Requiem vénitien de Vincent Engel

Requiem vénitien de Vincent Engel

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Romans historiques

Critiqué par Isaline, le 21 mai 2005 (Tours, Inscrite le 16 avril 2005, 37 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (20 871ème position).
Visites : 2 805  (depuis Novembre 2007)

une mélodie envoutante

Après nous avoir ébloui avec son "Retour à Montechiarro", Môssieur Engel nous fait découvrir la Venise du Risorgimiento des années 1848-1849 et le destin extraordinaire d'Alessandro Giacolli, musicien vénitien que les aléas de l'histoire ont poussé à s'exiler à Berlin. Depuis son départ de Venise, Alessandro ne parvient plus à composer...la mort d'Hannah, la femme de son meilleur ami Werner, vient remettre ce silence en question puisque Werner lui demande de composer un requiem pour la défunte. Un soir de démence, le musicien demande à son élève Jonathan de partir à la recherche de ses partitions qu'il a abandonné à Venise. Le disciple, persuadé de trouver dans le passé d'Alessandro la raison de ce silence décide donc de partir sur les traces du musicien et part donc à la découverte de la Sérénissime... il est subjugué par la beauté des lieux, à l'instar du lecteur d'Engel, mais très vite Alessandro (et donc l'auteur) vient lui rappeler le but de ce voyage et l'urgence de retrouver les partitions. La Venise du Risorgimiento revit sous nos yeux, de même que la vie du jeune Alessandro. Le récit est envoutant, le lecteur évolue dans une atmosphère de mystère persistante...il ne parviendra sans doute pas à tout saisir du passé d'Alessandro, à l'instar de Joanthan qui dit lui même : "j'avais le sentiment d'être un intrus qui ouvrait le livre d'un roman familial énorme, dont il ne lui serait offert d'apercevoir que la plus insignifiante des pages. De tout le reste, les racines enfouies dans le passé, les drames actuels, les rêves et les projets, je ne saurai rien, je ne verrais que des ombres furtives." Le roman familial auquel fait allusion Jonathan renvoie en partie au "Retour à Montechiarro" Effectivement, la lecture du "requiem vénitien" permet au lecteur de retrouver certains des personnages de ce magnifique roman... si Jonathan ne peut en savoir plus, le lecteur d'engel a lui la chance d'en savoir (ou de pouvoir en savoir) davantage sur les différents personnages de cette histoire. Alors lisez les romans d'Engel, vous ne serez pas déçu par la richesse de la narration...et vous deviendrez amoureux de l'Italie... forcément...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Sur les pas d'un musicien

8 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 44 ans) - 10 mars 2007

Alessandro Giacolli est musicien, il vit à Berlin, en exil, depuis une trentaine d’années. Nous sommes en 1879, il va mourir. Un exil qu’il espérait créatif, or il n’en sera rien. Giacolli voudrait partir en paix, être oublié mais ce n’est pas l’avis de Jonathan, un de ses admirateurs, qui a entrepris de compiler toutes les pièces du destin de ce musicien qu’il vénère.
Jonathan part à Venise, sur les traces d’Alessandro Giacolli, le début d’un long voyage composé de rencontres avec d’autres destins et d’autres existences. Une vie n’est pas isolée, elle évolue au contact des autres, en fonction des situations, une ligne directrice préside à cette destinée, immense toile d’araignées dont on ne voit jamais la fin.
Jonathan replonge dans l’ambiance sulfureuse de l’année 1849, l’insurrection vénitienne, la période de doute profond du compositeur quant à ses talents créatifs et ses déceptions amoureuses. Pressé de toutes parts, ne sachant que décider, héritant de l’éducation d’un neveu dont il ne sait que faire, Alessandro Giacolli est voué à l’exil.

Pour raconter les vies, Engel a du talent. Tout semble organisé et pourtant c’est le chaos. Chaos inhérent à l’existence humaine, humanité si fragile merveilleusement bien décrite par l’auteur à travers le regard de ce jeune garçon en quête d’une idole et par les souvenirs de ce vieillard en attente de la mort.
Une fois de plus, Engel me touche par la justesse des sentiments qu'il exploite et la beauté de son écriture. Il arrive à plonger complètement son lecteur dans un monde imaginaire qui devient réel et palpable, c'est comme dans un rêve.

Forums: Requiem vénitien

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Requiem vénitien".