La physique des catastrophes de Marisha Pessl

La physique des catastrophes de Marisha Pessl
( Special topics in calamity physics)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Cuné, le 31 août 2007 (Inscrite le 16 février 2004, 52 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 13 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 462ème position).
Visites : 8 098  (depuis Novembre 2007)

Tourbillonnant

Bleue est à Harvard, surdouée, brillante, d’une intelligence pleine de fulgurances, l’esprit empli de références incessantes à des livres, romans, essais, traités, films, des bouts de vers ou de dialogues affleurent en permanence dans son cerveau agile.
Une chose, pourtant, un drame affreux dont elle a été le témoin aussi proche qu’involontaire, refuse de s’effacer au profit du présent. Toutes affaires cessantes, elle entreprend donc la narration de l’année de ses seize ans, sa dernière année de Lycée avant d’intégrer Harvard.
Ca ressemble au départ au quotidien de milliers d’autres adolescentes, abstraction faite de quelques détails. Détails ? Un père au charisme aussi foudroyant qu’exigeant, son acceptation au sein du groupe le plus couru du Lycée, une prof au profil atypique qui les chapeaute de près, et la vie qui passe, jusqu’à ce que….
Bien malin celui qui appréhenderait l’épilogue après s’être installé – et avec quel confort – dans la vie sautillante de Bleue van Meer ; on se laisse emporter et couler. On pense être dans un récit d’ado, avec tous les codes américano-sociétaux détournés, mais reconnaissables, on catégorise untel et untel, on se fait notre petite idée, et pan ! C’était pas ça du tout. On panique, on prévient, attention, que ton amour et ta foi ne t’abusent pas, Bleue, mais elle n’entend pas. Et on se flingue tous les ongles dans les toutes dernières pages, pour refermer le roman sonnés et fous amoureux de la plume de Marisha Pessl : vite, un autre !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La physique des catastrophes [Texte imprimé], roman Marisha Pessl traduit de l'anglais (États-Unis) par Laetitia Devaux
    de Pessl, Marisha Devaux, Laetitia (Traducteur)
    Gallimard / Du monde entier (Paris)
    ISBN : 9782070776207 ; EUR 24,50 ; 30/08/2007 ; 613 p. ; Broché
  • La physique des catastrophes [Texte imprimé] Marisha Pessl traduit de l'américain par Laetitia Devaux
    de Pessl, Marisha Devaux, Laetitia (Traducteur)
    Gallimard / Collection Folio
    ISBN : 9782070361311 ; EUR 11,20 ; 15/01/2009 ; 832 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Verbieux

5 étoiles

Critique de Ravenbac (Reims, Inscrit le 12 novembre 2010, 54 ans) - 18 juin 2018

Bleue Van Meer, adolescente aussi jolie que surdouée et imbue d'elle-même, est élevée après la mort de sa mère par son père, brillant professeur itinérant de sciences politiques. Un jour, Bleue découvre son enseignante préférée pendue à un arbre et tente d'élucider ce drame.
Pessl abuse de la comparaison comme figure de style, de l'énumération, et surtout de la référence littéraire, cinématographique ou picturale. L'intention de l'auteur est peut-être de se moquer de la pédanterie culturelle d'une élite, d'une éducation pontifiante. Le résultat est un roman trop long (800 pages) et verbeux, où l'intrigue ne démarre qu'à la page 405 !

abandon ....

1 étoiles

Critique de Sofbad (, Inscrite le 23 juillet 2012, 57 ans) - 24 juillet 2012

je n'ai pas tenu la distance, et j'ai abandonné la lecture de ce livre.......
J'ai un peu honte, et cela ne m'arrive presque jamais d'abandonner la lecture d'un livre, je finis toujours, ne serait-ce que pour donner son avis....mais là j'ai craqué !!!!

Le style est plutôt sympa, mais trop répétitif et au bout de 200 pages, il ne s'est toujours rien passé ...

Ravie jusqu'à la chute, extrêmement décevante

6 étoiles

Critique de Mervet (, Inscrite le 11 avril 2010, 37 ans) - 11 avril 2010

Malgré le fait que j'ai trouvé l'intrigue assez longue à arriver et que les longues listes de références n'aient pas toujours trouvé sens pour moi, le roman était très prenant.

Cela dit la fin m'a totalement déçue voire mise en haleine pour une éventuelle suite consacrée à la quête du père de Bleue dans la société des Nightwatchmen...

Pas mal, mais un peu déçu.

