L'exil de Sénèque, Hassan Massoudy (Dessin)
( Ad Helviam matrem de consolatione)

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Philosophie

Critiqué par Shelton, le 13 août 2009 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 63 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 2 146 

Un beau texte, de belles lettres, un beau voyage...

Ecrire est un art que certains ont pris le temps de développer. On parle alors de calligraphie, cet art de bien former les lettres. Ce sont souvent des gens d’origine asiatique ou arabe qui se sont lancés dans cet art et qui sont revenus en Occident nous faire profiter de leur travail…
C’est ce qu’a fait Hassan Massoudy, calligraphe et peintre né en Irak en 1944. Malheureusement le coup d’Etat dans son pays et l’arrivée de Saddam Hussein au pouvoir va le contraindre à de nombreux séjours en prison ce qui le pousse à s’exiler en France où il ira aux Beaux-arts.
Très rapidement, il sort des chemins traditionnels, utilise la couleur, fait des travaux en direct en faisant projeter ses arabesques. Il donne beaucoup de place à la liberté, l’inspiration et la spontanéité…
Une de ses grandes réussites sera le spectacle monté avec Carolyn Carlson et Kudsi Erguner qui permettra un travail harmonieux, tout en mouvement et plein d’énergie, avec danse, musique et calligraphie…
Comme nous n’avons plus l’occasion de profiter d’une telle rencontre et d’un spectacle aussi complet, contentons-nous de lire un petit ouvrage avec un texte étonnant et éblouissant de Sénèque et des envols lettrés et calligraphiés de Hassan Massoudy, L’exil.
Notons, tout d’abord, que le thème du philosophe romain n’est pas très éloigné des préoccupations du calligraphe irakien. Sénèque cherche à consoler sa mère qui se fait du souci pour lui. Il veut, aussi, se redonner des forces pour éviter de sombrer dans le désespoir car il mesure bien qu’il y a de gros risques à quitter sa terre, sa vie, ses amis… le risque de la dépression, de n’avoir plus goût à rien. Le bonheur c’est l’homme qui se le construit, la vie est dans ses mains et il ne faut pas se laisser déborder par des turpitudes que l’on ne maitriserait plus… Quant à l’exil, ce n’est que la vie qui se continue dans un autre lieu !
Hassan Massoudy a choisi des mots français pour illustrer le texte du philosophe, des mots d’une force incroyable auxquels il offre de la liberté, une chorégraphie intime qui viendra donner à chacun des pistes de vie : mère, consolation, douleur, amitié, désert, astre, voyage, songer…
Ce petit opus est admirable d’abord car les mots du fils pour consoler sa mère sont d’une actualité incroyable et confirment, du moins à mes yeux, que nous sommes bien là en présence d’un des plus grands philosophes de l’humanité. Mais il est d’une force insoupçonnable parce qu’il réalise un métissage d’un humanisme qui touche à tous les coups, un mélange entre les mots – l’intellect – et l’écriture – le manuel – ce qui réconcilie le corps et son esprit…
C’est aussi une façon de faire de la philosophie sans s’en rendre compte, de lire des dessins en parlant à son cœur, son esprit, son âme…
Un grand moment et un livre à garder à ses côtés tout au long de sa vie pour se préparer à un départ vers un exil d’une autre dimension…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'exil [Texte imprimé], extraits de "Consolation à Helvia, ma mère" Sénèque calligr. de Hassan Massoudy trad. du latin par Colette Lazam
    de Sénèque, Massoudy, Hassan (Illustrateur) Lazam, Colette (Traducteur)
    Alternatives / Pollen (Paris).
    ISBN : 9782841461233 ; 65 F ; 23/03/1995 ; 92 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'exil

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'exil".