Le testament français de Andreï Makine

Le testament français de Andreï Makine

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Russe

Critiqué par Aaro-Benjamin G., le 13 mai 2004 (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 51 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 16 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (860ème position).
Visites : 10 425  (depuis Novembre 2007)

Prix Goncourt 1995

Un roman que l'on devine grandement autobiographique pour cet auteur né en Sibérie et vivant en France. À chaque été, le narrateur du livre de Makine et sa soeur s'envolent de leur Russie pour le lieu mythique de la France-Atlantide. Ce pays est bien sûr, une fabulation romantique qui n'existe que dans les récits de Charlotte, la grand-mère maternelle qui s'occupe d'eux. Au fil des années, comme le narrateur vieillit, celui-ci se rend compte d'une réalité plus tragique qui se tisse derrière les belles histoires de sa grand-mère.

Pris entre deux nations, Makine exprime magnifiquement toute la dualité de son univers et nous offre un touchant hommage à cette femme, en même temps à langue et la littérature. Avec une écriture lumineuse et chantante, Makine nous présente un portrait lyrique et flottant, un peu comme un tableau parfois non situé dans le lieu et le temps qui nous berce de cette mémoire poétique.

Un livre qui se lit un peu comme on aborde une oeuvre d'art en s'imprégnant de ses nuances. Pour cette raison, certains ont été désappointés ou irrités par ce titre, plus particulièrement par la couverture médiatique et la comparaison à Proust. Sans être un chef-d'oeuvre, il s'agit ici selon moi d'un roman contemporain dense et très beau.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Instants éternels

6 étoiles

Critique de Krys (Haute-Savoie, Inscrite le 15 mars 2010, 37 ans) - 24 juillet 2019

J'ai été assez surprise par ce roman, je ne m'attendais pas à cela !
L'écriture est belle, et on s'imagine parfaitement le long de la Volga, de la Seine ou au beau milieu de la steppe. C'est un des thèmes du roman : la double culture, les origines multiples. Il est bien approfondi.
Le second sujet principal, c'est ces instants d'éternité : ceux qui marquent un être en profondeur, et qui continuent d'exister malgré l'avancée sans pitié du Temps.

Il y a parfois des longueurs qui m'ont perdue, et c'est bien dommage.
C'est un beau moment de poésie, sans être un chef-d'oeuvre.

En voici 2 extraits :

"Je compris que dans cette vie il n'y a aucune logique, aucune cohérence. Et que peut-être la mort seule était prévisible."

"Car enfin je revenais à la vie. Je lui trouvai un sens. Vivre dans la bienheureuse simplicité de ces gestes ordonnés : tirer, marcher en rang, manger dans des gamelles en aluminium la kacha de mil. Se laisser porter par ce mouvement collectif dirigé par les autres. Par ceux qui connaissent l'objectif suprême. Ceux qui, généreusement, ôtaient tout le poids de notre responsabilité, nous rendant légers, transparents, nets. Cet objectif était, lui aussi, simple et univoque : défendre la patrie. Je me hâtais de me fondre dans la masse merveilleusement irresponsable de mes camarades."

La quête d'une origine ?

9 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 41 ans) - 18 juin 2018

Le narrateur, Aliocha, évoque une figure féminine déterminante pour son existence, sa grand-mère Charlotte. Il se souvient de son enfance et des vacances auprès de cette femme grâce à laquelle il a appris le français et la culture de ce pays qui le fascine tant. Ce français est vu comme une greffe qui entraînera un questionnement sur son identité et ses racines. Est-il russe ? français ?
Ce ne sont pas de simples souvenirs d'enfance qui nous sont décrits. En toile de fond, la Russie et la France sont dépeintes. Certaines scènes sont dures et c'est l'identité même du pays qui émerge.
Le narrateur s'interrogera sur ce qu'il est profondément et le regard de ses camarades de classe témoigne de cette dualité.

