Lignes de faille de Nancy Huston

Lignes de faille de Nancy Huston

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Alice945, le 26 août 2006 (Inscrite le 26 août 2006, 48 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 33 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (79ème position).
Visites : 13 501  (depuis Novembre 2007)

ou les fontaines de vie

L'intérêt de ce livre tient dans sa construction.

Il s'agit de 4 histoires écrites à la première personne ; celles d'enfants de 6 ans d'une même lignée : sol (2005), randall (1983), sadie (1962), Kristina / Erra (1945).

Chaque histoire est une continuité anti chronologique et comme tout est emboité, à la fin du livre on fait des liens vers les histoires précédentes et on comprend le "comment du pourquoi".

Cette construction permet d'avoir un regard différent sur chacun des personnages à chacun des chapitres. On comprend ainsi pourquoi Sadie était peu présente pour son fils et si stricte parfois ; on comprend avec qui et pourquoi Kristina / Erra a trompé son époux et pourquoi elle a changé de nom. Finalement, ce n'est pas un thriller mais il y a une vraie intrigue.


Le seul regret est que Nancy HUSTON introduit un fait historique "les fontaines de vie" qui était un programme des nazis pour "produire" des enfants aryens en les volant à leurs parents polonais, ukrainiens, ... et en les plaçant dans des familles proches des SS. Pourtant on apprend très peu de choses sur ce fait même dans la dernière histoire (celle de l'arrière grand mère Kristina) et c'est bien dommage. Cependant les sources que l'auteure donne en fin de livre permettent d'en savoir davantage.

En tout état de cause, c'est un livre que j'ai apprécié et que je vous recommande vivement.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

J'ai ramé au début...

9 étoiles

Critique de Flo29 (, Inscrite le 7 octobre 2009, 47 ans) - 22 mai 2016

Mais je n'ai pas voulu m'avouer vaincue, et je ne l'ai pas regretté. La première partie, sur Sol, m'a paru insupportable. Le petit garçon était trop orgueilleux, mais les autres étaient tous plus attachants les uns que les autres. Et la fin... Wouah! J'ai adoré, mais moi aussi je pense qu'il faut le lire 2 fois pour bien le comprendre. Peut-être est-ce à cela qu'on reconnaît un bon roman!

La nuit mon corps me tient compagnie.

8 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 6 août 2015

Prix Fémina 2006, ce livre est conçu de façon peu commune.
Quatre histoires vues par quatre enfants de la même famille, à vingt ans de distance.
Pour corser l'exercice le récit se fait à l'envers.
C'est assez déroutant et je peux comprendre que cette curieuse présentation puisse décourager un certain public (dont j'ai failli faire partie au début).
Chacun des acteurs a sa personnalité propre, ses angoisses et semble etouffer un secret. Tous partagent la même solitude !
C'est très habilement construit de la part de Nancy Huston.

A noter l'excellente analyse sur "lewebpedagogique" qui éclaire de façon pointue les liens entre les divers personnages.

Un livre étonnamment construit et vraiment intéressant

9 étoiles

Critique de Odile93 (Epinay sur Seine, Inscrite le 20 décembre 2004, 65 ans) - 20 mars 2015

D'abord la construction du livre est étonnante et judicieuse: 4 chapitres écrits par 4 personnes différentes d'une même famille (petit-fils, fils, mère, grand-mère) à l'âge de 6 ans.

L'excellente idée de l'auteure est de commencer l'histoire par la fin, c'est-à-dire par le personnage né le plus tard. Ainsi, au lieu, comme il se doit,de raconter l'histoire chronologiquement en commençant par la grand-mère, celle-ci est raconté à l'envers.

Je suis persuadée que si cette histoire avait été construite conventionnellement, elle n'aurait pas eu le même impact sur le lecteur.

Donc, il faut réunir les morceaux du puzzle pour comprendre ce qui s'est passé dans cette famille, le personnage central restant la grand-mère.

Une fois le livre terminé, je l'ai relu pour tout bien comprendre et j'y ai pris le même plaisir.

A consommer sans modération

Accrochez-vous !

