Les dernières critiques

Début Précédente Page 7 de 7

sans couverture

Le blues du boxeur de Michael Enggaard

critiqué par CHALOT - (70 ans)
8 etoiles
Un roman social
« Le blues du boxeur » roman de Michael Engaard 317 pages mai 2018 Roman social Ils sont boxeurs de père en fils. Frank est le dernier de la lignée. Au lieu de poursuivre une carrière, il a rangé ses gants de boxe après une victoire …. Quand son père est...

sans couverture

Une fin du monde sans importance de Xavier Eman

critiqué par Vince92 - (Zürich - 40 ans)
9 etoiles
Désopilant et amer
Xavier Eman est un chroniqueur à Eléments, la revue historique de la Nouvelle Droite, il est également le patron du blog A Moy que chaud. Dans ces media, l’auteur a pris l’habitude de conter des petites historiettes très drôles mettant...

sans couverture

La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)
8 etoiles
L'art de la correspondance
Ito Ogawa qui nous avait émus avec son précédent ouvrage « Le restaurant de l’amour retrouvé », publie en ce mois d’août, en France, ce roman qui se déroule lui aussi dans le milieu commercial. La gastronomie qui ne laisse...

sans couverture

L'immeuble d'en face de Jean-Pierre Andrevon, Philippe Cousin

critiqué par Cédelor - (Paris - 46 ans)
7 etoiles
Un livre qui n'est pas commun, drôle, cocasse, étrange, effrayant
Ayant déjà apprécié Jean-Pierre Andrevon dans d’autres ouvrages de sa main, en chinant dans une librairie spécialisée dans les romans de SF, de policier et d’espionnage des temps anciens et héroïques du roman de gare (mais pas que, il y...

sans couverture

Mythes romains de Jane Gardner

critiqué par Numanuma - (Tours - 45 ans)
7 etoiles
Sont (pas fous) ces romains !
Selon l'auteur, Jane F. Gardner, les Romains ont une liaison particulière avec les mythes, une liaison qui diffère grandement de celle des Grecs. En effet, ces derniers entretiennent des relations privilégiées avec leurs dieux, des relations quasiment intimes. Zeus et...

Tome 10
La fin approche....

sans couverture

Les Naufragés d'Ythaq, Tome 09 : L'Impossible Vérité de Scotch Arleston (Scénario), Adrien Floch (Dessin)

critiqué par Coper - (35 ans)
8 etoiles
Mystère dévoilé
Ce tome dévoile le pourquoi de cette île. Les mystères sont révélés, restent à savoir comment les personnages vont gérer la fin... Que de rebondissements dans cette série (peut-être trop ?)....

Tome 8
Dans la lignée......

sans couverture

Les Naufragés d'Ythaq, Tome 7 : La marque des Ythes de Scotch Arleston (Scénario), Adrien Floch (Dessin)

critiqué par Coper - (35 ans)
8 etoiles
Tome 7
Le suspense et les rebondissements continuent......

sans couverture

Les Naufragés d'Ythaq, Tome 6 : La révolte des pions de Scotch Arleston (Scénario), Adrien Floch (Dessin)

critiqué par Coper - (35 ans)
8 etoiles
Tome 6
Les personnages ont compris leur présence non anodine sur cette île. Les dessins changent un peu, les personnages (les visages surtout) sont plus "grossiers" mais plus expressifs. ...

sans couverture

Les Naufragés d'Ythaq - Tome 5: L'ultime arcane de Scotch Arleston (Scénario), Adrien Floch (Dessin)

critiqué par Coper - (35 ans)
8 etoiles
Tome 5
Dans la lignée des précédents, on commence à comprendre certaines choses......

sans couverture

Les Naufragés d'Ythaq, tome 4 : L'ombre de Khengis de Scotch Arleston (Scénario), Adrien Floch (Dessin)

critiqué par Coper - (35 ans)
8 etoiles
Tome 4
La série progresse bien et devient plus sombre avec des personnages "méchants" très méchants......

sans couverture

Les Naufragés d'Ythaq, Tome 3 : Le Soupir des étoiles de Scotch Arleston (Scénario), Adrien Floch (Dessin)

critiqué par Coper - (35 ans)
8 etoiles
Bon tome
Meilleur que les deux précédents tomes. L'histoire se complexifie et de nouveaux personnages apparaissent....

sans couverture

Les Naufragés d'Ythaq, Tome 2 : Ophyde la géminée de Scotch Arleston (Scénario), Adrien Floch (Dessin)

critiqué par Coper - (35 ans)
7 etoiles
Meilleur que le 1
Tome un peu meilleur que le premier. L'histoire s'étoffe....

sans couverture

Il y a cent ans ... 1877 au jour le jour de Evelyne de Quatrebarbes

critiqué par Catinus - (Liège - 67 ans)
9 etoiles
Délicieux !
En 1977, la Liégeoise Evelyne de Quatrebarbes se mit à éplucher le journal « La Meuse » de l’année 1987. Elle ne s’est pas uniquement attardée à ce qui s’était passé cette année-là à Liège mais bien dans le monde....

sans couverture

Babylone Express de Mathilde-Marie de Malfilâtre

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)
7 etoiles
Résitible escalade
Luna de Pâris c’est comme ça qu’on l’appelle dans les grandes sauteries des bobos parisiens friqués, la fourgueuse de la meilleure herbe et de bien d‘autres choses encore, l’aphrodite des partouzes les plus huppées, l’égérie des junkies les plus décrépis....

sans couverture

Jours de dèche de Didier Delome

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)
7 etoiles
Dégringolade salutaire
Il le sait depuis longtemps, ça devait finir comme ça. Le cortège des expulseurs va débarquer dans sa galerie pour le mettre définitivement dehors avec ses animaux. Il ne veut pas leur offrir ce plaisir, il va organiser sa sortie...

sans couverture

La Terre des morts de Jean-Christophe Grangé

critiqué par Free_s4 - (Dans le Sud-Ouest - 44 ans)
9 etoiles
Art et horreur
Pour moi la sortie d'un Grangé, c'est comme la sortie d'un Minier, d'un Chattam, d'un Thilliez…. c'est un petit évènement. Littérature "facile" idéale pour l'été, sans prise de tête. Ce Grangé ne m'a pas déçu, j'ai bien aimé suivre les...

sans couverture

Le Poitou mystérieux de Michel Valière

critiqué par Pjb33 - (Bordeaux - 66 ans)
10 etoiles
Ah ! le merveilleux et le facétieux...
Ce qui est formidable avec les contes, c'est que plus on en lit, plus on redemande, et c'est valable non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes et personnes âgées, qui regrettent fort les veillées traditionnelles qui existaient...

sans couverture

Fille de joie de Kiyoko Murata

critiqué par Catinus - (Liège - 67 ans)
8 etoiles
Education d'une fille de joie
Au début du vingtième siècle, Ichi, quinze ans, est vendue par ses parents au tenancier d’une maison close. A travers ce roman, nous allons la suivre dans sa nouvelle vie. L’auteur s’attache surtout à nous décrire son éducation intellectuelle donnée...

sans couverture

L'âge de raison de Jami Attenberg

critiqué par Alma - (- ans)
5 etoiles
Les tribulations d'une quadragénaire new-yorkaise célibataire
C'est le récit à la première personne des tribulations de la vie d'Angéla, quadragénaire qui a grandi sans devenir adulte et a choisi de ne pas rejoindre la cohorte de celles qui se sont rangées . Elle...

Début Précédente Page 7 de 7