Andreï Makine offre à son lecteur un roman touchant et simple qui saura parler au plus grand nombre. L'écriture est belle et poétique. Certaines métaphores filées nous accompagnent durant toute l'oeuvre comme cette greffe et cette Atlantide. Par son récit, l'auteur pose des questions profondes et propose une réflexion intéressante sur soi. Nous ne sommes pas dans un roman qui ne serait qu'un prétexte à du verbiage. Ce sont les épisodes narrés, captivants déjà par leur nature même, qui suscitent la réflexion. Andreï Makine est fasciné par la France et le passé de ce pays. Dans le premier chapitre de la deuxième partie, le lecteur voit combien le narrateur est séduit par ce pays et certaines anecdotes. Son imaginaire est envahi par les histoires que lui contait Charlotte. Il projette même dans son quotidien certains éléments culturels, ce qui donne parfois le sentiment qu'il fantasme quelque peu ce pays. Et puis il y a cette Russie, plus précisément la Sibérie, dont l'auteur ne cautionne pas tout mais qui lui tient à cœur. En quelques mots l'auteur parvient à nous faire imaginer ces paysages froids. Le lecteur est transporté dans cette isba et dans ce cadre dur et poétique.

Les récits de Makine ne sont jamais purement linéaires. Il y a parfois des flous temporels qui donnent l'impression que l'on suit sa rêverie et le moindre sursaut de sa pensée. Son écriture est belle et puissante, elle l'est encore davantage dans les romans qui ont suivi celui-ci.

Je m'appelle Charlotte Lemonnier

10 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 55 ans) - 1 septembre 2013

Ecrivain français d'origine russe, Andreï Makine est né en 1957 à Krasnoïarsk. Il arrive en 1987 à Paris pour enseigner et demande l’asile politique. Au milieu des années 90 Andreï Makine faisait une entrée fulgurante dans le panorama des lettres françaises avec Le testament français, qui reçut en 1995 le prix Goncourt, le prix Médicis et le Prix Goncourt des Lycéens.

Le récit des souvenirs de Charlotte Lemonnier (grand-mère française du narrateur russe). Charlotte née en 1903 nous embarque pour une visite de l'Histoire de la France et de la Russie.
Des images fortes (les guerres, la révolution russe, .... ) qui entrelacent ces 2 pays si différents et pourtant si complémentaires.
Un vibrant hommage à sa grand-mère, femme à l'histoire personnelle violente mais pourtant si douce et aimante.
Hommage à la littérature française (Nerval, Baudelaire), à son Histoire, sa sensualité (Félix Faure mort dans les bras de sa maîtresse à l'Elysée...).
Une "greffe française" qui progressivement s'installe chez le narrateur et le condamne à vivre dans un pénible entre-deux-mondes.

Une oeuvre exceptionnelle par sa qualité narrative, son style efficace. L'Amour pour sa grand-mère, la France et la Russie, transpirent à chaque page.
Les violences et atrocités de l'Histoire côtoient d'éphémères moments de bonheurs simples.
Un tour de magie littéraire qui valait bien un ... Goncourt !

Quête identitaire

4 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 38 ans) - 19 juillet 2013

Avec ce livre j'ai découvert un auteur. Sa plume est belle, son histoire également, ce roman étant très certainement autobiographique.
Je ne vais pas m'attacher à décrire son contenu vu que cela a très bien été réalisé dans les critiques précédentes.
Par contre je vais plus évoquer mon ressenti de lecteur et là autant être direct, je n'ai pu m'empêcher durant cette lecture de penser à Proust. Une belle écriture mais quelle lenteur, mon dieu que c'est long et monotone...
Souvent je souhaitais intérieurement arriver à sa fin, il a fallu s'accrocher...
Après tout dépend de ce que l'on recherche en littérature. Pour ma part, les mots pour la beauté des mots, je ne suis pas contre mais pas à si forte dose.
Cependant quelques passages valent vraiment le détour, par leur mélancolie, leur évocation d'un passé révolu...

Enfin !

9 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 61 ans) - 18 mai 2013

Enfin un prix Goncourt qui se lit !
Ce n'est peut-être pas par hasard que ce très beau roman a reçu aussi Le Médecis et le Goncourt des Lycéens.
Mais revenons au jaune de l'oeuf... le livre.
Et bien c'est bon, très bon et ça flirte avec le chef d'oeuvre. Une belle plume ce Makine, pas de phrases pompeuses et un style parfait, sachant s'envoler quand il le faut tout en restant fluide.

La greffe française

9 étoiles

Critique de Alma (, Inscrite le 22 novembre 2006, - ans) - 24 novembre 2011

Mieux qu’un récit autobiographique qui suppose exactitude et repères précis, LE TESTAMENT FRANÇAIS m’est apparu comme un récit-confidence qui autorise le flou, l’impressionisme.