8 étoiles

Critique de Bafie (, Inscrite le 19 juillet 2004, 57 ans) - 27 mars 2014

J'avais lu "L'empreinte de l'ange" et j'étais enthousiaste.
Les premières pages de "Lignes de faille" m'ont cependant ennuyée, agacée, le personnage de Sol est exaspérant et je ne voyais pas où l'auteure voulait emmener ses lecteurs...
L’existence d'un secret se fait rapidement sentir et ma curiosité m'a poussée à persévérer pour clore le roman sur une note très positive.
Le récit est anti-chronologique : nous commençons par le récit de Sol, 6 ans en 2004, pour enchaîner avec le récit de Randall, son père, enfant en 1982 ; c'est ensuite à Sadie, mère de Randall de prendre la parole lorsqu'elle était enfant en 1962 et nous terminons par le récit de Kristina, mère de Sadie et arrière grand-mère de Sol, enfant en 1944-45.Cela semble difficile décrit de cette manière et pourtant au fil du récit, les repères donnés par l'auteure sont précis, le récit s'enrichit de génération en génération et l'émotion va crescendo. Le récit de Kristina est le plus poignant, c'est aussi le récit des origines, de la faille qui tracasse chaque enfant de cette famille pendant 4 générations : revit-on chacun les blessures de l'histoire ? Et comment fait-on pour guérir des blessures causées par l'histoire ?
Les questions qui se profilent sont loin d'être banales, elles nous interrogent sur l'humanité et ses conflits, sur la façon dont nous sommes marqués individuellement par la barbarie qui nous entoure, les non-dits. Et pourtant le récit est parfois drôle et toujours sensible, il nous donne envie d'accorder plus d'attention aux enfants qui nous entourent et nous invitent aussi à dénouer les fils en écoutant le récit de l'enfant que nous avons été.

Aucune faille

10 étoiles

Critique de Psychééé (, Inscrite le 16 avril 2012, 31 ans) - 24 septembre 2013

Sol, Randall, Sadie, Kristina : l'auteur fait parler tour à tour ces enfants sur 4 générations, des années 2000 jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Témoignages du plus récent au plus ancien pour permettre de remuer le passé à la recherche des origines, les pièces de l'histoire se complètent les unes après les autres et on comprend d'une part les choix des uns lorsqu'ils sont devenus adultes et d'autre part un terrible secret de famille qui se dévoile petit à petit.

L'écriture est extrêmement fluide puisque ce sont des enfants de 6 ans qui racontent leur quotidien. C'est drôle, parfois grave et pourtant criant d'honnêteté. Curieusement, il n'y a pas de confusion entre les personnages malgré cette affluence de noms et de pays : Israël, Canada, Etats-Unis, Allemagne... Bien au contraire, le tout s'imbrique parfaitement et les détails coïncident à merveille, si bien qu'on est tenté de relire le livre une fois terminé pour le découvrir d'une autre manière.

J'ai adoré ce livre qui se lit d'une traite et relate un fait historique malheureusement avéré. J’ai rapidement envie de découvrir cet auteur à travers d’autres romans.

La transmission familiale

9 étoiles

Critique de Ichampas (LAMBALLE, Inscrite le 4 mars 2005, 55 ans) - 13 février 2013

Une construction de roman très intéressante, l’auteur à travers le récit de jeunes personnages de 4 générations successives, en remontant dans le temps, nous détricote leur histoire familiale tout en finesse, avec subtilité et nous amène jusqu’à un fait historique méconnu de ma part, le vol d’enfant pendant la guerre. Un roman captivant.

Quatre générations, Une histoire.

6 étoiles

Critique de Kabuto (Craponne, Inscrit le 10 août 2010, 59 ans) - 16 janvier 2013

J’avais déjà lu L’empreinte de l’ange de Nancy Huston et j’avais beaucoup aimé. Dans Lignes de faille, J’ai retrouvé le même style Limpide et vivant et aussi un contexte historique servant de toile de fond. La comparaison s’arrête là puisque ici la construction du roman se divise en quatre parties qui correspondent chacun à une époque différente. Superbe idée qui donne tout son cachet à cette fresque familiale et historique s’étalant de la Deuxième Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Quatre portraits d’enfants avec chacun une personnalité très marquée. Une façon astucieuse et intéressante de découvrir quelques secrets enfouis qui auront une influence plus ou moins forte sur chacun des personnages. On commence par Sol l’enfant roi qui croit que le monde gravite autour de sa petite personne et on continue avec le jeune Randall et sa mère trop exigeante. Jusque-là c’est bien mais il nous manque encore la clé qui nous fera entrer de plain-pied au cœur de l’histoire. On comprend mieux en découvrant ensuite le destin de la jeune Sadie et surtout celui de Kristina. À partir de là, l’ensemble prend une autre dimension et l’on a envie de relire le début avec ces nouveaux éléments en tête. C’en est presque dommage de ne pas avoir eu plus tôt toutes les informations en main mais c’est aussi ce qui fait tout l’attrait du récit. Une belle histoire racontée de manière originale et un très bon roman.

