Pierre qui roule de Donald Westlake

Pierre qui roule de Donald Westlake
(The hot rock)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par JEANLEBLEU, le 2 mars 2007 (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 56 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (14 740ème position).
Visites : 4 220  (depuis Novembre 2007)

Quel plaisir

Donald Westlake est un virtuose !

Ce roman est le premier de la série des "Dordmunder", écrit en 1970 vers le début de la carrière littéraire de Donald Westlake.

Il excellait déjà dans cet humour décalé qui est sa marque de fabrique, son style.

L'histoire est très bien ficelée et le plaisir du lecteur est grand au contact de ces personnages complètement déjantés mais très attachants.

Comme d'habitude chez Donald Westlake, l'humour se double d'une mise en perspective (avec légèreté) des travers de nos sociétés modernes. Même si cet aspect est moins poussé dans cet écrit que dans les romans postérieurs de l'auteur.

Un roman qui vous prend et ne vous lâche plus comme les autres oeuvres de l'auteur.

A lire absolument !!!!!!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

"Ocean five"

6 étoiles

Critique de Xerinata (Amiens, Inscrite le 5 avril 2006, 66 ans) - 11 avril 2007

Cinq malfrats sympathiques pilotés par Dortmunder (qu'on retrouve apparemment dans plusieurs livres de Westlake, pour moi c'est le premier) montent un coup pour voler une émeraude. Ça parait simple comme histoire, mais en fait les déboires s'accumulent. Un petit livre agréable, avec un humour léger où tout est dans les silences et les non dits.

(petit exemple)
L'agent chargé du standard téléphonique avait fait irruption dans son bureau et il avait dit : "Chef, le téléphone est mort.
- Ah ? On ferait mieux d'appeler la compagnie du téléphone, pronto", avait répondu le lieutenant.
Il aimait beaucoup dire "pronto". Cà lui donnait l'impression d'être Sean Connery. Il décrocha le téléphone pour appeler la compagnie, mais quand il colla le combiné à son oreille, il n'y avait pas la moindre tonalité.
Il se rendit compte que l'agent l'observait.
"Oh, dit-il. Ah,oui."
Il raccrocha.

J'en reprendrais bien un autre…

Faire feu de tout bois

9 étoiles

Critique de Vda (, Inscrite le 11 janvier 2006, 49 ans) - 15 mars 2007

Telle est l'expression qui décrit le mieux ce que Westlake a réalisé dans ce polar.
On y découvre Dortmunder, voleur doué, mais malchanceux, auquel son ami Kelp propose d'organiser un coup imparable. Juste après avoir failli l'écraser à sa sortie de prison.
Le coup imparable se décline en cinq opérations. Toutes sont des succès, mais aucune n'apporte la richesse aux audacieux malfaiteurs.

Westlake s'amuse, amuse son lecteur, fait s'amuser ses personnages. Epatant Stan Murch capable de tout conduire, impeccable Chefwick crocheteur de serrures et passionné de trains miniatures.

Clins d'oeil de Westlake à deux des personnages récurrents créés sous son pseudonyme de Richard Stark : Parker et Grofield.

Vraiment excellent.

Forums: Pierre qui roule

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Pierre qui roule".