Retour à Brooklyn de Hubert Selby

Retour à Brooklyn de Hubert Selby
( Requiem for a dream)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Féline, le 7 mars 2007 (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 44 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 791ème position).
Visites : 8 680  (depuis Novembre 2007)

Requiem for a dream

Ce roman de Hubert Selby Jr a été adapté au cinéma sous le titre « Requiem for a Dream ». Je l’ai vu il y a plusieurs années et d’après les souvenirs qu’il m’en reste, l’adaptation est fidèle au livre.

Le roman suit principalement deux personnages en parallèle : Harry et sa mère Sara, qui sombreront tous les deux dans la dépendance à des drogues, qu’elles soient licites ou non.
Harry est un jeune homme qui aime déconner avec son ami Tyrone. Pour eux, faire la fête implique de se défoncer à toutes substances imaginables, du moment qu’elles font planer. Les deux ados ne trouvent rien de mieux que de voler régulièrement la télévision de Sara pour la revendre. Cette dernière, complètement accro au petit écran et à la nourriture, voit, voit quant à elle, sa vie basculer lorsqu’elle reçoit un mystérieux appel téléphonique : elle va bientôt passer à la télévision ! Sara n’en revient pas et décide de perdre du poids afin de pouvoir à nouveau entrer dans sa robe rouge et ses souliers vernis, qu’elle portait à la Bar Mitzva de son fils. Rapidement, son régime la décourage et sur les conseils d’une de ses amies, elle consulte un médecin qui lui prescrit des pilules miraculeuses pour maigrir.
Petit à petit, la folie gagne nos deux protagonistes : Harry devient de plus en plus dépendant à l’héroïne, le menant, lui et ses amis, sur le chemin de la déchéance (mensonges, trafic, vols, prostitution et violences) tandis que Sara se renferme sur elle-même au fur et à mesure qu’elle maigrit et devient esclave des amphétamines et des antidépresseurs.

Hubert Selby Jr a écrit un roman sur un thème qu’il maîtrise bien. Ancien toxicomane, il connaît le monde de la drogue et sait ce que signifie la dépendance. Dans ce roman, il traite des deux aspects de ce genre de produit : le bien-être et le sentiment de bonheur, de toute puissance qu’il engendre au départ et pousse le consommateur à en prendre de plus en plus. Mais ce premier effet a pour conséquence que l’on a de plus en plus besoin du produit qui fait de moins en moins d’effets et vous fait perdre toute notion de dignité.

L’écrivain développe un style écrit qui lui est propre. Le style varie en fonction des personnages et devient parfois un parlé des plus argotiques, qui n’est pas des plus évidents à comprendre (bonne chance à ceux qui lisent en VO) Les dialogues ne sont pas signalés mais se fondent dans les paragraphes sans ponctuation, que ce soit les tirets ou les sauts de ligne. Il rend la lecture malaisée, en ce sens qu’il est difficile de savoir qui parle ou quand on change d’interlocuteur. Néanmoins, on se fait rapidement à ces inconvénients.
« Retour à Brooklyn » est un roman très noir, où l’espoir brille par son absence. Aucun cadeau n’est fait aux personnages. Le langage est cru et la violence et le sexe sont omniprésents. L’auteur insiste fortement sur les scènes de « shoot ». C’est le deuxième roman de Selby Jr que je lis (après « Last Exit to Brooklyn ») S’ils ne m’avaient pas été offerts, je ne pense pas que je ne les aurais jamais lus. Curieusement, bien que ce ne soit pas le genre de lecture qui m’attire habituellement, j’ai assez accroché au livre, que ce soit à l’histoire ou au style.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Selby is Selby

8 étoiles

Critique de Pats60 (, Inscrit le 22 juillet 2011, 62 ans) - 27 mars 2015

Fausse suite de "Last exit to Brooklyn" ou les 3 personnages principaux vont lentement glisser vers l'horreur de la toxico-dépendance. Dans Last Exit to Brooklyn, l'absence d'ambition et de projets personnels, de rêves, et de toute forme d'espoir explique la violence et le coté très obscur et inquiétant des personnages.
Dans Retour à Brooklyn, c'est l'espoir de la réalisation d'un rêve qui ne se réalisera jamais qui va progressivement les anéantir. Selby Jr connait bien cet univers de souffrances et de dépendances décrit dans le livre, lui-même atteint de tuberculose très jeune, alcoolique et toxico un peu plus tard, il sait de quoi il parle. Il possède aussi ce style unique absent de ponctuation qui le rend exceptionnel. Vraiment dans la peau de ses personnages il nous décrit un univers qui pourra heurter bien des lecteurs, il est pour moi tout simplement un auteur incontournable à la biblio trop courte... malheureusement.

