La Mort nomade de Ian Manook

La Mort nomade de Ian Manook

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Tistou, le 20 mai 2018 (Inscrit le 10 mai 2004, 62 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 218 

3ème (et dernier ?) épisode de la série Yeruldelgger

Yeruldelgger est ce commissaire mongol – à Oulan Bator, capitale de la Mongolie – d’abord apparu dans un premier roman « Yeruldelgger ». Ce premier titre fut suivi des « Temps sauvages », et voici donc le troisième opus « La mort nomade ».
Pour ma part j’ai sauté la case « Les temps sauvages » mais je la lirai, ça c’est sûr.
« La mort nomade » donc. Yeruldelgger n’est plus commissaire. On le découvre au début du roman isolé dans la steppe, sous sa yourte, en retraite spirituelle en quelque sorte. Il faut dire que rien que dans le premier opus, il y a de quoi avoir son compte avec toutes les malversations, les crapuleries, les atrocités que Ian Manook nous décrit dans le quotidien mongol !
Isolé, mais pas pour longtemps.

« Accroupi derrière le rocher, Yeruldelgger la regardait depuis longtemps. Depuis qu’il avait aperçu sa silhouette sur la crête de la colline bleutée d’armoises, de l’autre côté de la vallée piquetée d’asters argentés et d’ancolies roses, fragiles comme la rosée d’une aube transparente. Une femme. A cheval. Il l’avait deviné à sa façon de monter. »

Apparition donc de Testseg. Mais ce n’est pas fini …

« Yeruldelgger enfila un pantalon à son tour, mais resta pieds et torse nu pour sortir de la yourte. L’homme était là sur son cheval, face à la porte, et c’était une femme. Yeruldelgger s’étonna de ne pas avoir su le deviner, comme il l’avait fait pour Testseg. Assez grande, plutôt jolie, et beaucoup plus jeune que la femme qu’il venait d’aimer. Elle portait un deel de satin bleu pâle, un pantalon noir, et des bottes de cuir souple.
- Bonjour grand-père. Comme j’ai vu l’urga à ta porte, j’ai préféré ne pas demander après tes chiens et attendre.
- Tu as bien fait, petite sœur. Et tu attends quoi ?
- Toi, dit-elle sans ciller. »

Décidément, il sera dit que la retraite de Yeruldelgger … Il s’agit d’Odval, qui, comme Tsetseg est réellement venu demander aide et assistance à Yeruldelgger. Et très vite c’est Ganbold, un garçon de la steppe, qui, lui aussi, a besoin de Yeruldelgger.
On devine aisément que la suite du roman ne s’effectuera pas dans la méditation ! C’est tout aussi violent, désespéré que le premier opus. La Mongolie ne doit pas être ce pays nature qu’on s’imagine ici. Trop d’intérêts, notamment miniers dans cet épisode-ci, aiguisent trop d’intérêts et les requins ne sont pas tendres.
Un qui n’est pas tendre avec ses personnages, aussi, c’est Ian Manook. Il ne fait pas bon être héros sous sa plume !
Cet épisode est crépusculaire. L’effet de surprise du premier épisode est passé et Ian Manook m’a donné l’impression parfois qu’il raclait les fonds de tiroirs de tout ce qui était susceptible d’arriver pour boucler le roman. Plus décousu, moins compact. Et terriblement noir, aussi …
La série « Yeruldelgger » n’en constitue pas moins une série des plus dépaysantes et édifiantes. Hautement recommandable.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La Mort nomade

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Mort nomade".