6 étoiles

Critique de Senoufo (, Inscrit le 9 janvier 2009, 61 ans) - 5 avril 2010

Ce livre a deux parties, une qui dure, traine jusqu'à la page 400. Marisha Pessl décrit la vie d'un père et de sa fille dans un monde universitaire américain. Certes, on comprend que cette partie est nécessaire pour planter le décor, les personnages, l'intrigue, etc, mais c'est trop long, surtout si l'on voit ou suspecte les liens possibles entre les personnages. A partir de la page 400, commence la deuxième partie, un peu plus soutenue, mais il faut quand même y arriver ...

Il reste une impression mitigée, sauf sur la talent de l'auteur, mais des fois, ce n'est pas suffisant.

"Si nous sommes tous des vers, alors moi je suis un ver luisant"

7 étoiles

Critique de Miettedelune (, Inscrite le 24 janvier 2009, 31 ans) - 15 janvier 2010

J'ai beaucoup aimé ce roman, et j'ai trouvé la fin vraiment géniale.

Ceci dit il est vrai que certains passages sont inutiles. J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire car la mise en place de l'intrigue est trop lente à mon goût. Les nombreuses références sont parfois amusantes, parfois lassantes. En fait on a quelque fois l'impression qu'il ne s'agit que d'étaler de la culture.

Mis à part ces quelques points négatifs, je suis restée accrochée jusqu'au bout grâce à l'originalité du style et parce que l'histoire en elle-même me plaisait.

J'attends avec impatience le deuxième roman de Marisha Pessl!

ça change!

8 étoiles

Critique de Yesmine (, Inscrite le 1 mai 2008, 25 ans) - 23 juin 2009

waouh! je n'en ai pas lu plusieurs, de romans comme ça!
D'abord le style, peut-être encombré de références incessantes, auxquelles on finit cependant par s'habituer.
Ensuite, l'intrigue, qui pointe le bout de son nez bien après la moitié, le QCM à la fin qui est une façon bien trouvée pour qu'on se rende compte des différentes fins possibles...
Mais c'est bizarre, je n'arrive pas à décider si c'est un roman divertissant et original qui vaut juste trois étoiles, ou si c'est carrément un chef-d'oeuvre de la jeune littérature américaine bien parti pour un cinq.
Je n'ai jamais été autant indécise en ce qui concerne les sentiments que m'inspire un roman.
Allez, dans le doute, je vais mettre un quatre étoiles: un bon compromis.

Très déçue

1 étoiles

Critique de Campanule (Orp-Le-Grand, Inscrite le 10 octobre 2007, 58 ans) - 6 janvier 2009

C'est la première fois que j'abandonne un livre mais là , c'était de trop. Je n'en peux plus. Trop de rappels historiques, musicaux.., ses petits dessins ne m'apportent rien, les longueurs interminables sur ses relations avec son père et ses amies, le récit monotone bref, je n'ai vraiment eu ni l'envie ni le courage d'aller plus loin que la page 150 et heureusement que ce livre était en prêt car j'aurais amèrement regretté mon achat. D'autres auront peut-être plus de courage que moi...

la tension (l'attention) monte(nt)

9 étoiles

Critique de Lutzie (Paris, Inscrite le 20 octobre 2008, 55 ans) - 29 décembre 2008

Oh, le petit joyau.
Décoiffant, pétillant, surprenant, épatant.
Vivifiant contrepied au nième degré des n bouquins de campus.

Les dessins ? Fallait oser.

Les références non stop ? Ce sont des clins d'oeil permanents. Les vraies, les fausses, surtout amuse-toi, lecteur, que tu sois érudit ou non.

Les comparaisons incessantes ? Aaaahhh, dans le mille Emile, trop bien trouvé, mais pourquoi n'y a t-on pas pensé soi-même ?

Les relations père-fille, étudiants-prof, copains-copines : pas si évidentes. Pour l'héroïne, et d'une. Pour toi, lecteur, qui arrivé au milieu du bouquin, risques d'être tout bonnement araldité par un suspense distillé crescendo avec un brio rare.

Et la fin magistrale, l'émotion vraie, tout en creux, en retenue.

Beaucoup d'imagination, beaucoup de documentation, de l'humour...

