture originale et le regard qu'il porte sur une société rurale aujourd'hui en grande partie disparue...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le rapport de Schenkel

8 étoiles

Critique de BMR & MAM (Paris, Inscrit le 27 avril 2007, 62 ans) - 3 juin 2014

L’allemande Andrea Maria Schenkel s’est emparée d’un fait divers des années 20 qui avait vu une famille sauvagement assassinée dans sa ferme au fin fond de la Bavière.
Son petit bouquin La ferme du crime, replace cette sombre histoire à une sombre époque : juste après guerre, les survivants à peine libérés ou démobilisés.
On découvre le drame (et plus tard ses raisons) par touches successives, on tourne autour, en spirale, au fil des témoignages des uns et des autres.
Chaque court chapitre donne la parole à l’un des acteurs du drame. Peu à peu, on découvre la triste vie de cette famille à l’ombre écrasante du père Danner.

[...] Il faut pas dire du mal des morts, c’est pour ça que j’aime pas parler d’eux. Vous savez, on vit dans un petit village. les commérages vont bon train, je préfère pas trop en dire.

Et oui, un petit village où l’on n’en dit pas trop même si chacun sait bien ce qui se passe à Tannöd, derrière les murs de la ferme des Danner. Une sombre famille dans une sombre région à une sombre époque. Il y avait de quoi en vouloir à cette famille, certainement de quoi vouloir venger quelque chose ou quelqu’un ?
Dès les premières pages tous les ingrédients du massacre sont réunis, haine, envie, désir. Ce n’est qu’une question de temps, une question de pages.
Une ambiance pesante, étouffante (on repense aux images du Ruban blanc, on songe aussi parfois au Rapport de Brodeck dont l’ombre imposante écrase un peu ce petit livre).
Pas un seul des personnages n’est vraiment sympathique. Finalement leur silence les rend tous plus ou moins complices ou pire, de ce qui se passait chez les Danner et donc de ce qui terminera cette histoire.
Heureusement le livre est court : quelques pages pour apprécier l’écriture d’Andrea Maria Schenkel mais pas trop pour ne pas nous happer complètement dans cette horreur moyenâgeuse.
Certainement pas une promotion pour le tourisme rural en Bavière.

Forums: La Ferme du crime

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Ferme du crime".