A la fois récit d’initiation et portrait, il oscille entre l’évocation d’une Russie en guerre et celle d’une France fantasmée grâce au pouvoir de conteuse d’une grand-mère maternelle d’origine française qui fait revivre les images d’un passé idéalisé. Le narrateur, sorte de double d’ Andreï Makine, qui se définit comme « un étrange mutant, incapable de vivre dans le monde réel », et dont la vie intérieure s’écoule dans un « entre-deux mondes » y témoigne d’ une sensibilité littéraire nourrie depuis l’enfance de ce qu’il appelle « la greffe française » , tout un monde fantasmé fait de réminiscences poétiques et romanesques. Son écriture fluide épouse les formes et les rythmes d’une langue classique, celle d’une phrase tout en souplesse qui prend le temps de se développer et de s’épanouir avant de mourir lentement, comme la vague sur le sable .

Tombeau pour une grand-mère défunte, LE TESTAMENT FRANCAIS est aussi un magnifique hommage à la langue française dont je ne peux m’empêcher de citer un extrait, page 50 « La langue, cette mystérieuse matière, invisible et omniprésente, qui atteignait par son essence sonore chaque recoin de l’univers que nous étions en train d’explorer. Cette langue qui modelait les hommes, sculptait les objets, ruisselait en vers, rugissait dans les rues envahies par les foules, faisait sourire une jeune tsarine venue du bout du monde ….Mais surtout elle palpitait en nous , telle une greffe fabuleuse dans nos cœurs, couverte déjà de feuilles et de fleurs, portant en elle le fruit de toute une civilisation »

"petite pomme" .

6 étoiles

Critique de Pat (PARIS, Inscrit le 21 mars 2010, 57 ans) - 27 juin 2010

Une "babouchka" franco-russe raconte son passé "français" à ses petits enfants .
Il y a beaucoup de répétitions dans ce livre , l'auteur tourne un peu en rond , le récit n'avance pas , pour finalement s'accélérer à la fin . L'auteur est partagé entre ses deux cultures , il en souffre , même si parfois il en retire une certaine force .
Il s'agit d'une sorte d'hommage à la "langue Française" .

Un peu lent

7 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 55 ans) - 24 juin 2007

Chaque été, un jeune russe va passer ses vacances chez sa grand-mère, dans la steppe brûlante de Russie. Cette grand-mère évoque à longueur de soirée sa France natale, et l'enfant puis plus tard l'adolescent russe se forge une image idyllique et mythique de la France.

Ce livre est surtout intéressant pour l'exercice de style, une double évocation de la France et de la Russie, dans un style très poétique. A cela s'ajoute un roman d'apprentissage de la vie et aussi l'exaltation des passions et des excès de la Russie.

Un livre auquel je n'ai jamais tout à fait accroché pourtant, le récit est très lent et introspectif.

Lézardes du Moi

10 étoiles

Critique de Ahmose (, Inscrite le 4 avril 2006, 30 ans) - 20 octobre 2006

Makine offre ici une superbe fenêtre ouverte sur la recherche de soi. Mais lorsque nous sommes tout et rien à la fois, comment se définir? Derrière ce problème nationalitaire se cache aussi cette incertitude de lui-même, en tant qu'être, plus en tant que Russe ou que Français.
Aliocha était un petit garçon rêveur, et en lui germait le génie de l'écrivain futur, certes, et dans la Russie des années 70, être étranger était peut-être moins grave qu'être foncièrement différent du modèle soviétique.
D'aucuns diront que la description est trop présente, que tout est flou... mais comment pourrait-il en être autrement dans cette âme déchirée, qui se lézarde, se ressoude alors qu'elle se déchire par ailleurs?
Makine n'ose pas même en revendiquer l'autobiographie, comme Nerval le fit dans Sylvie ou dans Aurélia: les trois oeuvres sont d'ailleurs très proches. Rien ne peut prouver que le narrateur n'est pas l'auteur, mais le seul nom, Aliocha, surnom, n'appuie ni la triple identité, ni la double.

