Septularisen

avatar 19/03/2021 @ 23:45:46
Vous vivez un début de journée comme une autre. Celle du… Lundi 7 novembre 1988. Tu t’es levé très tôt, beaucoup plus tôt que d’habitude, mais tu es quand même de très bonne humeur, tu as passé un bon week-end et tu en pleine forme ce jour-là. Et pour cause, tu prends le train Corail à destination de Paris Gare de l’Est, le matin même, où tu vas rejoindre pour une semaine entière de vacances ta petite amie, qui fait ses études universitaires dans la ville lumière.

(Si j’avais su…)


Après une tasse de café avalée au lance-pierre, ton père te dépose à la gare, bien en avance, comme à son habitude! Forcément lui après il va travailler, pas comme toi, fainéant qui viens de prendre une semaine de vacances… Mais, peu importe, tu descends de l’Audi A80 flambant neuve, avec un large sourire, tellement tu es heureux et franchement rien, rien ne pourrait te l’enlever du visage à ce moment-là !..

(Et pourtant…)

Tu arrive sur le quai, le train, l’express 358, est déjà là à t’attendre. Alors réfléchissons vers la tête du train ou bien vers la queue ? Allez plutôt vers la fin du train, c’est généralement plus tranquille, et tu vas pouvoir lire plus tranquillement. Le train part avec un peu de retard, mais bon je serais bien à Paris pour 11h30 comme prévu.

(Tu ne le sais pas encore, mais la décision que tu viens de prendre t’a peut-être sauvé la vie !..)

Reste donc à lire son journal. Non finalement ce sera un livre. Justement je suis en train de lire «Un homme», la très belle biographie d’Alekos PANAGOULIS, par l’écrivaine italienne Oriana FALLACI.
10h00 Ah ! Chouette, encore un peu plus d’une heure et je suis arrivé. Je sommeille un peu… Attends que se passe-t-il ? Le train semble comme flotter un instant, puis brusquement le freinage est atroce et je suis projeté vers l’avant… Je ferme les yeux… Quand je les réouvre je suis à quatre mètres de mon siège et j’ai heurté quelque chose ou quelqu’un ce qui m’a arrêté net dans mon élan…
J’ai mal partout, mais mon cerveau lui fonctionne toujours. Inutile de me faire un dessin, il y a eu un accident, on a heurté quelque chose, c’est la même sensation qu’un accident de voiture, et ça, ça j’en ai déjà eu… Par contre le train…

Une femme en panique crie, encore et encore. Je l’attrape, non, je l’agrippe et nous sortons vite du train… Mais de quoi j’ai peur ? Le train est arrêté non ? Et il ne brûle pas… Alors ? Je m’assieds par terre, je suis en état de choc et j’ai mal partout, j’ai un goût de sang dans la bouche, quelques écorchures et quelques bleus, mais je vais bien… La femme à disparu. Bizarre elle était encore là il y a une seconde. Le temps passe, ou pas… Je ne sais plus, je ne me souviens plus…
Une personne arrive, cheminot ? Pompier ? Ambulancier ? Policier ? Je ne sais pas, mais il me met une couverture chauffante sur moi… Ok, ok Monsieur je vais bien, je vais bien, juste un peu sonné… Bon mes idées me reviennent. Dans la précipitation à sortir du train avec la dame j’ai oublié ma valise dans le train… Je dis au Monsieur que je veux retourner dans le train…

(Tu ne le sais pas encore, mais tu vas entendre ce cri pendant des années…)

Non, pas le droit on vous dit ! Interdit ! Mais si, si je veux remonter dans le train, ma valise y est restée, et tout ce dont j’ai besoin, dont mon portefeuille. J’ai quand même besoin de mon portefeuille ! Merde alors ! Mais il va comprendre ce connard, oui ou non ? Retenez-moi, où je lui mets un coup de boule ! Une femme crie, la même qu’avant? Le mec se retourne et se dirige vers le cri, j’en profite pour me barrer et remonter dans le train… Je fouille, un vrai bordel, tout à été projeté partout. Je retrouve ma valise. Franchement, quelle idée, j’avais qu’à la laisser-là où elle était cette satanée valise.

Je remonte le train, ou plutôt ce qu’il en reste, traînant ma valise, vers la gare. Vers la locomotive, je passe devant tout le monde. Je n’ai jamais vu autant de monde s’agiter de ma vie… Même pas à un match de Football. Mais… Personne ne me voit. 1, 83 mètres, 85 Kilos, mais personne ne me voit ! Transparent le mec je vous dis!. Ce que je vois est indescriptible, on dirait qu’une bombe est tombée sur le train. Il y a de l’acier tordu, déchiqueté, broyé, plié, partout, partout. Je ne sais plus que dire ou regarder ? Plusieurs wagons de la tête du train ont déraillé, par chance j’étais dans la queue et là les wagons sont restés sur les rails. J’ai froid tout à coup, très froid… Mais, attend le pire est encore à venir… Dans un coin je vois les pompiers qui cachent quelque chose avec des couvertures métalliques, oui la même que celle que j’ai sur le dos… Je les vois s’agiter… Ils mettent des couvertures sur quelque chose, non sur quelqu’un, non sur plusieurs… Alignés par terre… Putain ! Putain, tu sais ce que cela signifie ?.. Tu sais ce que cela veux dire ? Tu le sais non ? Tu es majeur et vacciné, et tu fais semblant de ne pas comprendre ?...
De dégoût, je jette celle que j’ai sur le dos par terre !