Epoustouflant

10 étoiles

Critique de Kirioul (, Inscrite le 21 avril 2012, 30 ans) - 26 avril 2012

J'ai dévoré "Lignes de faille" en deux jours. Par quoi commencer?!
J'ai tout d'abord été stupéfiée de découvrir une partie de l'Histoire dont je n'avais jamais entendu parler (mais bon ça choque plus , on nous dit ce que l'on veut bien nous dire).
De plus, la construction du livre est hyper bien travaillée, on nous jette quelques miettes du début à la fin mais ça ne gâche en rien le dénouement.
J'applaudis le choix de personnages-enfants car leur perception naïve nous emmène sur un plateau étincelant l'absurdité des choix et convictions des adultes concernant certains sujets tels que la guerre ou la religion.
Enfin voilà, en lisant ce livre, on reçoit une baffe magistrale, la baffe de la dure et absurde réalité de la vie.
En passionnée de généalogie, je rajouterais que l'on peut comprendre que le lecteur, en remontant les générations de cette famille, effectue pour elle un travail de transgénéalogie c'est à dire qu'il reconstitue le puzzle familial pour panser ses plaies et la faire avancer.

Le monde vu par des enfants

9 étoiles

Critique de Mariefleur26 (Paris, Inscrite le 11 décembre 2011, 25 ans) - 20 février 2012

Lignes de faille est un roman habilement rédigé par Nancy Huston, dame anglophone, ne l'oubliez pas. C'est le premier livre que j'ai eu à lire pour l'école, en secondaire 5, et pour certaines élèves il paraisait costaud. Mais non, c'est écrit gros et la narration venant des enfants coule toute seule dans le cervau du lecteur. C'est touchant, c'est d'une simplicité qui nous conduit directement aux personnages eux-mêmes. On passe tant par la beauté que par la laideur des gens, tant par l'amour que la misère et la peine. C'est très beau selon moi et ma mère.

6 ans et déjà

9 étoiles

Critique de Elya (Savoie - Dauphiné - Ardèche, Inscrite le 22 février 2009, 29 ans) - 20 décembre 2011

Je m’attendais à autre chose avec ce roman de Nancy Huston qui est je crois le plus connu mais je suis loin d’être déçue. Puisqu’il a séduit un si grand public, je pensais retrouver une écriture et une thématique différente de celles adoptées habituellement par Nancy Huston, qui a pour habitude de parler des femmes, des valeurs familiales, de l’enfance, et parfois de l’histoire qui entoure les guerres et plus particulièrement la seconde guerre mondiale. C’est à nouveau ces même thèmes qui sont abordés ici, et d’une manière assez semblable à d’habitude : avec pudeur, recul, sans émettre de jugement sur quiconque mais en suggérant seulement. Le fait de choisir comme narrateur plusieurs enfants de 6 ans apporte une sensibilité particulière, même si ni leur style d’écriture, ni leurs réflexions, ne peuvent laisser penser que ce sont vraiment de jeunes enfants qui s’expriment.

Ce livre est un ascenseur montant de sensibilité, de nuances et de petits secrets. Il est parfaitement orchestré, de petits détails en petits détails nous voilà trop vite arrivé aux révélations finales, qui étaient parfaitement insinués. C’est l’occasion de revenir sur une page horrible de l’histoire qui entoure l’holocauste et plus rarement évoquée. Il s’agit aussi de faire apercevoir au lecteur que quelle que soit la génération d’enfant qui s’exprime ici, de 1940 à 2004, ils ont tous notion de ce qu’est la guerre, la torture et l’infamie, car chaque décennie apporte son lot de conflit. Que dirons-nous dans quelques décennies de ce qui se passe aujourd’hui dans certaines parties du monde, pire, qu’est ce que l’histoire nous apprendra que nous ne savons pas aujourd’hui. C’est aussi cela que suggère, je crois, ce beau roman.

