Les Sept morts d'Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

Les Sept morts d'Evelyn Hardcastle de Stuart Turton
(The seven deaths of Evelyn Hardcastle)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers , Littérature => Anglophone

Critiqué par Reginalda, le 18 octobre 2020 (lyon, Inscrite le 6 juin 2006, 53 ans)
La note : 4 étoiles
Visites : 106 

Black Mirror chez Agatha Christie

Un homme se réveille, amnésique, dans un bois, avec pour seul souvenir le prénom d’Anna à l’esprit. Et quand, au fil des heures, il finit par commencer à se repérer dans le château de Blackheath où l’ont invité lord et lady Hardcastle, pour célébrer le retour en Angleterre de leur fille Evelyn, il s’endort et se réveille dans la peau d’un majordome, destiné à revivre la même journée mais d’un autre point de vue. Tel est le point de départ des "Sept morts d’Evelyn Hardcastle". L’homme, dont on finit par apprendre que le prénom est Aiden Bishop, ne cessera de s’endormir et de se réveiller dans des peaux différentes tant qu’il n’aura pas découvert qui va tuer Evelyn Hardcastle à la fin de la journée.
L’idée pourrait être originale si elle n’avait été reprise à la série "Black mirror" (l’épisode "La Chasse" de la saison 2), jusqu’à (attention spoiler pour ceux qui connaissent la série) l’explication finale du pourquoi du comment. Par ailleurs, ce que le format de la série rendait compact et limpide s’avère dans le roman d’une complexité aussi pesante que superflue. Le lecteur passe son temps à effectuer une gymnastique laborieuse pour relier entre eux les faits vécus par les différentes incarnations du personnage afin de reconstituer une certaine logique, mais le jeu n’en vaut pas vraiment la chandelle : de découvertes en retournements de situation dont on se doute qu’ils seront démentis, on finit par se lasser. Surtout dans les dernières pages, quand tout est tiré au clair. "Tout ça pour ça", se dit-on avec l’impression d’avoir affronté beaucoup de complications pour pas grand-chose.
Enfin – et dernière source d’agacement –, cet énième univers anglais entre Agatha Christie et "Downton Abbey", comme si le temps s’était arrêté dans une Angleterre fantasmée du début du XXe siècle, sans plus de vérité qu’un cliché, mais faisant naître toujours autant d’espoir de gains chez des auteurs en mal de vrais sujets.
Bref, on l’aura compris, un livre dont on peut aisément se dispenser.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les Sept morts d'Evelyn Hardcastle

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les Sept morts d'Evelyn Hardcastle".