La Maison sur le rivage de Daphne Du Maurier

La Maison sur le rivage de Daphne Du Maurier
( The house on the strand)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Antinea, le 1 mai 2009 (anefera@laposte.net, Inscrite le 27 août 2005, 45 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (40 015ème position).
Visites : 4 870 

Voyage en eaux troubles

La vie de Richard Young est dans une période de questionnements professionnels et personnels. Récemment marié avec Vita, une américaine qui a déjà deux enfants, il a démissionné de son emploi londonien et est fortement pressé d’accepter un poste similaire à New York. Mais pour le moment Richard est en Cornouailles, dans la maison de son ami Magnus, et teste, pour ce dernier, des mélanges mystérieux qui le ramènent à un lointain passé. Magnus est en effet un savant, fou sans doute, mais avant tout un ami de longue date. Et cette porte ouverte, par le simple jeu de fioles, vers une autre époque, vers d’autres vies, est un échappatoire qui tombe a pic pour cet homme lassé de son quotidien et en mal de liberté.
Ce roman de Daphné Du Maurier est bien écrit et se lit facilement. On n’y retrouve cependant pas la tension, ni le suspense qui fait de Ma cousine Rachel un roman incomparable. L’histoire ou les histoires de La maison sur le rivage sont moins passionnantes, plus « terre-à-terre » et le personnage principal dégage une aura d’égoïsme relativement agaçante. Incapable de prendre une décision claire pour sa vie, il dénigre sa famille et les fuit en se droguant.
Il est toutefois intéressant de se perdre avec Richard dans les méandres du temps et d’être le témoin des intrigues et des amours de ce lointain passé. Un passé qui, une fois visité, se retrouve dans les paysages parcourus par Richard et Magnus. Un livre à recommander aux passionnés de voyages dans le temps, mais aussi aux férus d’histoire puisque, pour ses personnages, Daphné Du Maurier s’est inspirée de véritables protagonistes de la région ayant vécu là au moyen-âge.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La belle lady Isolda

8 étoiles

Critique de Kostog (, Inscrit le 31 juillet 2018, 52 ans) - 11 octobre 2020

Qui n'a rêvé de devenir spectateur ou acteur de mondes révolus ? De pouvoir être ce voyageur invisible qui observe les moeurs de ses ancêtres, pleinement dépaysé par ce qu'il y voit, espérant trouver une réalité plus passionnante et palpitante que les obligations du temps présent ?

C'est ce qui arrive à Richard Young, qui grâce aux lotions quasi magiques de Magnus, son ami d'enfance, se voit projeter à plusieurs siècles d'intervalle, au début du XIVème siècle, dans les Cornouailles où il est venu passer quelques jours de repos. Ce passage dans le temps n'est toutefois pas sans danger car le retour peut s'accompagner de maux de tête, vomissements, et peut être d'autres effets plus inquiétants. Pour Magnus, universitaire reconnu, ces expériences sont nécessaires pour confirmer une découverte importante concernant le fonctionnement du cerveau, mais pour Young, l'attrait soudain pour les personnages de ce lointain passé en vient rapidement à devenir non seulement le révélateur de sa vie grisâtre, mais plus encore de ce qui l'éloigne peu à peu de son épouse, les décisions qu'elle le presse de prendre concernant son avenir révélant ô combien leurs aspirations respectives sont étrangères.

La situation semble assez classique, mais est traitée avec beaucoup de brio. Daphné du Maurier décrit avec un humour fin toutes les situations liées au jeu de cache-cache entre le présent et le passé qui en vient à dévorer la vie de Young, les réapparitions dans les environs de la demeure de campagne de Magnus le faisant presque passer pour un excentrique vis-à-vis des personnalités locales. Plus amusante encore est la description des efforts de Young pour retarder la venue de son épouse puis pour échapper aux amis de celle-ci et aux contraintes liées aux deux bambins qu'elle a eu d'un premier mariage. L'esprit masculin sourira de se voir mis à nu, tout en constatant que l'auteur semble épouser sans équivoque les vues de son personnage principal.

Le passage dans le temps peut être tragique, ce qui amène une gradation de l'action jusqu'à un dénouement somme toute bien tourné.

Un roman grâce auquel le lecteur passe un bon moment entre voyage dans le passé, paysages de la Cornouailles et clins d'oeil vers une situation de couple qui n'est pas souvent traitée aussi finement.

Extrait :

- Allons bon... fit Magnus du ton qu'aurait pu prendre une vieille demoiselle soudainement confrontée à un menu problème domestique.
- Il n'y a pas d'« allons bon » ! C'est plutôt « enfer et damnation » qu'il conviendrait de dire ! En ce qui me concerne, plus question de voyages. Tu t'en rends bien compte, n'est-ce pas ?
- Du calme, mon cher garçon, du calme… Tu dis qu'elle est arrivée et t'a surpris en plein voyage ?

Forums: La Maison sur le rivage

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Maison sur le rivage".