Héritage à rebours

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 41 ans) - 24 juillet 2011

Les enfants n'échappent pas à l'histoire, ni à celles qu'ils se créent, ni à celle de leur famille, qui les rattrape un jour où l'autre. Cet héritage de la mémoire familiale finit tôt ou tard par se transmettre : c'est un peu le fil de ces histoires d'enfants d'une même famille, présentées en remontant le temps. La géopolitique est au coeur des vies, de chaque génération des enfants de cette famille, qu'elle façonne.
Le style enfantin désarme par sa candeur et sa lucidité, face à des événements sévères, parfois violents. Outre les failles du temps, ces regards montrent les lignes de transmissions, de permanence. C'est un style intéressant, sur le plan historique et psychologique.

non terminé

3 étoiles

Critique de MadameMim (, Inscrite le 26 mai 2010, 52 ans) - 30 octobre 2010

Je l'ai trouvé terrible : très difficile à lire. Je m'écoeurais au fur et à mesure, je pense le reprendre plus tard.
Dur.

Le compte à rebours a commencé

8 étoiles

Critique de Yeaker (Dijon, Inscrit le 10 mars 2010, 46 ans) - 4 mai 2010

Cela commence aujourd'hui et remonte le temps sur plusieurs générations. C'est la première donnée.
Chacun des personnages principaux est suivi à ses 6 ans ( sauf l'histoire qui précède qui met cet enfant à l'age adulte, parent d'un enfant de 6 ans, puisque nous remontons le temps! C'est la deuxième donnée.
La première donnée donne des infos sur les histoires que nous venons de lire, les lignes de failles en quelque sorte, jusqu'à la grande ligne de faille.
La deuxième donnée montre l'évolution des moeurs et des comportements des enfants de 6 ans.
Les deux fusionnés c'est de l'argent en barre. Pas de l'or car l'écriture est inégale et parfois décevante.

La source de l’identité

7 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 50 ans) - 4 décembre 2009

Objectivement, je n’ai rien à reprocher à ce roman. La construction en remontant l’arbre généalogique est brillante. L’écriture est limpide. Même la narration trop sophistiquée de la part des enfants ne m’a pas dérangée.

Mais, je n’ai pas été captivé. L’accumulation des banalités du quotidien de cette famille a usé ma patience. Il y’a une génération de trop selon moi et il manque quelques coups d’éclats avant la révélation finale.

(Prix Fémina, Prix France Télévisions)

Le voici , votre prétendant.

8 étoiles

Critique de Lola alias 8 (, Inscrite le 13 novembre 2009, 26 ans) - 13 novembre 2009

''Ligne de faille''? percutant, n'est-ce pas!
Oh! mais pourquoi avoir choisi cette oeuvre ? je me le demandais aussi ! à présent cette question ne se pose plus... En effet, ce livre est très accrocheur ! L'histoire commence ''in medias res''et vous vous sentez comme un membre de la famille, plongé dans l'histoire comme si vous y étiez...

Sauf qu'au fur et à mesure de la lecture, l'action devient de moins en moins prévisible. A vrai dire, elle ne l'est plus du tout! Par conséquent, une curiosité malsaine s'installe, engendrant une dépendance au roman. Laissez-vous séduire! En effet, aucun moment du livre ne mérite de repos.

Dévorez-le comme une sucrerie! Et sachez que l'humour est assez imprévisible. Le style plaisant séduit par sa simplicité et son originalité. De plus, les personnages diffèrent d'une famille ordinaire. En effet, certains conflits parentaux menacent de vous faire rire et de vous faire passer pour un schizophrène.

Mais uniquement le temps de l'histoire ^^ Et ce titre alors? Mais pourquoi "Ligne de faille" ? Haha ! Est-ce une métaphore ? Faut-il le prendre au sens propre ou au sens figuré? Lisez Mesdames et Messieurs...Ainsi,vous le saurez !

Très très bon, à découvrir vite!

10 étoiles

Critique de Petiteka (, Inscrite le 5 novembre 2009, 41 ans) - 5 novembre 2009

Original dans sa construction, bien écrit, poignant, fascinant, j'ai lu ce livre il y a un petit moment maintenant et il m'a vraiment marqué! C'est un livre qu'on n'oublie pas! Courez l'emprunter ou l'acheter!