8 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 81 ans) - 17 mai 2008

C'est la forme qui frappe le lecteur tout d'abord ; elle doit être conforme à ce qu'on enseigne dans les cours spécialisés des grandes universités américaines. C'est bien fait, même si cela finit par agacer ( abus des références, qu'un lecteur moyen européen n'est guère capable d'apprécier ou d'évaluer).
Mais ceci est largement compensé par la richesse et l'originalité des situations évoquées, même si on finit par se lasser de certains débats existentiels entre jeunes étudiants ( le cercle des poètes disparus ?).
Personnellement, j'aurais préféré une centaine de pages en moins ; mais j'ai pourtant poursuivi la lecture avec impatience et n'ai pas été déçu par le dénouement, finalement assez vraisemblable.
Un bon premier roman.

Ennivrant

8 étoiles

Critique de Maylany (, Inscrite le 11 novembre 2007, 40 ans) - 10 janvier 2008

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un "pavé" (600 pages) et c'est avec plaisir que je me suis imprégnée de ce roman et de ses personnages durant les nombreux jours nécessaires à sa lecture.

Les deux personnages principaux du livre (Bleue et son père) sont très atypiques (surtout le père) et très intéressants à découvrir. Bleue est une adolescente pleine d'émotions et d'intelligence ; ce qui en fait quelqu'un de très attachant.

L'écriture est très fluide et agréable (heureusement, au vu des 600 pages !) et le style littéraire est assez original de par plusieurs éléments :
- les très nombreuses références littéraires qui envahissent le récit des personnages et des événement qui y renvoient ... malheureusement en raison de ma pauvre culture, à peine un dixième de ces références m'étaient connues mais cela ne m'a pourtant pas gênée dans ma lecture (le titre des références, souvent évocateur, suffit parfois à faire sourire)
- la narration, très étalée au fil des pages, de la mise en situation (description des personnages, de leur passé, du contexte, ...) et l'arrivée très tardive de l'intrigue (aux alentours de la 400ème page). Ceci donne une 2ème tournure au livre : alors que je pensais lire, depuis environ 400 pages, un roman (très intéressant) décrivant la vie d'une adolescente, surgit un événement qui transforme mon livre en livre à suspense/roman policier ... catégorie dont je ne suis pas spécialement adepte normalement mais qui ici, passe très bien.
- quelques croquis des personnages agrémentent le récit et égayent la lecture
- la fin, sous forme, de questions, QCM et dissertation permet d'apporter différentes réponses possibles aux questions non résolues au travers du roman

Je noterais cependant 2 passages "à vide" que j'ai eus durant la lecture de ce livre (vers le début du livre quand Bleue rencontre le groupe et vers la fin quand les révélations se font sur les personnages et les évènements); 2 passages heureusement assez brefs mais où je n'arrivais plus à être imprégnée de l'histoire de part la profusion d'évènements, d'explications et où je me sentais un peu perdue.

Au final, la Physique des Catastrophes fut une bonne lecture et Marisha Pessl une auteure à retenir.

La physique des catastrophes

5 étoiles

Critique de Moncef lahlou (casablanca, Inscrit le 2 janvier 2008, 49 ans) - 2 janvier 2008

j'en suis a la moitié et je suis essoufflé même si je sens que l'intérêt augmente au fil des pages

Exténuant

4 étoiles

Critique de Sentinelle (Bruxelles, Inscrite le 6 juillet 2007, 50 ans) - 29 décembre 2007

Qualifiés par beaucoup comme "la surprise de la rentrée", la jeune auteure Marisha Pessl (révélation outre-Atlantique avec son premier roman La physique des catastrophes récompensé par de nombreux prix littéraires) est comparée par certains à Donna Tartt (Le maître des illusions) ou John Irving (Le monde selon Garp).

Hmmm ah bon ?
Le roman de Donna Tartt est sans conteste bien meilleur que celui de Marisha Pessl et la comparaison avec John Irving me laisse pantoise.

Je n'ai pas apprécié La physique des catastrophes. Pavé beaucoup trop long, 300 pages en trop sur les 600 pages.
Je n'ai pas accroché à son style que se veut "étourdissant de verve et de brio", je n'ai pas accroché à l'intrigue, je n'ai pas accroché au dénouement non plus, bref je n'ai pas accroché du tout.
Ce livre est également ponctué de digressions qui m'ont prodigieusement agacées.
Un seul point positif à ce roman : les illustrations de dessins représentant les différents personnages qui gravitent autour de l'héroïne. C'est peu.

Je résumerai ce roman par une simple phrase : beaucoup de bruit pour pas grand chose…

Forums: La physique des catastrophes

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La physique des catastrophes".