Imprimatur de Rita Monaldi, Francesco Sorti

Imprimatur de Rita Monaldi, Francesco Sorti
( Imprimatur)

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques

Critiqué par Fa, le 4 mai 2005 (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 42 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 906ème position).
Visites : 2 926  (depuis Novembre 2007)

Très solide roman, extrêmement bien documenté

Rome, fin du XVIIème, les occupants d'une auberge se retrouvent enfermés, en quarantaine suite à un décès suspect survenu dans l'auberge, laissant présager un foyer de peste. Et l'intrigue se noue : l'auberge ne loge pas n'importe qui : on y retrouve des personnages importants, très importants même, qui ont leur rôle à jouer dans l'échiquier complexe d'une Europe en proie à la menace Ottomane (cf siège de Vienne), aux tensions religieuses et aux volontés hégémoniques de Louis XIV.

Le roman est très long, très complexe et expose des relations de pouvoirs très imbriquées.
L'écriture est intéressante : on y voit un réel travail sur la langue et sur les dialogues, ce qui ajoute parfois des longueurs (cf la description des recettes de cuisine ou des "remèdes" proposés par le médecin).
A retenir aussi, un passionnant dossier documentaire.
Bref un ouvrage remarquable : aussi passionnant que le Da Vinci Code, mais bien plus solide !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Fabuleux!

8 étoiles

Critique de Capucin (, Inscrit le 11 mars 2010, 48 ans) - 30 mars 2013

Entre Follett et Dumas; bonne intrigue, et pas très facile de distinguer le romanesque de l'historique, pour un non-historien. Fouquet? Pas mort en prison? Waouw!
Tout à fait d'accord, des longueurs auraient pu être évitées, mais il suffit de prendre la diagonale du paragraphe...

Impressionnant

9 étoiles

Critique de HildegardeVonBeaumont (Beaumont, Inscrite le 21 novembre 2008, 49 ans) - 26 mai 2009

Sans être un chef d'oeuvre de la littérature, ce livre est un bonheur !! un bon scénario (je me demande même s'il n'a pas été écrit dans l'optique d'en faire un film..) et une histoire qui tient ses promesses de 4ème de couv'
Des personnages attachants, pittoresques et fous !
L'histoire dans l'histoire est aussi tout aussi intéressante à suivre que le récit premier.
Sans aucune mesure avec le Da Vinci Code, Imprimatur est bien au-dessus !!
Je suis d'accord avec Patryck : une amusante fiction qui fonctionne bien et touche au but !

L'analyse de Patryck Froissart

7 étoiles

Critique de FROISSART (St Paul, Inscrit le 20 février 2006, 70 ans) - 6 mars 2007

Titre : Imprimatur
Auteurs : Monaldi et Sorti
Edition : JC Lattès (avril 2004)
Format : Pocket
ISBN: 2266132911
850 pages