Original et captivant

10 étoiles

Critique de Saumar (Montréal, Inscrite le 15 août 2009, 86 ans) - 10 septembre 2009

Nancy Huston nous fait remonter la ligne de faille qui a façonné la vie d’une famille depuis quatre générations. On y parle de religion, d’exil et de souffrances infantiles causées par l’absence d’attention et d’amour parental pour ces quatre enfants-protagonistes de six ans, dont les résultats se répercuteront à l’âge adulte. Les propres failles de l’auteure, qui a vu sa mère quitter le foyer lorsqu’elle-même avait six ans, rendent palpable l’émotion que dégage la relation mère/fille dans son livre. On découvre des enfants brisés par le pouvoir des adultes et par les tragédies qui ont traversé l’histoire de leur famille et de leur pays.
Le premier enfant du livre, Sol (2004) petit américain, obsédé de pureté parce qu’il navigue sur la Toile et y gobe tout ce qu’il trouve, se croit invulnérable. Seuls les cauchemars et la souffrance physique sauront le ramener au réel. Pourtant, sa mère est bien là, mais n’aura rien vu des errances de son fils. L’enfant suivant est Randall,, le père de Sol, (1982). Il semble plutôt heureux, presque qu’insouciant. Il se retrouve avec une mère trop en conflit avec elle-même pour se donner aux siens. Randall est furieux le jour où sa mère oblige la famille à demeurer en Israël afin d’aller rencontrer le spécialiste des fontaines de jouvence. On y verra la guerre du Liban et ses horreurs qui n’aident pas à détendre l’atmosphère. Vient ensuite Sadie, la maman de Randall (1962), captive du monde austère de ses grands-parents canadiens, élevée par eux, comme s’ils étaient obligés. Sadie s’impose secrètement des règles pour accaparer sa mère. Enfin, c’est au tour de Kristina, alias Erra, mère de Sadie, (1944-45) de nous emmener là, où tout a commencé et fini. Cette dernière, Ukrainienne d’origine, Allemande par force, Canadienne d’adoption, remonte l’histoire de 2004 à 1945. Kristina apprendra de sa sœur Greta qu’elle a été une enfant volée par les Allemands. Pour remplacer son fils, les parents élèveront Johann, prétendu orphelin, mais également volé. Il apprendra à Kristina des chansons et des mots en polonais à voix basse, pour s’enfuir tous les deux en Pologne. On vole ces enfants polonais blonds aux yeux bleus, parce qu’ils ressemblent trop aux Allemands.
La guerre terminée, la dame Mulyk, qui place les jeunes a un sentiment spécial pour Kristina et l’envoie à Toronto. C’est qu’elle est Ukrainienne comme elle. Janek est donné à son oncle à Pozmán. Avant leur départ, les deux jeunes se sont juré de se retrouver plus tard et se donnent pour noms Luth et Erra. Par une note de l’auteure, à la toute fin, on apprend que deux cent mille enfants furent volés en Pologne, en Ukraine et dans les pays baltes pour être placés dans des familles allemandes.

Malgré la triste fin du récit, je le recommande à tous. D’abord, pour sa structure, les quatre chapitres vont du plus récent au plus ancien, s’étendant sur un demi-siècle. Ensuite, pour l’intelligence des propos et le sens d’humour. Récit original qui m’a captivée jusqu’à la fin.

La petite histoire rencontre la grande

8 étoiles

Critique de Zorrewind (, Inscrit le 7 août 2009, 52 ans) - 7 août 2009

Lignes de faille, ou comment donner à une histoire maintes fois traitée une profondeur et une résonance pleine d’originalité et de sensibilité. A travers la vie d’une famille aux origines troubles et complexes, Nancy Huston revient sur les atrocités commises par les nazis en étalant leurs conséquences sur soixante années d’histoire contemporaine, des Etats-Unis à l’Allemagne, en passant par le Canada et Israël. Elle nous invite à remonter le temps, à suivre la "ligne de faille" qui a creusé son empreinte dans cette famille, inexorablement depuis des générations. D’enfance en enfance, il faut pister la trace des grains de beauté (le sceau du sang) trouver la marque du destin qui guide vers la vérité, vers la cassure originelle. Le voyage commence par la Californie et un garçon de six ans dans une Amérique d’aujourd’hui, parfois franchement caricaturale, mais néanmoins jubilatoire. Ca blasphème à tout-va, presque à la limite du raisonnable. Puis à mesure que l’on remonte l’histoire familiale, le rire fait place à l’émotion. La petite histoire rencontre la grande. Mâtiné de cynisme, ce roman à l’émotion contenue, en forme d’arbre généalogique à quatre branches, ou de saga familiale, comme on voudra, vous happe littéralement. Il faut l’avouer, le coup du bébé qui vous observe et rit sous cape de la sottise des adultes a des faux airs de navet américain. Et pourtant, Nancy Huston en fait une technique narrative originale qui sert à merveille son propos. Le regard de l’enfant est surtout révélateur des stigmates du passé. Dans la jeunesse réside les déchirures autant que l’espoir. C’est peut-être là l’idée de ce roman au phrasé vif et fluide, pétri d’humanité et absolument positif.

