100 Mots sur l'Ethique de Spinoza de Robert Misrahi

100 Mots sur l'Ethique de Spinoza de Robert Misrahi

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Philosophie

Critiqué par Mae West, le 21 décembre 2005 (Grenoble, Inscrite le 26 décembre 2004, 73 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 6 079  (depuis Novembre 2007)

Le salut sous la main

"Je ne connais que Spinoza qui ait bien raisonné, mais personne ne peut le lire"
(lettre à d'Alembert, Voltaire)

Heureusement, avec ces "100 mots" Robert Misrahi rend caduque la sentence de Voltaire : on va pouvoir enfin lire Spinoza !

Tranquillement, d'un mot à l'autre, et par ordre alphabétique, R Misrahi, philosophe spécialiste de Spinoza –aujourd’hui à la retraite – auteur de très nombreux livres, et qui se revendique comme un « fils de Descartes », nous expose le chemin du bonheur à travers l'Ethique et son auteur:

Sortir des idées reçues d'abord : l'oeuvre au "mode géométrique" n'est pas un traité abscons. La philosophie qu'elle propose n'est ni fermée, ni abstraite.

Par exemple, on savait déjà que le Dieu de Spinoza, qui rebute plus d'un lecteur, n'est pas un Dieu extérieur, ni un créateur en personne, et encore moins un "Notre Père".
On avait compris qu'il n'était pas "transcendant", mais immanent.
Ce que l'on savait moins, c'est que cette immanence du Dieu de Spinoza n'est pas synonyme de statisme, et que la persévérance dans l'être, issue du fameux "Désir", est synonyme de l'agir : "Personne ne peut désirer être heureux, bien agir et bien vivre, qu'il ne désire en même temps être, agir et vivre, c'est à dire exister en acte" (Eth IV, 21, cité par R Misrahi pour le mot "existence"p 179)
C'est donc bien en vivant, en agissant, que nous participons de la nature divine et du grand oeuvre du monde : exister est action, et plus nous accroissons notre "puissance d'agir", par la maîtrise des "passions" ou plutôt par la "coercition" des imaginations qui font la passion "triste", plus nous allons vers la "Joie" : ce faisant, plus nous participons de cette "nature divine".
"Plus grande est la joie dont nous sommes affectés, plus grande est la perfection à laquelle nous passons, c'est à dire plus il est nécessaire que nous participons de la nature divine" (eth IV, 45, sc du cor II cité par R.Misrahi, mot "joie"p211 )

En lisant les "100 mots sur l'Ethique" on perçoit mieux ce que l'on sentait confusément à la lecture attentive de l'oeuvre, à savoir une philosophie singulière, étonnament moderne, qui recoupe à la fois l'existentialisme et les sagesses orientales.

Gilles Deleuze, par ses cours inoubliables à Vincennes (que l'on peut retrouver sur le site internet "Spinoza et nous") avait commencé à faire entrer le propos l'Ethique dans le domaine de l'accessible . Grâce à cet ouvrage, non pas de vulgarisation, mais de démocratisation du langage spinoziste, Robert Misrahi illumine le chemin d'accès de ce qui est "difficile autant que rare"*(1) et cela, pour notre plus grand bonheur à tous, dans tous les sens du terme !

Se dessine alors un joyeux parcours initiatique où ce modeste lexique s'avère le chaînon manquant entre une lecture abstraite et une pratique philosophique active : sous la houlette pédagogique du Maître, l'Ethique se rapproche un peu plus encore des sagesses de l'Orient.

Misrahi va-t-il faire mentir la conclusion de Spinoza ? Se pourrait-il que "Le salut" soit enfin "sous la main"*(1) ?
Une Ethique non élitiste, pour ce philosophe de génie, qui fut démocrate avant la lettre (voir son tractatus politique) cela n'aurait après tout rien d'étonnant ... En parcourant ces "100 mots sur l'Ethique de Spinoza" on comprendra au moins pour l'essentiel, que pour trouver le chemin de la Sagesse, il faut avant tout chercher celui du Bonheur.


" Rien n'est généreux comme l'engagement qui fonde cette philosophie intempestive : ouvrir pour tous les portes du bonheur véritable !"
Nicolas Martin à propos de R. Misrahi
Collection «Clair & Net»

* (1)
"Si la voie que j'ai montré qui y conduit paraît extrêmement ardue, encore peut-on y entrer. et certes cela doit être ardu qui est trouvé si rarement
Comment serait-il possible, si le salut était sous la main, et si l'on pouvait y parvenir sans grand' peine, qu'il fût négligé par presque tous ? Mais ce qui est beau est difficile autant que rare."(scolie de la proposition XLII, chapître V, fin de l'Ethique)

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: 100 Mots sur l'Ethique de Spinoza

Il n'y a pas encore de discussion autour de "100 Mots sur l'Ethique de Spinoza".