Tu es dans la petite ville de Ay (près d’Epernay) à la gare. Sur le coup ça ne te frappe pas, mais ce nom, tu ne vas plus jamais l’oublier du reste de ta vie… Au milieu du bordel sans non, oui le bordel, j’arrive à trouver une cabine téléphonique. J’appelle un Taxi. Je veux aller à Paris. Oui à Paris ! C’est loin ? Et alors ? Je m’en fous de ce que ça va me coûter, je veux juste partir de là, partir vite, le plus vite possible…

(Ay dans la Marne, 4.000 habitants connue pour son champagne…)

J’arrive enfin à Paris. Dans le petit studio de ma copine je me remets doucement. Je suis blanc comme un linge qu’elle me dit… Ehi, tu m’étonne, tu sais ce que je viens de vivre, tu sais ce que je viens de voir ? J’appelle mes parents, pour les rassurer… Merde alors, j’aurais mieux fait de me taire… Ils ne sont encore au courant de rien ! Je suis las, fatigué, heurté. Je vais prendre un bon bain. Je me couche. Je dors comme un loir…

(Malheureusement pour moi, ce ne sera plus le cas pendant très longtemps par la suite…)

Parce que c’est ça le problème. Aujourd’hui tout le monde te parlerait de prise en charge psychologique, tout le monde se précipiterait pour vous aider, vous réconforter etc etc… Mais à l’époque, rien, rien, rien de rien !

Le soir tard aux actualités j’apprends toute l’histoire, mais non de Dieu, je devrais la connaître, j’y étais ! On dirait le cocu de l’histoire qui est toujours le dernier à être au courant… Le train express a heurté une draisine de chantier à plus de 100 km/h. Et dire que je ne sais même pas ce que c’est une draisine… Mais, le pire je l’apprends là tout seul comme un con devant la télé. Il n’y a pas une, deux, trois, quatre victimes comme je l’ai vu… Ou cru voir, je ne sais plus! Je ne sais plus… Il y en a 9 !

(Ce texte est pour leur rendre hommage…)

Vous vivez une fin de journée comme une autre. Celle du… Samedi 19 mars 2021.

Minoritaire

avatar 20/03/2021 @ 10:38:38
Premier texte, ça frappe fort.
Bon, ça commence en mode gentil et après tout, les petites interventions entre parenthèses pourraient très bien amener du comique ou une déception amoureuse pour les deux premières. Donc on passe outre, on allonge les jambes et on s'installe en somnolence.
Et puis, baoum ! ou plutôt, un bruit de ferraille, ou même, est-ce qu'on entend quelque chose lorsqu'on est en état d'apesanteur ? Après, c'est le cauchemar éveillé que tu décris, que tu écris très bien. Et je ne sais pas à quoi tu fais référence, mais moi, ça m'a ramené à l'actualité belge de février 2010, la "catastrophe de Buizingen". ( https://fr.wikipedia.org/wiki/… ) dont les victimes, les survivants et les proches en étaient encore l'année passée à demander des comptes aux différents responsables des infrastructures ferroviaires belges.
Bref, un très bon texte. Il me semble que tu ne fréquentes pas souvent les exos, Septu. C'est dommage.

Darius

avatar 20/03/2021 @ 10:45:57
D’accord avec Minioritaire assurément.. oui cela rappelle Buizingen.. quand as tu trouvé le temps d’imaginer tout cela ? Mon texte est bien minable par rapport au tien .. saloperie de pandémie qui bousille nos cerveaux où toute créativité disparaît ..

Tistou 21/03/2021 @ 00:13:55
Hé bien, en voilà un autre de texte hors Covid. Et là largement ; 1988 ! A cette date le petit Covid n'était même pas encore même une lueur dans l'oeil de son papa !
Une histoire donc. De drame, de bruit et de fureur ; un accident ferroviaire. A se demander si tu ne l'as pas vécu ? Car j'ai vérifié, il y a bien eu un accident ferroviaire sur le Luxembourg - Paris le 7 Novembre 1988. Alors, reconstitution fictive ou exorcisme scriptural ?
C'est en tout cas prenant et bien raconté, avec ce qu'il faut de petits détails pour mettre à distance un temps le lecteur. Puis boum ! Mais un vrai boum alors ...
Ca fait du bien de sortir de notre ritournelle quotidienne covidienne !