À lire absolument!

10 étoiles

Critique de Gabri (, Inscrite le 28 juillet 2006, 33 ans) - 24 juillet 2009

En règle générale, je n’embarque jamais totalement dans les histoires racontées par des pseudos-enfants. Je trouve souvent les réflexions sont trop poussées pour être crédibles, ou alors elles le sont juste assez pour des enfants mais alors la lecture devient rapidement ennuyante. Mais ici, j’ai totalement embarqué dans chacun de ces quatre témoignages. À aucun moment je n’ai senti l’écriture adulte derrière les déclarations des enfants, et pourtant l’auteure réussit tout de même à nous livrer un roman riche, intelligent et vraiment prenant! J’ai dévoré ce livre en quelques jours à peine, mais je suis charmée non seulement par le côté « captivant » de l’histoire, mais aussi par sa construction originale, qui nous change un peu de ce qu’on a l’habitude de lire, par son côté historique, qui nous rappelle certains faits un peu plus méconnus de la deuxième guerre, et aussi par son côté poignant, parce que cette histoire ne peut pas laisser indifférent. Bref, c’est un de mes premiers véritables coups de cœur depuis longtemps, je vous le conseille vivement!

l'histoire d'une génération

10 étoiles

Critique de Tyty2410 (paris, Inscrite le 1 août 2005, 32 ans) - 2 mai 2009

Je connaissais déjà Nancy Huston ( avec l'empreinte de l'ange et instruments des ténèbres ) mais ce livre est certainement le meilleur que j'ai lu d'elle
Le concept d'écriture tout d'abord m'a charmée une histoire anti chronologique par les voix de chacun des enfants dont l'un est le parent du précédent est très originale .
Ce qui est aussi intéressant c'est de mettre en perspective l'enfant et l'adulte qu'il est devenu ( pour Randall notamment ) .
Ce qui est également passionnant ce sont toutes les allusions historiques (Sol et l'époque post 11 septembre ; Randall et le conflit israelo-palestinien ; Sadie et la crise de Cuba ).
Le roman est très bien construit: à la fin de chaque récit d'un enfant on nous laisse en suspens , pour ne comprendre mieux qu'à la fin, de quoi Erra et Greta parlaient quand Sol les entendait se disputer , pourquoi Sadie et Erra ne se parlent pas , pourquoi Kristina a choisi comme prénom Erra .
Bref un roman captivant très bien écrit et qui en plus relate un fait historique réel.
A lire

A lire

9 étoiles

Critique de Maylany (, Inscrite le 11 novembre 2007, 39 ans) - 1 février 2009

Quel style original et innovant !

Le récit d'une histoire au travers des yeux de 4 enfants, de leurs pensées, de leurs réfléxions.

Faire avancer la découverte du secret que l'on pressent dès le début par la remontée de l'arbre généalogique.

Des enfants tous plus attachants les uns que les autres.

La découverte d'un fait de l'histoire tragique : le vol d'enfants polonais, ukrainiens et autres par les allemands pour leur programme de "germanisation".

Un sujet difficile très bien traité : sans mélo, ni description crues mais dans un ton toujours très juste.

Magnétique

10 étoiles

Critique de Pandorette (Bruxelles, Inscrite le 26 mars 2007, 41 ans) - 16 janvier 2009

J'ai dévoré ce livre en quelques heures, qui est construit à l'envers. A chaque partie, une nouvelle personne d'une plus ancienne génération décrit un passage de sa propre vie tout en laissant du flou dans l'histoire. On en comprend tout le sens à la fin de l'ouvrage. Premier livre de Nancy Huston, et certainement pas le dernier.

très intéressant!

