Les cahiers de Céline, tome 2 : Le cahier rouge de Michel Tremblay

Les cahiers de Céline, tome 2 : Le cahier rouge de Michel Tremblay

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Libris québécis, le 23 février 2005 (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 75 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (19 296ème position).
Visites : 3 261  (depuis Novembre 2007)

Les Travestis

Dans L’Art du maquillage, Sergio Kokis s’attaque aux faussaires en peinture. Derrière l’histoire qu’il raconte, l’auteur place le projecteur sur la mystification afin de montrer que l’homme se sent nul sans le masque qui cache souvent la sécheresse de sa vie. Michel Tremblay reprend le sujet dans Le Cahier rouge, un roman qui décrit la dynamique des travestis.

Lors de l’Exposition universelle de 1967 tenue à Montréal, Fine Dumas défie les lois municipales interdisant toutes activités qui pourraient porter atteinte à la réputation de la ville. En plein cœur d’un quartier chaud, elle ouvre donc Le Boudoir, un bar où des travestis s’adonnent au plus vieux métier du monde. C’est Céline, une waitress naine (serveuse), qui sert d’entremetteuse. Dans un décor des plus quétaine (kitch), ces guidounes de la Main (prostituées de la rue Saint-Laurent) se drapent dans des oripeaux qui évoquent d’anciennes vedettes. Après avoir massacré une chanson d’Édith Piaf ou de quelqu’une d’autres, ces « filles » se retirent au fond de l’établissement pour assouvir les besoins pressants de la riche clientèle masculine.

Dans un cahier rouge, Céline tient l’éphéméride du bar. Elle raconte les « légendes » vécues par ces « demoiselles » décalées qui appartiennent à « la plèbe carnavalesque de la Main ». Les voyeurs seront déçus en lisant ce roman. Michel Tremblay ne met pas en exergue la « mission humanitaire » de ses héroïnes. Il dédie son œuvre à ses amis qui se travestissent pour sortir d’un quotidien d’une exaspérante médiocrité. On sent toute l’empathie de l’auteur envers cette faune festive qui se déguise pour dissimuler les blessures profondes laissées par des rêves brisées. En somme, il montre l’écart, qui s’agrandit avec l’âge, entre un déterminé quelconque et un indéterminé qui ne s’est jamais articulé. Et chacun pleure finalement l’artiste qu’il aurait voulu être. À travers le personnage de la naine, il fait passer tout son amour pour ces hommes et toutes ces femmes devant qui le train ne s’est pas arrêté. Comme Jacques Poulin, il partage honnêtement le sort tragique de ces perdants à la loterie de la vie. Il n’adresse pas un seul reproche, même déguisé, à ces travestis qui ont choisi de compenser leur vie ratée par le divertissement, soit-il sexuel.

Si le roman charrie une grande humanité, la forme va en décevoir certains. L’auteur recourt à la technique du journal, laquelle a le désavantage de désarticuler le contenu. Céline rapporte les événements de la journée, en particulier ceux entourant la visite presque ratée du site de l’Exposition universelle. Il y a des longueurs, et peu de choses nourrissent ce roman sur l’amitié. Ça ne lève pas d’autant plus que c’est emballé dans une écriture qui a la caractéristique de traduire le manque de correction d’un texte écrit au fil de la plume. Heureusement, la fin est un happy end qui montre qu’il y a encore de l’espoir, surtout pour la petite hôtesse qui s’est découvert un don pour l’écriture. On est loin d’Un habit de lumière d’Anne Hébert, qui souligne mieux les désarrois du travesti. Cependant avec Michel Tremblay, on sent un investissement personnel auquel sa consœur ne s’est pas prêtée.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Les cahiers de Céline

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Le monde est une fête

10 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 62 ans) - 24 février 2013

Je viens tout juste de refermer ce livre magnifique de Michel Tremblay et je suis encore sous le coup de l’émotion ressentie lors de la lecture des toutes dernières pages. Comment résister à la tendresse qui se dégage de la plume de l’écrivain lorsqu’il raconte les aventures truculentes vécues par Céline dans son nouvel emploi d’hôtesse de bordel de travestis. Ouvrir ce livre, c’est comme regarder un feu d’artifice tellement le monde décrit est truculent et rocambolesque. Céline est chargée de présenter le menu aux touristes et visiteurs et ensuite de les diriger vers les chambres où les attendent les hommes déguisés en femmes. Le tout se passe durant l’été soixante-sept alors que l’Exposition universelle de Montréal attire un nombre record d’étrangers de toutes provenances. Fine Dumas, la propriétaire du Boudoir, en femme d’affaires avisée, profite de la manne pour s’enrichir rapidement sans penser au lendemain. Afin de fêter dignement ses soixante années, elle décide d’emmener son personnel visiter l’Expo. La journée ne se passe pas sans heurts mais se termine en apothéose.

