Les roses de Guernesey de Charlotte Link

Les roses de Guernesey de Charlotte Link
( Die Rosenzüchterin)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Bernard2, le 20 février 2006 (DAX, Inscrit le 13 mai 2004, 70 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (20 779ème position).
Visites : 3 367  (depuis Novembre 2007)

Saga à Guernesey

Franca, en situation d'échec familial et professionnel, se rend à Guernesey. Elle loge chez Béatrice. Une complicité naît entre ces deux femmes. Dans leurs échanges, le passé ressurgit, et remonte à la seconde guerre mondiale...
Ce roman est une véritable saga, dans le style des feuilletons d'été à la télévision. Tous les ingrédients y sont : passions, haines, lourds secrets progressivement révélés, le tout sur un rythme soutenu qui permet au lecteur de ne jamais s'ennuyer malgré plus de 500 pages. Il y a même... mais chut ! Ne gâchons pas le plaisir de la découverte.
Un vrai livre de détente. On l'oublie vite une fois refermé, mais il a permis de passer un bon moment. Et c'est ce qu'on demande à un tel roman.
Petite critique : la fin semble précipitée. malgré la grosseur du livre. Cinquante pages de plus auraient été les bienvenues.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les îles Anglo-Normandes sur fond d'occupation

8 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 47 ans) - 24 août 2012

Charlotte Link nous propose dans ce roman des portraits psychologiques travaillés et réalistes. Chacun des personnages est disséqué, étudié avec soin et ne souffre pas de caricature. En effet, l'on pourrait croiser l'un d'entre-deux sans que cela nous choque, même si certains comportements sont révoltants et énervants au possible. Force est de reconnaitre d'ailleurs qu'aucun de ces personnages n'est franchement attachant, voire sympathique.
L'auteur nous les dépeint sans complaisance, nous immisce dans leurs relations, nous invite à les voir tels qu'ils sont dans la vie de tous les jours avec leurs habitudes et les sentiments qui les habitent. A ce titre certaines situations pourraient paraitre répétitives, mais c'est justement sur cet aspect de ces relations que Charlotte Link bâtit son roman, c'est sur ce réalisme qu'elle gagne son pari et nous plonge avec plaisir dans son œuvre.
La dernière partie, plus mouvementée et dramatique, n'est peut-être pas à la hauteur du reste, comme si la romancière ne savait pas trop comment achever son livre, et était pressée d'en finir.

Franca, une jeune femme allemande, se retrouve sur l'île de Guernesey afin de rendre service à son mari qui profite du paradis fiscal du territoire. Cependant, fragile, dépressive, et sujette aux crises de panique, celle-ci ne tarde pas à craquer et se retrouve chez une native de l'île, une septuagénaire prénommée Béatrice et prête à lui louer une chambre. Rapidement une certaine complicité s'installe entre les deux femmes et Béatrice commence alors à lui raconter son histoire qui débute lors de la seconde guerre mondiale avec l'envahissement des îles Anglo-Normandes par l'armée allemande.

Le passé reste présent

9 étoiles

Critique de Gilou (Belgique, Inscrite le 1 juillet 2001, 71 ans) - 30 octobre 2006

Ce roman est une histoire très bien ficelée.
Tout y est. Du romantisme, des descriptions de l’île de Guernesey qui donnent l’envie d’y aller faire un tour.
De l’amitié, des disputes, de la haine, du drame.
Charlotte LINK nous entraîne dans le passé et y mêle habilement le présent.
Tout s’imbrique parfaitement. La lecture est aisée malgré l’épaisseur du livre et les nombreux personnages.

C’est Franca, une allemande, jeune femme psychiquement ébranlée et mal dans sa peau et mariée à Michael, un homme qui ne cesse de la rabaisser, qui est le pivot de l’histoire.
Elle atterrit un jour, par hasard chez Béatrice, vieille dame de 70 ans qui habite l’île depuis toujours, et qui lui loue une chambre. Béatrice vit dans cette très grande maison avec Hélène de 10 ans son aînée.
Un «drôle de couple » porteur de secrets, car Hélène n’est autre que la femme de l’officier allemand Erich qui a occupé la maison pendant l’occupation de l’île par l’armée.

A partir de là commence l’histoire invraisemblable de leur amitié épistolaire.
Par petites bribes, Béatrice lui raconte sa vie pendant l’occupation allemande et tous les drames survenus pendant cette période. Franca veut toujours en savoir plus et décide un jour de quitter son mari et venir s’installer chez Béatrice.

Je n’ajouterais rien car Bernard2 a fait une critique très bonne et complète.
Je suis assez d’accord avec lui, la fin est trop rapide.

C’est le premier roman que je lis de Charlotte LINK. Je n’ai pas été déçue.

Forums: Les roses de Guernesey

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les roses de Guernesey".