Le retour de Bernhard Schlink

Le retour de Bernhard Schlink
( Die Heimkehr)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Sahkti, le 22 mars 2007 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (38 891ème position).
Visites : 5 307  (depuis Novembre 2007)

Retour en Allemagne

Peter Debauer est un petit garçon, vivant dans l'Allemagne de l'après seconde guerre, entre une mère trop occupée pour l'aimer et un père qui a disparu pendant le conflit. Le petit passe ses vacances en Suisse, chez ses grands parents qui sont correcteurs de romans populaires. En farfouillant dans les livres qu'ils corrigent, Peter tombe sur le récit d'une prisonnier allemand en Russie qui rentre au pays pour découvrir que sa femme ne l'a pas attendu. Peter est persuadé d'avoir déjà lu ou entendu cette histoire, il se dit qu'elle pourrait être celle de son père, alors il mène l'enquête, mais dès qu'il pense s'approcher de la vérité, celle-ci s'éloigne à grand pas. Devenu adulte, Peter Debauer n'a pas abandonné sa quête de vérité. Les coïncidences et autres hasards se succèdent, au point d'envahir une bonne partie de la vie du jeune homme.

Magnifique récit de Bernhard Schlink qui mène deux histoires en parallèle: celle de Peter Debauer et celle de l'Allemagne obéissante puis groggy, qui se réveillera avec la gueule de bois et des bobos au coeur.
A travers les nombreuses interrogations de Peter au fil des ans, Schlink pose ces questions au lecteur et s'interroge à son tour sur ce pays meurtri, sur les notions de justice, de bien, de mal, de mensonge et de vérité. Le procédé est habile car il permet d'éviter l'écueil des leçons de morale trop savamment données ou des vérités assénées comme indiscutables. Les réflexions de Peter deviennent les nôtres, on cherche à comprendre et la quête du père devient celle de l'exil, de tous ces êtres partis au nom d'une conviction et rentrés pour croiser du vide.
En plus de cette manière de faire, j'ai également beaucoup aimé le temps que prend Bernhard Schlink pour planter son décor et ses personnages, ces vacances en Suisse dont aucun détail n'est épargné, cette atmosphère en apparence insouciante qui se retrouvera assez vite ébranlée par le besoin de savoir.
L'écriture est belle, élégante et le propos pertinent. Une vraie belle lecture!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Redondances.

5 étoiles

Critique de Sotelo (Sèvres, Inscrit le 25 mars 2013, 39 ans) - 8 octobre 2020

Avec "Le retour", Schlink continue à explorer sa thématique fétiche, à savoir l'Allemagne de la Seconde Guerre Mondiale et la confrontation des Allemands d'aujourd'hui avec le passé de leur pays. Sauf qu'ici, la sauce ne prend jamais vraiment, le rythme est beaucoup trop lent et l'intrigue tarde beaucoup trop à se mettre en place, de plus Schlink commence à faire preuve de redondance dans son oeuvre, usant souvent des mêmes ficelles narratives que dans ses précédents romans. Une petite déception.

Partagé

5 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 43 ans) - 20 octobre 2010

Le Retour explore encore une fois la question de la culpabilité collective du peuple allemand à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Tous les retours se confrontent dans ce roman: celui d'Ulysse, de Martin Guerre, celui des Allemands de l'Est après la chute du mur de Berlin,... Mais aussi le retour de Bernhard Schlink et de son questionnement sur la responsabilité allemande. Un questionnement que j’ai personnellement trouvé moins subtil, moins profond que dans « le Liseur » ou dans le recueil de nouvelles« Amours en fuite », qui interrogeaient déjà ce même thème.
Cette lecture m’a donc laissé sur ma faim. Et au final, je ne peux pas dire si j’ai aimé ou détesté le livre. Disons que je ne suis jamais vraiment rentré dans cette histoire, si ce n’est peut-être sur la fin, quand l’identité du père se dessine. Mais combien de pages avant d’en arriver là. Petite déception.

Déçu

4 étoiles

Critique de Bernard2 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 73 ans) - 26 décembre 2009

Il en faut pour tous les goûts, et je comprends tout à fait les commentaires élogieux qui figurent ici.
Mais qu’il me soit permis d’apporter un avis différent, et dire que je n’ai pas aimé ce livre. Tanneguy parle de passages obscurs et lents. Ils sont nombreux, et je m’y suis ennuyé.
On peut trouver un intérêt à ces histoires entremêlées, ce qui nuit à l’unité du roman. Alma le fait remarquer. On peut aussi s’en lasser assez vite. Ce fut mon cas.
Oui, un livre difficile à définir, qui peut enthousiasmer ou décevoir. Chacun réagira en fonction de ses propres attentes.

fantastique

8 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 83 ans) - 23 mars 2009

Le récit proposé est habilement développé et ne manque pas de rebondissements. J'ai personnellement apprécié l'analyse pertinente de la situation en Allemagne depuis 1940 puis après le désastre de 1945, et plus tard la réunification. Quel regard les Allemands d'aujourd'hui, ceux qui sont nés pendant la guerre, portent-ils sur leurs géniteurs ? Manifestement, ils ont "dégusté" au delà de ce que nous pouvons imaginer.

Bravo à l'auteur de nous aider à comprendre l'indicible !

Malgré quelques passages obscurs et lents, on ne lâche pas le livre avant la dernière ligne

Sous le signe de l'Odyssée

7 étoiles

Critique de Alma (, Inscrite le 22 novembre 2006, - ans) - 7 novembre 2007

Placé sous le signe de l’Odyssée, ce roman entremêle plusieurs récits de retour .
- celui d’Ulysse à Ithaque, près de Pénélope
- celui du soldat Karl prisonnier en Sibérie, près de la femme qu’il aime
- celui de John Debauer, près de la mère du narrateur
- enfin celui du narrateur parti enquêter aux USA sur son père, près de sa compagne Barbara

Cet entrelacement de récits apporte richesse et densité à l’ouvrage mais peut aussi désorienter le lecteur transporté d’un pays à l’autre, d’une période à l’autre, qui doit de plus combler les lacunes du récit de Karl découvert par fragments sur des morceaux de papier déchiré .

L’intérêt de ce roman est aussi qu’il présente plusieurs types de récits :
d’abord un récit d’enfance à l’écriture classique évoquant des vacances sereines, dans un cadre harmonieux, près de grands parents attentifs .
Il se poursuit comme une enquête du narrateur sur celui qui est d’abord personnage de roman puis personnage réel, enquête où les informations sont distillées progressivement, notamment grâce aux confidences successives de la mère .
Arrive ensuite une sorte de thriller par l’épisode du séminaire dans la neige où les étudiants qui doivent affronter de multiples épreuves sont manipulés par John de Bauer, sorte de Big Brother qui les épie .
C’est enfin et aussi un roman sur la quête de l’identité, sur le rapport du fils au père .

Un roman difficile à définir, sorte de patchwork auquel manque une certaine unité, face auquel j’ai ressenti un intérêt inégal (j’ai failli l’abandonner en cours de lecture…) mais que je ne regrette pas d’avoir lu en entier

Forums: Le retour

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le retour".