Un trésor à étudier et un chef-d'oeuvre à lire.

le bel hommage

8 étoiles

Critique de Mahaxai (Perpéte, Inscrit le 3 juillet 2004, 48 ans) - 18 décembre 2005

Une merveilleuse histoire entre un petit fils russe et sa grand-mère Française, qui lui raconte le pays de son enfance. Un testament d’amour… « … Les années n’étaient qu’un long voyage auquel je réussissais, de temps en temps, à trouver un but. Je l’inventais au moment du départ, où déjà en route, ou même à l’arrivée quand il fallait expliquer ma présence ce jour là, dans cette ville-là, dans ce pays plutôt que dans un autre. Oui, on voyage d’un nulle part vers un ailleurs. Dés que l’endroit où je m’arrêtais commençait à s’attacher à moi, à me retenir dans l’agréable routine des jours, il fallait que je m’en aille… »

En quête d'identité

10 étoiles

Critique de Guermantes (Bruxelles, Inscrit le 18 mars 2005, 73 ans) - 6 juillet 2005

Au fil du temps, il devient de plus en plus rare d'ouvrir un livre d'un auteur qu'on n'a jamais fréquenté et de se trouver littéralement ébloui par sa découverte. Ce sentiment de plénitude, de grâce, je l'ai éprouvé tout au long de la lecture du livre de Makine.
Mes prédécesseurs ont déjà insisté sur l"aspect "exotique", franco-russe de ce roman. Je n'y reviendrai donc pas.
Ce qui m'a, pour ma part, le plus frappé, c'est la quête identitaire qu'il révèle. Ecartelé entre deux langues, deux cultures, le narrateur voit la Russie avec le regard d'un Français et la France (du moins une certaine France, celle du début du XXième siècle) avec les yeux d'un Russe. Il y a là un balancement perpétuel qui fascine le lecteur. Les rapports avec la grand-mère renvoient évidemment au versant russe du personnage tandis que sa découverte charnelle de l'amour (très bien décrite par ailleurs) semble le faire basculer du côté russe.
Il faudra cependant attendre la fin du roman pour découvrir que cette incertitude sur son identité véritable ne concernait pas seulement la double appartenance culturelle du héros mais portait également (sans qu'il en soit conscient) sur son hérédité même.
Un tout grand roman.

Trop descriptif

5 étoiles

Critique de Rcapdeco (Paris, Inscrit le 19 mai 2005, 43 ans) - 23 mai 2005

Une belle histoire d'amour de 2 origines : française et russe. Pourtant, je ne peux m'empêcher de penser que si ce roman a été récompensé par le Goncourt et le Médicis, c'est parce qu'il fait l'apologie de la langue de Molière (phénix de ces bois => 2 beaux fromages). C'est bien écrit, mais c'est très lent, très descriptif. Je conseille, mais en second choix...

Silencieuse steppe...

7 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 50 ans) - 7 mai 2005

Roman à très large part autobiographique, ce livre raconte les aléas d’un double sang franco-russe. Au travers de plusieurs générations, tout en douceur et mélancolie, il amène le lecteur aux frontières enneigées de cette steppe qui a tant séduit les français depuis le siècle des lumières jusqu’à nos jours. C’est beau, c’est profond, c’est poétique… mais c’est un peu lent !

A ne lire que du bout des lèvres, surtout ne pas dévorer, on en perdrait le suc !

Sublime !

10 étoiles

Critique de Florence (Grenoble, Inscrite le 13 mai 2004, 45 ans) - 26 mai 2004

Contrairement à Aaro-Benjamin, ce roman est selon moi un chef d'oeuvre ! Ne serait-ce que pour son style magnifique, ce livre mérite le détour. Makine m'a fait redécouvrir la langue française et il m'a fait comprendre pourquoi on dit souvent qu'elle est si belle. Quant à l'histoire, c'est un rêve. La relation avec la grand-mère, l'imagerie développée au sujet de la France, les illustrations de l'âme russe et bien d'autres choses encore tissent une toile où le mythique et le réel se côtoient avec bonheur. Un roman envoûtant.

Une enfance russe

9 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 64 ans) - 26 mai 2004

MAKINE s'y entend parfaitement pour nous faire sentir l'âme russe. Mais, et ça n'est peut être pas le plus visible, il parvient parfaitement à nous faire vieillir de l'état de garçon à celui d'ado qui va basculer homme, avec tous les changements de perception qui se font à notre insu. Cette grand mère, à la fois attachante et poignante, n'est ce pas aussi notre grand mère à nous tous? Qui vieillit quand nous passons de l'état de petit enfant à celui d'adulte et qu'on découvre tout à coup sous un jour jamais soupçonné? Il est trop tard alors bien sûr, toujours trop tard.
Quant à la comparaison avec PROUST ...??? Je dirais à la réflexion que ça ferait plutôt fuir certains et que ça décevraient les adorateurs. Beaucoup plus parlant à l'âme que PROUST. Pas de mièvrerie, et pourtant tellement de fond!

Forums: Le testament français

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le testament français".