CHUTe! Eloge de la disgrâce de Alain Soral

CHUTe! Eloge de la disgrâce de Alain Soral

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Aldus, le 25 décembre 2006 (Nantes, Inscrit le 12 novembre 2005, 60 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (41 519ème position).
Visites : 5 369  (depuis Novembre 2007)

Un très bon livre

Je recommande le dernier livre d'Alan Soral. Son neuvième livre et deuxième roman. Un livre comme il n'en traîne pas beaucoup sur les tables des librairies et c'est bien dommage. L'auteur continue son règlement de comptes dans notre France du déclin. On ne pourra pas dire qu'on n'a pas été prévenus. Soutenez Soral en le lisant, urgence !

Message de la modération : Alain Soral: idéologue d'extrême droite, antisémite, négationniste, conspirationniste

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Chute ! [Texte imprimé], éloge de la disgrâce Alain Soral
    de Soral, Alain
    Éd. Blanche / Collection dirigée par Franck Spengler.
    ISBN : 9782846281386 ; 6,97 € ; 24/03/2006 ; 212 p. ; Broché
  • Chute ! [Texte imprimé], éloge de la disgrâce Alain Soral
    de Soral, Alain
    Éd. Blanche / Bibliothèque blanche (Paris)
    ISBN : 9782846282963 ; 12,50 € ; 05/01/2012 ; 1 vol. (213 p.) p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Soral dénonce une époque décadente

7 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 46 ans) - 8 mai 2014

Dans un court roman qu'on devine largement autobiographique, Alain Soral, à travers son personnage Robert, (relation avec le père ambiguë, rejet de la figure maternelle, sentiment de déclassement social, idées politiques marquées à gauche, radicalité) attaque violemment la société française actuelle.

Monde de l'entreprise, média, show-biz, sport de haut-niveau, cercles littéraires, banque, relations familiales, tout y passe au cours du récit dans lequel on suit pas à pas la trajectoire descendante d'un journaliste qui aurait pu se retrouver au sommet mais qui, irrémédiablement s'enfonce dans l'échec comme si cette chute était son destin... le sien comme un symbole de celui de sa classe, le petit blanc, issu d'une classe moyenne qui se délite et qui de nos jours lutte, non pas pour grimper dans l'ascenseur social mais pour échapper au déclassement.

Car c'est cela qui guette Robert: la mort sociale qui suit de près l'échec professionnel et celui de l'inadaptation à une mondialisation dominée par une oligarchie apatride et sans morale.

Encore un roman qui dénonce (comment aller contre ce constat?), mais pour une fois on entrevoit un dénouement à la crise: celui de la prédiction d'une révolte qu'on devine proche, voire du déclenchement d'une guerre civile.

Reste le style qui, souvent est brillant mais qui finit par lasser, entre formules chocs et facilités dans l'écriture... on se trouve un peu entre Beigbeider (limite basse) et Houellebecq (que le niveau n'atteint jamais)

Forums: CHUTe! Eloge de la disgrâce

Il n'y a pas encore de discussion autour de "CHUTe! Eloge de la disgrâce".