La présentation de Patryck Froissart

10 étoiles

Critique de FROISSART (St Paul, Inscrit le 20 février 2006, 75 ans) - 18 avril 2009

Titre: Retour à Brooklyn
Auteur: Hubert Selby Jr
Titre original: Requiem for a Dream
Traduit de l'américain par Daniel Mauroc
Editeur: Christian Bourgeois (1978)
Collection 10/18
ISBN: 2264006323
300 pages


Si le décor est le même, tout aussi sordide, que dans “Last Exit to Brooklyn”, les personnages de “Retour à Brooklyn” n'ont rien de la violence et du désespoir qui habitaient ceux du premier roman de Selby.
Près de quinze ans séparent la parution des deux oeuvres.

Harry est juif, Tyrone est noir.
Ils sont amis, inséparables, et vivent à la limite, à la marge, des territoires qu'occupent leurs communautés respectives.
Marion, fille de bourgeois juifs, plus ou moins artiste, rejetant la société de consommation, est venue se loger à Brooklyn.
Marion et Harry s'aiment d'un amour très pur, tout aussi pur que la livre de “pure” que Tyrone et Harry, revendeurs de cocaïne associés, rêvent d'avoir les moyens d'acheter un jour avec les gains de leurs ventes quotidiennes pour en tirer le gros bénéfice qui leur permette de se retirer du trafic et d'ouvrir un théâtre et une galerie de peinture où Marion pourra exposer ses dessins.

Sara, la mère d'Harry, veuve et pauvre, vit avec son réfrigérateur, où elle entasse les pralines et autres nourritures dont elle se gave et s'engraisse, et son poste de télévision que son fils vient lui dérober régulièrement pour le revendre afin de se procurer un peu de liquide quand les affaires marchent mal.
Un démarcheur d'une chaîne de télévision locale lui demande un jour par téléphone si elle accepterait de participer à une émission.

Harry, Marion et Tyrone d'une part, Sara d'autre part, s'enfoncent dans leur rêve, et, très vite, ne vivent plus que dans la perspective de le voir se réaliser.

Harry, Marion et Tyrone deviennent de véritables trafiquants, et, pour se doper, ponctionnent de plus en plus dans leur approvisionnement de drogue pour leur usage personnel, en s'affirmant chaque jour qu'ils s'arrêteront le jour qu'ils en auront envie.

Sara, convaincue qu'elle passera bientôt à la télévision, guette le facteur tous les jours, et entreprend des régimes de plus en plus sévères, jusqu'à tomber dans le piège de « pilules » amaigrissantes que lui vend un médecin véreux et dont elle ne peut bientôt plus se passer.

L'auteur nous fait assister à la lente dégradation de ces personnages poignants: les affaires marchent mal, Marion s'abandonne peu à peu à la prostitution pour approvisionner Harry, la belle amitié entre Tyrone et Harry et le pur amour entre ce dernier et Marion se déchirent quand la drogue manque au point que le partage n'est plus supportable.
Le rêve télévisuel de Sara et sa volonté de maigrir tournent à l'obsession, et la mère d'Harry tombe dans les mains d'un psychiatre qui , ayant besoin de patients pour alimenter son service, la fait interner et finit par la rendre folle.

Dans Last Exit to Brooklyn, l'absence de projet, de projection dans le futur, de rêve, d'espoir explique la violence et l'amoralité des personnages.
Dans Retour à Brooklyn, c'est l'espoir de la réalisation d'un rêve qui les détruit.

Dans les deux romans plane le spectre d'une inéluctable fatalité sociale...

Patryck Froissart
Plateau Caillou, le 18 avril 2009

Requiem for a dream

9 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 40 ans) - 27 mars 2008

Un excellent cru de Selby, virulent, puissant, choquant, cru...un électrochoc !

Forums: Retour à Brooklyn

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Retour à Brooklyn".