L'homme qui exauce les voeux de Tarquin Hall

L'homme qui exauce les voeux de Tarquin Hall
( The case of the missing servant)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Fanyoun06, le 12 août 2009 (Inscrite le 19 août 2008, 54 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (39 994ème position).
Visites : 5 251 

Voyage en Inde

J'ai aimé ma balade dans cette Inde contemporaine et en l'occurrence New Delhi où se passe l'intrigue. J'ai aimé Vish Puri, ce petit homme rond aux moustaches "en guidon de vélo". J'ai aimé son dilemme intérieur entre l'Inde moderne et ses valeurs plutôt traditionnelles. J'ai aimé son pouvoir de déduction digne du plus grand détective anglais, le fameux Sherlock.

L'histoire est passionnante et une fois le nez dedans, on ne le lâche plus. Car Vish Puri est une personnage atypique. Il affuble ses collaborateurs de divers sobriquets : GHT (néon), Flush (chasse d'eau), Handrake (frein à main), Door stop (cale-porte), Rumpi (belle croupe) et j'en oublie certainement. Révélateur du sens de l'humour de l'auteur que j'ai beaucoup apprécié et que l'on retrouve tout au long de notre lecture.

Généreux, attentionné malgré de faux airs bourrus, notre héros est un homme attachant. Habituellement occupé à traquer les époux ou épouses infidèles, il mène ici parallèlement deux enquêtes : l'une prénuptiale et l'autre consistant à prouver qu'un avocat qui lutte avec zèle contre la corruption est injustement accusé du meurtre d'une jeune domestique, est innocent.

L'auteur nous confronte à un véritable choc des cultures où le luxe et la pauvreté extrême se côtoient, où les valeurs traditionnelles indiennes disparaissent peu à peu au profit des valeurs égoïstes et superficielles qui caractérisent parfois les occidentaux, où crimes et corruption règnent en maître. L'intrigue nous entraîne et je n'ai pas vu arriver la chute de l'histoire.

Le style est bien agréable et un petit glossaire en fin de roman nous apprend quelques mots d'Hindi. Quant au titre, c'est la traduction de Vish Puri qui veut dire L'homme qui exauce les voeux. Lecture très agréable et dépaysante. Pour son premier roman, Tarquin Hall a réussi son pari.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • L'homme qui exauce les voeux [Texte imprimé] Tarquin Hall traduit de l'anglais par Anne-Marie Carrière
    de Hall, Tarquin Carrière, Anne-Marie (Traducteur)
    10-18 / 10-18. Domaine policier
    ISBN : 9782264047618 ; 1,13 € ; 04/06/2009 ; 315 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Sherlock Holmes à Delhi

7 étoiles

Critique de BMR & MAM (Paris, Inscrit le 27 avril 2007, 64 ans) - 9 septembre 2009

On avait déjà parlé de l'Inde il y a peu avec un petit polar de Bombay Saveurs Assassines de l'indienne Kalpana Swaminathan (un peu déçus, avouons-le, par le second épisode : La chanson du jardinier).
Nous revoici en Inde, à Delhi cette fois, avec un autre petit polar sans plus de prétentions : L'homme qui exauce les voeux, de Tarquin Hall, un anglais qui vit avec une indienne.
C'est peut-être un tout petit peu moins authentiquement "indien" que les histoires de Swaminathan, mais on a sans doute préféré le roman de Tarquin Hall, sans doute justement parce que son bouquin nous est un peu plus facile et accessible.
Mais le pittoresque est toujours également au rendez-vous, l'histoire est également parsemée de mots hindis, et la vie agitée (du moins an apparence) des indiens y est également décrite avec autant de verve et d'humour.
Là où Swaminathan mettait en scène une enquêtrice façon Miss Marple qui naviguait parmi les personnages du show-biz de Mumbay, Hall nous décrit une sorte de Sherlock Poirot Holmes local tout aussi savoureux.
Un gros bonhomme aux bacchantes en guidon de vélo, qui ne quitte sa casquette que pour dormir, cultive ses propres piments, grignote en cachette de son épouse et de son médecin et qui, comment dire ?, se considère comme LE grand détective du sous-continent depuis le IV° siècle, rien de moins !
Vish Puri (L'homme qui exauce les voeux en VO) dit Chubby par ses intimes, nous est forcément sympathique, coincé entre son toubib, sa mère et sa femme Rumpi (Belle-croupe en VO).

[...] Rumpi se serra contre lui et sentit la crosse froide du revolver contre sa hanche.
- Fais bien attention à toi, Chubby.
Puri se met à rire.
- Ne t'inquiète pas pour moi, ma chérie ! J'ai un sixième sens, quand il s'agit du danger.
- Oh, je ne pensais pas à ce danger-là ... mais plutôt au risque mortel que tu cours à te bourrer de pakoras et de saucisses au poulet !

L'intrigue est plutôt bien ficelée et l'on y découvre la corruption qui gangrène la police et la justice indienne, entre deux enquêtes pré-nuptiales qui sont le pain quotidien et pittoresque de l'agence de détectives Most Private Investigators de Vish Puri.
On se laisse aisément emporter le temps de cette petite excursion à Delhi jusqu'à ce que pouvoir légendaire de déduction de Chubby finisse par démêler avec doigté les fils de toutes ces intrigues.

Forums: L'homme qui exauce les voeux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'homme qui exauce les voeux".