Le roman de Jeanne d'Arc de Mark Twain

Le roman de Jeanne d'Arc de Mark Twain
( Joan of Arc : personal recollections of Joan of Arc by the sieur Louis de Conte, her page and secretary)

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par Domimag, le 6 juillet 2007 (Inscrit le 6 juillet 2007, 64 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (12 117ème position).
Visites : 6 737  (depuis Novembre 2007)

Magnifique !

Ecrit à la fin du XIX° siècle par Mark Twain écrivain satirique américain, très critique vis à vis de l'église dans certains de ses écrits, ayant vécu plusieurs années en France, ce livre étonne sous la plume de cet auteur. Il a, à l'époque, surpris tous ses lecteurs bien qu'il ait déclaré lui-même que c'était le roman qui lui tenait le plus à coeur. On n'y relève aucune trace d'anticléricalisme.
Solidement documenté, il y a quelques erreurs historiques mais assez peu car on sent que M.Twain a effectué beaucoup de recherches sur les deux procès de Jeanne d'Arc et les chroniques contemporaines. L'amour qu'il a pour notre héroïne transpire à chaque ligne et il la considère ni plus ni moins comme la personnalité la plus extraordinaire que l'humanité ait jamais créée !
La vie de l'héroïne nous est narrée par les yeux de celui qui sera son page lors de l'épopée (Louis de Contes qui s'appelait en fait Louis de Coutes). Sans doute n'était-elle pas aussi belle physiquement que dans ce roman mais l'amitié, le courage, la ténacité, l'intelligence de Jeanne d'Arc sont magnifiquement romancés. Le lecteur passe d'un humour échevelé à l'émotion la plus intense en quelques lignes. J'ai même subi 2 ou 3 crises de fou rire tant l'auteur excelle dans ses narrations.
L'un des meilleurs romans sur la vie de Jeanne d'Arc. Conseillé sans réserve, même écrit en 1896, ce roman n'a absolument pas vieilli !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Fascinant!

9 étoiles

Critique de Poet75 (Paris, Inscrit le 13 janvier 2006, 65 ans) - 4 juillet 2021

Y a-t-il un personnage, non seulement de l’histoire de France mais de celle du monde entier, qui ait suscité autant de fascination et inspiré autant d’écrivains, de poètes et de cinéastes que Jeanne d’Arc ? Je ne le crois pas. Partout, bien au-delà des frontières de la France, la figure d’héroïcité et de sainteté de la Pucelle d’Orléans a fortement intrigué et plus d’un artiste a voulu apporter sa contribution à son évocation, dans l’espoir de sonder un peu davantage son mystère. Au cinéma, il y a profusion de films, provenant de multiples pays. Et, parmi les écrivains, nombreux sont ceux qui ont tenu à apporter leur part sous forme de récit ou sous forme poétique, voire sous forme théâtrale.
Dans la liste de tous ceux qui ont eu à cœur d’honorer Jeanne d’Arc, les noms les plus surprenants apparaissent. Ainsi de Mark Twain (1835-1910), l’immortel auteur des Aventures de Tom Sawyer (1876) et de celles d’Huckleberry Finn (1884) et autres plaisants récits sur le Mississippi. Qui aurait imaginé que cet auteur, au ton volontiers sarcastique, changerait totalement de genre et de style littéraire pour se consacrer à la narration de l’incroyable épopée de l’héroïne française ? Ce fut pourtant le cas. Mark Twain se mit au travail au lendemain du long séjour qu’il effectua en Europe de 1891 à 1895, séjour qu’il mit d’ailleurs à profit pour consulter de nombreux ouvrages dans des bibliothèques et mettre ainsi au point un récit précis, juste, sans faille. Le livre parut en Amérique en 1896 et fut, sans surprise, boudé par le public. Aux États-Unis, bien évidemment, on n’attendait pas Mark Twain sur ce terrain et l’on fut déçu.
Pourtant, le grand écrivain lui-même considérait cet ouvrage comme l’un de ses meilleurs et de ses plus importants. À juste titre, sans nul doute, car sa lecture, que les éditions 10-18 viennent de faire paraître au format « poche », est un régal. Mark Twain raconte Jeanne d’Arc avec passion, avec enthousiasme, mais sans jamais s’autoriser de licence d’écrivain. Sauf une, une seule, mais qui n’a rien d’incongru : il estimait que son récit gagnerait en intérêt dans la mesure où il serait écrit à la première personne du singulier, donc par un témoin. Mark Twain s’autorisa donc à inventer un narrateur fictif du nom de Louis de Conte, un homme ayant connu Jeanne dès son jeune âge, à Domrémy, et l’ayant suivi partout, y compris même à Rouen où elle fut jugée, condamnée et brûlée vive.
Mark Twain étant agnostique, il put ainsi, par ce truchement, ne rien édulcorer quant à la foi de Jeanne, à son obéissance aux « Voix » et sa parfaite adhésion à ce qu’elle considérait comme une volonté divine. Le récit, d’un bout à l’autre, demeure donc d’une parfaite fidélité aux sources historiques, en tout cas à toutes celles que put consulter l’auteur, en particulier les minutes officielles des deux procès, celui qui condamna Jeanne et celui qui, vingt-cinq ans plus tard, la réhabilita. Parfaitement documenté, donc, l’ouvrage de Mark Twain n’en reste pas moins un récit haletant, agréable et poignant à la fois, l’ouvrage d’un grand conteur qui sait tenir ses lecteurs en haleine. Même les lectrices et lecteurs qui connaissent déjà assez bien l’histoire de Jeanne d’Arc seront, je le gage, conquis par ce livre. On n’a d’ailleurs jamais fini de se laisser interpeller et fasciner par un personnage si étonnant. À la fin d’un court essai datant de 1904 et qui sert de postface au livre des éditions 10-18, Mark Twain résume à la perfection ce qui vient à l’esprit à propos de la Pucelle d’Orléans : « En tenant compte de tout ce que j’ai énuméré, écrit-il : les circonstances, ses origines, sa jeunesse, son sexe, l’analphabétisme, la pauvreté de son environnement, les conditions hostiles dans lesquelles elle dut exercer ses fabuleux talents et remporter ses victoires, tant sur le champ de bataille que dans le prétoire, face à ces juges iniques qui l’ont condamnée à mort, Jeanne d’Arc demeure, aisément, de très loin, la personnalité la plus extraordinaire jamais produite par la race humaine. »

Forums: Le roman de Jeanne d'Arc

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le roman de Jeanne d'Arc".