10 étoiles

Critique de Nana31 (toulouse, Inscrite le 29 janvier 2006, 50 ans) - 9 octobre 2007

Très beau roman, avec une construction très intéressante en remontant vers les générations passées. C'est captivant avec un thème de l'Histoire qui ne nous laisse pas indifférent.

aux vieux enfants de nous raconter nous la vie

7 étoiles

Critique de Bertrand-môgendre (ici et là, Inscrit le 9 mars 2006, 64 ans) - 5 octobre 2007

Ce roman ressemble à une analyse phénoménologique d'une famille américaine, vivant dans l'ombre d'un secret (petite référence à Philippe Grimbert). Sous forme d'enquête, l'inquisitrice, Nancy Huston, dissèque l'objet de sa recherche par le truchement du quotidien d' enfants (dans leur sixième année) et ce, durant quatre générations successives. Quatre enfants, quatre époques.
La démarche de l'écrivaine, nous permet de remonter le temps pour mettre à jour progressivement la racine du Mal , cet inconscient collectif héréditaire peu à peu révélé.
Le piège, très bien orchestré, est de se laisser porter par la construction du roman, au terme duquel le fil conducteur dévide enfin une pelote bien emmêlée. La romancière adopte une stratégie finement ciselée me laissant croire que j'ai tout compris sur une partie de l'Histoire actualisée par tant d'horreurs meurtrières. Sa pédagogie est séduisante et efficace.
Même si Fitzhugh Dodson affirme dans son essai sur l'enfance que « tout se joue avant six ans » Nancy Huston ne m'a pourtant pas convaincu à cause du manque de crédibilité du langage des personnages d'enfants, de leur mode de raisonnement, de leur centre d'intérêt. Les enfants de Huston (surtout les deux garçons) sont vieux, atteint sûrement de la maladie du vieillissement précoce (syndrome de Hutchinson-Gilford).
Autant le quotidien des deux petits garçons est péniblement décrit, rendant les jeunes personnages ennuyeux (pour qui je ne donnerai plus d'autre commentaire), autant la description de la vie des deux petites filles est un pur bonheur. Un vrai régal à lire, dû sans doute au plaisir de l'auteur(e) à l'écrire : humour et dérision. Même stéréotypé le portrait des grands-parents obséquieux est gravé en taille douce. Une aquatinte minutieuse traduisant rigueur et délicatesse, jusqu'à l'obtention de clichés formidablement bien dessinés. La petite Sadie est la seule enfant depuis le début du texte, qui pense avec les émotions d'une enfant de six ans.
La quatrième époque ressemble à une apothéose dans le rendu des portraits évoqués. Se dévoile alors la vérité trouble d'une famille mélangée.

Note sur l'édition. Le papier agréable, agrémenté d'une excellente typographie, n'enlève en rien à la pénibilité de la lecture L'impression sur pages étroites provoque de nombreuses césures saccadant le rythme de l'histoire en phrases hachées, inconfortables à lire.

Un choc

8 étoiles

Critique de Aliénor (, Inscrite le 14 avril 2005, 51 ans) - 14 juillet 2007

Contrairement à ce qui dit Alice dans sa critique, je trouve moi que Nancy HUSTON a été très habile dans l'utilisation de cette réalité historique. Il s'agit ici d'un roman, non d'un livre d'histoire, et ce fait horrible sert uniquement à expliquer le vécu d'Erra lorsqu'elle était enfant, et qui aura des conséquences sur tous ses descendants.
La construction à rebours est effectivement une excellente idée, car au fur et à mesure de la lecture on comprend certaines choses que l'on avait lues plus tôt, et surtout on ressent plus fortement le drame vécu.
Au-delà de sa grande qualité, ce livre est pour moi un véritable choc car j'ignorais totalement ce fait. Il y a donc toujours des choses à apprendre sur les horreurs de la seconde guerre mondiale.

Captivant

9 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans) - 28 mai 2007

Une histoire de famille un peu particulière, internationale et transgénérationnelle. Tout commence à la fin de la seconde guerre mondiale, à Munich. Kristina, une petite ukrainienne de 6 ans a été adoptée par une famille allemande dans le cadre des « Lebensborn » opération consistant à voler des enfants blonds aux yeux bleus pour en faire de vrais allemands. Malheureusement, elle ne retrouvera pas ses parents à la fin de la guerre et sera adoptée par une famille canadienne. Elle se lancrea dans une carrière de chanteuse et aura une petite fille, Sadie, laquelle se mariera avec Aron, jeune auteur juif de comédies sans succès. Universitaire, Sadie entrainera son mari et son jeune fils Randall en Israël où elle entreprend des recherches sur les « Lebensborn » et est victime d’un grave accident qui la cloue définitivement sur un fauteuil roulant. A la génération suivante, Randall s’est marié avec Tessa, jeune californienne catholique qui lui a donné un fils Sol, prototype de l’enfant des années 2000 gâté-pourri, capricieux, prétentieux et fantasque.
Le livre débute par la fin avec le témoignage de Sol et l’on remonte le fil de l’histoire par les yeux et la perception des quatre enfants à peu près au même âge. Très bien écrit, Nancy Huston ne se laisse que très peu aller à sa manie des phrases sans point et sans dialogue. Alerte, vivant, très agréable, cet ouvrage ne laisse pas indifférent, il permet de parcourir plus d’un demi-siècle d’Histoire contemporaine dans l’intimité d’une famille atypique et voyageuse puisqu’on se retrouve promenés d’Allemagne à Haïfa puis de New-York au Canada avant de terminer où tout a débuté c'est-à-dire en Allemagne. Captivant, mais moins poétique que « Cantique des plaines ».

