Carnets de prison ou L'oubli des rivières de René Frégni

Carnets de prison ou L'oubli des rivières de René Frégni

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Economie, politique, sociologie et actualités , Littérature => Francophone

Critiqué par Cyclo, le 28 mai 2020 (Bordeaux, Inscrit le 18 avril 2008, 74 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 227 

croire en quelque chose

Le livre de René Frégni parle de la prison : l'auteur anime depuis une trentaine d’années des ateliers d’écriture dans les prisons de Provence. C’est un homme d’une grande humanité et son verdict sur l’institution « prison » est sans appel : "La prison, nous le savons tous aujourd’hui, est l’université du crime. N’importe quel petit voleur à la tire sortira de là braqueur chevronné et le simple assassin de hasard y deviendra au fil des années tueur à gages. La prison ne tue pas le criminel en l’homme, elle renforce le crime et détruit toute trace d’humanité". Tous les individus qui passent par la case prison font partie de ceux qui ont eu une enfance détruite, qui ont manqué d’amour, des enfants qui ont grandi "devant des PlayStations, de la violence, de la pornographie. Leur liberté est de posséder, dès l’âge de dix ans, un survêtement Adidas, des baskets Nike, un smartphone dernière génération et un peu plus tard, une Rolex, une BMW ou une Audi A6, toit ouvrant, jantes Alliage".

Des enfants perdus devant une société qui a évolué sans savoir les prendre en compte, au moment où l’école a failli, où l’ascenseur social ne fonctionnait plus, au moment où s’installaient le chômage et la misère, [où, au contraire de leurs parents, ils] "découvraient l’argent. La puissance phénoménale des marques et de l’argent. Les vitrines fascinantes du capitalisme le plus insolent". La plupart des jeunes détenus sont nés et vivent dans des quartiers où 60 % d'entre eux sont chômeurs.

René Frégni, de par son enfance difficile, aurait pu tourner comme eux ; il montre ici l’incroyable force de ces ateliers d’écriture, où il se montre capable de révéler aux détenus l’envers de leur triste décor, la puissance des mots, la capacité de se comprendre, la volonté de se nourrir de textes, l’envie d’aimer, plutôt que de se cantonner dans la haine.

Il y avait longtemps qu’un livre ne m’avait pas fait pleurer. Ni fait entrer en colère contre la télévision, où "on regarde pérorer cette élite médiatique, suffisante, satisfaite, tellement persuadée de sa légitimité, enfermée dans son propre ghetto de lumière et qui nous explique avec de grands mots, ce qu’il faut faire pour récupérer les territoires perdus de la République" et qui se montre, à sa manière, elle aussi monstrueuse, pleins d'arrogance et de mépris. René Frégni remet ces gens d'élite à leur place, et de quelle façon : ça fait du bien !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Carnets de prison ou L'oubli des rivières [Texte imprimé] René Frégni
    de Frégni, René
    Gallimard / Tracts (Paris. 2019)
    ISBN : 9782072887253 ; 3,90 € ; 28/11/2019 ; 48 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Carnets de prison ou L'oubli des rivières

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Carnets de prison ou L'oubli des rivières".