Un roman fort réussi dans lequel Michel Tremblay décrit un monde qu’il connaît bien, celui des travestis de la Main. On sent chez lui une immense tendresse pour ses personnages et leur misère. Leur vie n’est pas rose et les déboires amoureux sont monnaie courante. Pourtant, une solidarité existe malgré les coups bas et les vacheries et c’est l’essentiel. J’ai beaucoup aimé les nombreuses références à la nouvelle de Maupassant « La maison Tellier ». Monsieur Tremblay termine d’ailleurs son livre avec une phrase tirée de cette nouvelle.

Un beau moment de lecture. J’ai refermé ce livre avec regret mais il me reste un tome à lire des cahiers de Céline ce qui me console un peu. J’aurais aimé demeurer plus longtemps en compagnie de Fine Dumas, Jean Le-Décollé, Greluche, La Duchesse et les autres. Mais toute bonne chose à une fin comme on dit et je me résigne à quitter ce monde unique et savoureux né de la plume de l’écrivain québécois que je préfère.

Eloge de la différence

8 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 15 décembre 2012

Le parti pris de ce « journal » est intéressant à plus d’un titre. L’auteur se met dans la peau d’une jeune femme, Céline, naine et hétérosexuelle, pour décrire le milieu interlope des nuits de Montréal, avec ses prostitués travestis à la fois haut en couleur et pathétiques, dans une ville aux mœurs encore provinciales à l’époque (1967) et cernée par la prépondérance anglophone. Céline, minorité parmi les minorités, raconte aussi dans son « cahier rouge» comment elle coupa les ponts avec sa famille qui la rejetait. C’est également l’histoire de métamorphoses, tout d’abord celle de Céline, qui grâce à son amie « la Duchesse », quittera son job éreintant de serveuse corvéable pour devenir hôtesse au Boudoir (et par la suite patronne de l'établissement qu’elle convertira en lieu très prisé). Puis en parallèle celle de Montréal, qui en organisant une exposition universelle, va enfin se hisser au rang de ville internationale.

Même si j’ai trouvé que le récit mettait du temps à décoller et flottait parfois, j’ai fini par tomber sous le charme de cette galerie de transformistes éclopés, qui malgré leurs travers et leur côté « cliché » demeurent attachants dans toute leur extravagance quasi balzacienne. Avec finesse et humour, et surtout sans voyeurisme, Michel « Céline » Tremblay nous fait apprécier ces personnages qui, de façon touchante, ne deviennent eux-mêmes que lorsqu’ils se déguisent, et sous des dehors superficiels et « bitchy » cachent souvent un cœur énorme.

En hommage aux maisons closes ?

6 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans) - 11 juillet 2006

Drôle d’histoire que ce « Cahier rouge », ni plus ni moins que l’histoire d’un bordel de travestis ouvert au moment de l’Exposition Universelle, en 1967, à Montréal. Et dans ce bordel de travestis évolue Céline, une naine sortie de son anonymat sans horizon de serveuse de bar, par Fine Dumas, la tenancière du bordel, pour jouer l’hôtesse d’accueil dudit bordel. On imagine bien que la galerie de personnages est des plus pittoresques, exclusivement féminin pourrait-on dire si l’on fait abstraction qu’à la base, les travestis …
C’est écrit dans une langue châtiée, sans laisser-aller. Les péripéties ne manquent pas et les rebondissements se succèdent allègrement mais on ne peut s’enlever de l’idée qu’il s’agit plus d’un patchwork de morceaux de bravoure que d’un tissu de faits fondant une histoire.
J’avoue avoir eu du mal à m’identifier à la psychologie de Mae East (tout le monde n’est pas à l’Ouest !), Nicole Odeon ou Jean-Le-Décollé, les travestis colocataires de notre Céline. On lit, oui, mais sans plus que cela s’impliquer, s’identifier. Voyeur plus que lecteur. Dommage car Michel Tremblay a plutôt une belle plume.
« Les heures sont longues, c’est vrai, le milieu peut se montrer dur malgré sa superficialité, parfois même dangereux quand les clients ont trop bu ou perdent la tête. Le fait d’être sans cesse plongée dans un environnement où le sexe, une sexualité non orthodoxe en plus, tient la plus grande importance alors que je n’y participe jamais s’avère à l’occasion difficile à expliquer si j’y pense trop - j’y vis mais je n’en vis pas, j’en suis témoin mais je ne collabore pas -, comme si j’évoluais dans un monde auquel je n’avais pas accès parce que je n’en étais que la gardienne, le maître d’hôtel. Mais ce n’est jamais ennuyant et l’effort, le vrai, celui au bout duquel se trouve le précieux dollar, ce n’est pas moi qui ai à le faire, après tout, je ne suis que celle qui tient les comptes et tend le menu.

Il m’arrive bien sûr de me demander comment je réagirais si j’avais un jour à participer à ce qui se passe dans la chambre rose ou celle aux miroirs, à écarter mes courtes jambes pour gagner ma croûte, à feindre la jouissance en petits halètements courts ou en grands cris désespérés comme le font avec tant de talent les filles du Boudoir, mais je ne m’y attarde jamais très longtemps. »

Du vrai dans tout cela, mais j’avoue avoir du mal à m’y attarder aussi très longtemps !

Forums: Les cahiers de Céline, tome 2 : Le cahier rouge

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les cahiers de Céline, tome 2 : Le cahier rouge".