Une bien sombre histoire…
L’intrigue principale se déroule à Rome, dans une auberge mise en quarantaine pour suspicion de départ de peste après le décès inexpliqué de Mouraï, un gentilhomme français faisant partie des pensionnaires.
Le narrateur est l’apprenti marmiton, un nain bien cultivé pour sa condition, que l’abbé Mélani, un autre locataire, entraîne dans une enquête politico-policière rocambolesque autour de la mort de Mouraï, dont l’essentiel se situe dans les souterrains et catacombes de Rome, monstrueux et nauséabond labyrinthe où évoluent de bien étranges personnages.
Très vite l’auberge du Damoiseau devient le nœud central d’une affaire d’envergure quasiment mondiale, dans laquelle sont impliqués Louis XIV, Fouquet, Colbert, le pape Innocent XI, Guillaume d’Orange, l’empire turc…
Les enjeux sont énormes : l’avenir de la papauté, et du catholicisme, est menacé par les Turcs qui sont aux portes de Vienne, prêts à engager la bataille décisive. La victoire appartiendra au camp qui se procurera le secret de deux atouts terribles : le secretum pestis, arme biologique avant l’heure qui permet de propager la peste, et le secretum vitae, le seul antidote capable d’arrêter net l’épidémie. Or il se trouve que les résidents de l’hôtellerie sont tous plus ou moins liés à la transmission de ces deux secrets.
De chute invraisemblable en rebondissement inattendu, les fils se nouent, et se dénouent, la vérité se construit par bribes, et se met en place le schéma d’un gigantesque complot dont le manipulateur principal se révèle être Innocent XI, qui porte ici bien mal son nom, et dont la vie est menacée dans le temps de la narration par certains de nos protagonistes.
Déconcertant, pittoresque, haletant, le roman se lit sans pause, malgré l’agacement qu’on peut éprouver devant l’embrouillamini des premiers chapitres et la surabondance d’éléments présentés comme historiques mais qu’on n’a pas le temps ni l’envie de vérifier.
Il faut se laisser porter, en s’étonnant simplement avec des « oh » silencieux de l’énormité des faits rapportés.

Le roman lui-même est inséré, en tiroir, dans le récit que fait l’évêque de Côme des circonstances, elles-mêmes abracadabrantes et mystérieuses, de la découverte du manuscrit du marmiton, récit qu’il adresse au Vatican, par probité, convaincu que les révélations faites par l’apprenti aubergiste remettent en cause la béatification du pape Innocent XI, tout en y joignant une demande d’imprimatur.

Ce livre doit se lire sans a priori, et pour ce qu’il est : une amusante fiction.

Patryck Froissart, St Benoît, le 06 mars 2007

Un autre point de vue

6 étoiles

Critique de Critix (, Inscrite le 9 novembre 2005, 57 ans) - 9 novembre 2005

Désolée, je ne suis pas tout à fait d'accord avec les critiques précédentes. Le roman est certes bien documenté, mais l'intrigue souffre parfois d'un trop imposant étalage de science. Que faire de toutes ces listes d'ingrédients, de maladies, de traitements? C'était franchement inutile et, le plus souvent, la cause de plusieurs longueurs. Les auteurs avaient néanmoins une idée superbe et il ne sont pas tout à fait parvenus à la neutraliser.

Imposant

8 étoiles

Critique de Maya (Eghezée, Inscrite le 18 octobre 2001, 42 ans) - 16 mai 2005

Un roman d'une grande érudition, peut-être un peu trop. L'intrigue est très bonne, même excellente, malheureusement, elle est trop souvent noyée dans une masse de détails. Certaines énumérations auraient pu être évitées, l'énumération d'épices sur un paragraphe de vingt lignes n'apporte pas grand chose au récit. Au contraire, au lieu de créer une atmosphère, on zappe le paragraphe. Néanmoins, ces détails sont intéressants. Les exposés de médecine de l'époque laissent songeur. Intéressant donc mais aurait gagné à avoir 200 pages de moins.

impressionnant!

9 étoiles

Critique de Jaja (namur, Inscrite le 4 avril 2005, 28 ans) - 4 mai 2005

Je me demandais si quelqu'un allait s'attarder sur ce livre... Et oui, c'est fait, je n'osais pas trop m'aventurer dans une description de ce livre assez complexe et quelqu'un a relevé le défi ;) merci a toi :D.

Le sujet est très intéressant, il nous plonge à la fin du XVIIème siècle, un très bon livre donc pour tous les mordus d'histoire. L'écriture est très riche et malgré sa difficulté est très "attirante". On ne peut que difficilement sortir de ce récit.

Personnellement, je ne vois pas trop de comparaison avec da vinci code car les thèmes de ces 2 livres ne sont pas très proches et donc incomparables mais je vous conseille de le lire et si vous aimez (ce dont je ne doute pas), la suite est déjà parue.

Forums: Imprimatur

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Imprimatur".