Intéressant

9 étoiles

Critique de Yaki (reims, Inscrite le 21 janvier 2005, 42 ans) - 12 mars 2007

Ce livre m'a été conseillé et je n'ai pas regretté de m'y être plongée. Il est vraiment très bien. La construction est intéressante et le thème nous interpelle... A découvrir vraiment !

Les collines du destin

9 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans) - 5 mars 2007

Lignes de faille, lignes de ruptures, avec un compte-à-rebours qui sert de fil conducteur pour comprendre les fêlures mais aussi illustrer, si besoin en était, que l'hérédité a beau être là, les personnalités sont bel et bien indépendantes les unes des autres.
Quatre portraits, quatre destins, emplis de qualité et de défauts, attachants à leur manière, tous empreints de la couleur du drame et d'une certaine forme d'insouciance, liée à un repli sur soi et la possession d'un talisman secret. Grain de beauté qui se promène au fil des pages et symbolise, entre autres, la force des liens du sang.

Nancy Huston raconte ces tranches de vie avec beaucoup de douceur, dans une langue belle et apaisante. Très vite, une proximité s'installe entre le lecteur et cette famille qui se constitue sous nos yeux.
J'ai aimé cette familiarité, ce cocon protecteur dans lequel l'auteur installe son lecteur pour mieux lui distiller chaque phrase de son histoire et lui faire prendre conscience de la force de la transmission. Encore un très beau Nancy Huston.

très bon livre

9 étoiles

Critique de Yvonne (, Inscrite le 21 février 2007, 47 ans) - 21 février 2007

c'est une très bon livre. le sujet est passionnant et c'est très bien écrit. Je vous le conseille vivement.

Ingénieux !

8 étoiles

Critique de H.Fedorowski (Epinal, Inscrite le 27 janvier 2007, 29 ans) - 18 février 2007

Lignes de faille de Nancy Huston est un très bon roman, construit d'une façon particulière, originale, qui donne au récit un intérêt qui serait peut-être moins marqué s'il avait été écrit d'une façon "classique".

Il y a en tout 4 narrateurs, les histoires à mon sens, vont crescendo. La première commence bien et la dernière se finit en apothéose. Le roman a une qualité littéraire indéniable, le style de l'auteure est très agréable, plein d'images et ce roman m'a fait découvrir Nancy Huston et me donne largement envie de la lire encore !

Une question semble hanter le roman : que transmet-on à nos enfants ? Comment des événements arrivés il y a des années dans des générations antérieures peuvent-ils encore influencer nos vies ?

Transmission

10 étoiles

Critique de Isaluna (Bruxelles, Inscrite le 18 avril 2002, 62 ans) - 19 novembre 2006

Comme dans "prodige" que j'ai beaucoup aimé aussi en son temps, c'est la transmission qui est ici au coeur du récit de Nancy Huston. Pourquoi sommes-nous ce que nous sommes? Quels événements nous ont-ils façonnés, transmis par les générations qui nous ont précédées?
Fascinante lecture, à la fois par l'intrigue qui se dévoile peu à peu, et par la beauté littéraire de ce magnifique roman!

Très bon...

8 étoiles

Critique de LaurenceH (, Inscrite le 5 juin 2006, 37 ans) - 7 novembre 2006


J'ai trouvé ce livre exigeant et étonnant. Les personnages sont complexes et attachants. L'histoire n'est pas toujours facile à suivre et comme lectrice, je n'ai pas été passive ! En d'autres mots, je ne crois pas avoir tout bien compris... Quoi qu'il en soit, c'est un livre qui fait réfléchir et que j'ai vraiment aimé.


Forums: Lignes de faille

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Lignes de faille".