Lobe
avatar 21/03/2021 @ 09:33:49
Oui, comme Tistou, le cerveau tourne autour de l'obsédante question de la véracité. Qui est une non-question : c'est arrivé, il y a donc eu des survivants, qui pourraient relater, ce que c'est, que de prendre place un jour innocent dans le train de la mort. Quel choc ce doit être. Lorsque tu "te" (ou un autre) décris comme transparent, j'ai craint le pire. Mais non, tu es bien vivant, mais si peu de choses face à ces quintaux de matériaux brisés. Et ces corps... J'imagine qu'ensuite il est question d'un certain deuil, celui de se croire immortel et à l'abri. Puissant texte.

Septularisen

avatar 21/03/2021 @ 13:23:30
quand as tu trouvé le temps d’imaginer tout cela ?


Disons simplement que je ne l'ai pas vraiment imaginé...

Mon texte est bien minable par rapport au tien .. saloperie de pandémie qui bousille nos cerveaux où toute créativité disparaît ..


Pas du tout! Faut surtout pas dire ça!
Chaque texte est différent, chaque texte à son propre intérêt et sa valeur...

Septularisen

avatar 21/03/2021 @ 13:28:55

Une histoire donc. De drame, de bruit et de fureur ; un accident ferroviaire.


Joli!

A se demander si tu ne l'as pas vécu ? Car j'ai vérifié, il y a bien eu un accident ferroviaire sur le Luxembourg - Paris le 7 Novembre 1988.


Je connaissais tes talents d'écrivain et de coureur de fond, pas celui de détective! ;-D)))

Alors, reconstitution fictive ou exorcisme scriptural ?


Disons... Confession impudique?..

C'est en tout cas prenant et bien raconté, avec ce qu'il faut de petits détails pour mettre à distance un temps le lecteur. Puis boum ! Mais un vrai boum alors ...
Ca fait du bien de sortir de notre ritournelle quotidienne covidienne !


Merci.

Septularisen

avatar 21/03/2021 @ 13:35:17
Premier texte, ça frappe fort.


Merci.

est-ce qu'on entend quelque chose lorsqu'on est en état d'apesanteur ?


Euh... Non! Où en tous les cas je n'en ai pas le souvenir...

Après, c'est le cauchemar éveillé que tu décris, que tu écris très bien.


Joli. Pas pensé à l'utiliser cette expression là!

Et je ne sais pas à quoi tu fais référence, mais moi, ça m'a ramené à l'actualité belge de février 2010, la "catastrophe de Buizingen". ( https://fr.wikipedia.org/wiki/… ) dont les victimes, les survivants et les proches en étaient encore l'année passée à demander des comptes aux différents responsables des infrastructures ferroviaires belges.


https://abonne.lunion.fr/id9076/article/…


Bref, un très bon texte. Il me semble que tu ne fréquentes pas souvent les exos, Septu. C'est dommage.


Merci.

Septularisen

avatar 21/03/2021 @ 13:38:47
J'imagine qu'ensuite il est question d'un certain deuil, celui de se croire immortel et à l'abri.


Non. C'est plutôt le contraire. On se dit que la vie ne tient qu'à un fil et que nous sommes si peu de choses en ce monde...

Puissant texte.


Merci.

Nathafi
avatar 22/03/2021 @ 19:40:21

Ton récit est prenant, Septu, c'est du live !!! La succession de détails, les images que tu renvoies, c'est vrai que ça sent le vécu, enfin, c'est l'impression que j'en ai !

Etrange que tu sois parti sur cette idée, peut-être inspiré par le texte référence à partir duquel nous avons construit notre exo ?

En tout cas c'est un texte saisissant, un bel hommage aux victimes aussi.

Merci Septu !

Septularisen

avatar 23/03/2021 @ 21:50:41
Etrange que tu sois parti sur cette idée, peut-être inspiré par le texte référence à partir duquel nous avons construit notre exo ?


Disons que j'avais un "vieux compte" à régler avec les trains...

En tout cas c'est un texte saisissant, un bel hommage aux victimes aussi.


Merci et merci pour elles...

Merci Septu !


Avec plaisir.

Cyclo
avatar 24/03/2021 @ 10:27:58
Un vrai suspense. Moi qui prend souvent le train (avant le covid, 15 à 20 000 km par an), ça m'a fait froid dans le dos ! Et je vais hésiter désormais.
C'est vavant, très imaginatif. Bravo

Marvic

avatar 28/03/2021 @ 16:46:39
Quel texte !! Un événement que les survivants n'oublieront jamais, un récit effroyable qui marquera les lecteurs !
Et quel rythme dans la narration des faits, ponctuation et mise en page très efficaces.
Cet ado, ce jeune homme heureux qui sera au coeur d'une catastrophe et dont le cerveau se mettra en mode survie en focalisant sur une valise. Mais les images, les bruits...tous les sens ont tout enregistré.
Efficace et marquant, impressionnant !

Page 1 de 1
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier